Une autre vie a commencé pour les survivants de la terrible guerre contre Negan. Mais cette nouvelle ère de paix et de prospérité semble déjà être menacée par un nouveau type d'ennemi. Un ennemi qui marche parmi les rôdeurs. Un ennemi qui transforme les murmures en cris. Un ennemi qui rend le futur incertain. Un face à face se prépare, qui risque d'être encore plus violent que les précédents.

Contenu US : The Walking Dead vol 23 (#133-138).

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 6 ans

    Clairement pas l'un des meilleurs tomes de la série. La nouvelle menace commence à pointer le bout de son nez en trame de fond et Robert Kirkman nous prouve qu'il a encore des idées novatrices et vraiment sympas à nous proposer. Pour le reste, tout ce tome tourne autour d'une intrigue pas super passionnante centrée sur Maggie et Carl, qui plus est un peu trop longue. Un passage assez moyen pour la série, heureusement ça redémarrera bien ensuite.

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 6 ans

    Clairement pas l'un des meilleurs tomes de la série. La nouvelle menace commence à pointer le bout de son nez en trame de fond et Robert Kirkman nous prouve qu'il a encore des idées novatrices et vraiment sympas à nous proposer. Pour le reste, tout ce tome tourne autour d'une intrigue pas super passionnante centrée sur Maggie et Carl, qui plus est un peu trop longue. Un passage assez moyen pour la série, heureusement ça redémarrera bien ensuite.

Lorsque l'on voit le nombre de volumes écoulés à chaque nouveau numéro sorti, on ne peut que se dire que la parution d'un tome de Walking Dead est un événement. Record de vente et succès critique sont systématiquement au rendez-vous. On en arrive à un point où les critiques des sites spécialisés passeraient pour de gros fans de la première heure avec un sérieux manque d'objectivité. Soyez rassurés, ce n'est pas le cas. D'ailleurs ce vingt-troisième volume, bien qu'il soit différent, confirme une nouvelle fois que Walking Dead est une grande série.

 

La lecture de ce tome pourrait en dérouter plus d'un. En effet, une fois n'est pas coutume, l'histoire a discrètement glissé vers Carl qui est clairement au centre de toutes les attentions contrairement à Rick qui, de son côté, n'apparaît que dans quelques cases. Une erreur ? Pas vraiment. Kirkman l'a déjà expliqué et mis en avant plusieurs fois dans son œuvre. Walking Dead n'est pas l'histoire de Rick Grimes mais l'histoire du reste de l'humanité qui doit s'adapter face à un fléau qui a ravagé toute la planète. Le terme humanité prend d'ailleurs tout son sens dans ce volume et confirme bien que, finalement, les zombies ne représentent que le contexte du récit et que c'est surtout les réactions des survivants qui importent. Cette fois, Kirkman a été encore plus loin. Jusque-là, les morts-vivants n'étaient pas vraiment les ennemis des survivants. Ils étaient tout au plus une gêne et l'élément déclencheur qui a fait basculer les humains vers cette quête de la recherche de la sécurité ultime. Cependant, dans ce tome, les morts passent du statut de « non-ennemis » ou « neutre » à carrément « alliés ». On pouvait déjà le voir mais cette fois, c'est un membre des chuchoteurs qui le confie en expliquant que les zombies sont « rassurants » et qu'ils « protègent ». Une situation très bien trouvée de la part de Kirkman qui a renouvelé avec brio son œuvre et qui semble, à ce jour, parfaitement maîtriser son sujet.

 

 

 

De son côté, Carl a changé. On a découvert ce personnage dès le premier volume de la série et, au fil des tomes, on a vu son enfance, son innocence, totalement disparaître. Au tome 23, nous avons donc un Carl au caractère fort, sombre, extrême dans ces propos et dans ces actes mais également un Carl en pleine adolescence. Du coup, nous avons également droit à de l'indécision, aux premiers amours et, forcément, aux hormones qui transforment notre bad-ass en agneau pour ces dames. Cela ne va pas très loin, le personnage n'en devient pas ridicule ou mielleux... tout va bien ! Le tout reste plus que plausible. C'est tout simplement la première fois qu'une représentante du beau sexe lui a tapé dans l'oeil (ndlr : désolé...). Une fois encore, Kirkman fait attention et le personnage de Lydia s'annonce particulièrement intéressant.

 

Pour ce qui est des intrigues secondaires, nous avons également droit à une petite tentative de prise de pouvoir. Classique mais efficace. Nous en avons également un peu plus appris sur les chuchoteurs. Pas énormément de choses à se mettre sous la dent mais suffisamment d'indices pour être intrigué quant à la façon de vivre de cette nouvelle communauté. Il faut bien avouer que l'idée de base est vraiment bonne et que le tout est très bien amené. C'est d'ailleurs pour cela que la première scène de combat du volume peut être considérée comme un peu décevante. Les chuchoteurs ne sont pas de simples combattants qui arrivent arme au poing pour taper sur Rick et ses potes. Or, l'ambiance, l'oppression, la mise en scène, tout ce qui avait fait leur charme a été mis de côté pour quelques coups de couteaux. Ils se sont un temps dissimulés parmi les morts tout au plus. Rien de dramatique mais plus de suspense et de jeux avec les véritables morts aurait été appréciable. La prochaine fois ?

 

 

Côté dessins, Charlie Adlard continue de frapper fort. Le dessinateur semblait s'être installé dans une sorte de routine avant l’ellipse temporelle et ce durant quelques tomes. Pas de prise de risque et un dessin assez épuré. Dans ce tome 23 (tout comme dans celui d'avant), les dessins ont gagné en force notamment grâce aux décors qui sont plus présents et variés mais aussi grâce à un regain du soucis du détail et à l'ajout de quelques accessoires ci et là pour plusieurs personnages.

 

En conclusion : un excellent tome qui contribuera sans aucun doute au caractère exceptionnel que revêt l'oeuvre. A déguster sans se retenir !

 

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- L'évolution de Carl
- La mise en retrait de Rick
- Lydia
- Les chuchoteurs
- Les dessins

LES POINTS FAIBLES

- La première scène de combat qui aurait pu être mieux exploitée

 

4.5

A déguster sans se retenir.

Conclusion

Un excellent tome.