[Review VF] Conan Le barbare Tome 1 : Vie et mort de Conan

[Review VF] Conan Le barbare Tome 1 : Vie et mort de Conan

La review du jour est un titre proposé par Panini Comics. Il s'agit de Conan Le barbare Tome 1 : Vie et mort de Conan. Il est écrit par Jason Aaron et est dessiné par Mahmud Asrar et Gerardo Zaffino. Il est sorti le 7 août pour 10€. Il contient les titres US Conan the Barbarian #1-#6.

Le retour de Conan ! Les aventures du Cimmérien le plus célèbre du monde sont de nouveau racontées par Marvel. Jason Aaron et Mahmud Asrar nous dévoilent dans un long récit, une aventure du barbare, de sa jeunesse à l'époque où il est devenu le Roi Conan !

La mort, la mort, la mort rouge ! Dans son jardin pousse la fleur rouge. Le pouvoir, pouvoir est dans le sang ! De la tour, tour, tour, vient le torrent ! En son nom, le monde va saigneeeeeer. de cette semence sanglante, Razazel va s'éleveeeeer. 

Il y a peu, nous vous proposions la review de Savage Sword of Conan Tome 1 (disponible ici). Un tome qui s'en était sorti avec un beau 4/5. Qu'en est-il cette fois ? Si les qualités et les défauts ne sont pas forcément les mêmes, nous sommes une fois encore sur un opus de qualité.

Tout comme pour Savage Sword of Conan, c'est avant tout la narration qui est à saluer. L'histoire est narrée comem on raconte une légende. L'approche est intelligente et, finalement, assez prenante. La petite phrase qui rappelle qu'il s'agit de l'histoire de la vie de Conan et de sa mort est classique mais elle fait clairement le taff. Sans surprise, il y a pas mal d'action dans ce premier volume mais cela n'est jamais au détriment du récit. Ce qui prime, ce n'est pas les combats mais bien l'aventure. Par contre, les retournements de situation sont peut-être déjà un peu plus anecdotiques. On ne s'ennuie pas, mais on ne peut pas dire non plus que l'opus est riche en rebondissement. En tête, on peut penser à la toute dernière page qui place Conan dans une situation des plus critiques. Non seulement, c'est du déjà vu, mais surtout, c'est du déjà vu plusieurs fois au sein même du récit. Tout cela pour dire que des twists un petit peu plus variés n'auraient pas été de trop. Et ce n'est clairement pas impossible puisque le scénariste en met en place quelques uns qui sont plutôt bons notamment le premier qui conerne la Sorcière Rouge . C'est juste qu'ils sont mis en place de manière bien trop timidement. A noter également qu'il y a, parfois, des scènes assez difficiles à croire, même pour du Conan le barbare. Par exemple, Conan qui se jette contre un arbre qui du coup se déracine et qui du coup fait un strike sur les adversaires du héros en retombant... Bien sûr, ce point est totalement subjectif. Il est possible que d'autres lecteurs ne l'aient pas vu ainsi.

Enfin, les dialogues sont, une fois encore, plutôt bons. C'est prenant, léger et parfois même assez fun. Personnellement, c'est avec la phrase ci-dessous que j'ai compris que Conan était mon héros :

- Comment veux-tu tes gains, Conan ?

- Moitié or, moitié vin.

 

Mais il y en a d'autres qui font également sourire :

- Ta force semble prodigieuse, pour ne pas dire plus.

- Comme ton débit verbal, femme.

 

Sache, ô Prince, qu'entre ces temps où l'océan engloutit l'Atlantide aux cités étincelantes et ceux qui virent l'ascension des fils d'Aryas, fut un âge de prodiges, où la Terre se couvrit de royaumes comme le firmament d'étoiles...

Concernant la partie graphique, le tout est plutôt bon. Les scènes d'action sont soignées, les visages des personnages plutôt expressifs, et la mise en scène est réfléchie. Le design des créatures est également à saluer notamment celui de la Sorcière Rouge (la grande méchante de ce tome). Plusieurs planches sortent du lot comme la toute dernière. Notons que le dessinateur du chapitre 4, un roi en cage, change. On passe à un style très différent avec, notamment, une accumulation des traits. Ce chapitre n'est pas mauvais visuellement parlant mais on ne peut vraiment dire qu'il est dans la continuité du reste de l'oeuvre. C'est dommage.

Pour ce qui est des covers, le travail d'Esad Ribic est plutôt bon. Cela manque peut-être un peu de relief parfois, de "force", mais la mise en scène reste bonne. Concernant les variant covers, on trouve vraiment de tout. Cela peut être du 100% barbare avec Daniel Acuna ou un beau crossover avec l'univers des X-Men pour J. Scott Campbell. Plusieurs sortent du lot comme celle d'Adi Granov ou encore celle de Lee Inhyuk. Comme d'habitude, celle de Skottie Young place notre ami Conan dans la peau d'un enfant pour un résultat final assez jouissif.

En bonus, vous trouverez les covers, les variant covers, une interview de Mahmud Asrar, les biographies des auteurs. A noter d'ailleurs que Panini a fait un bel effort de mise en page pour avoir une certaine continuité avec le récit en lui-même.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- On suit le personnage principal avec intérêt
- Les dialogues
- La partie graphique
- Les covers
- Le travail éditorial

LES POINTS FAIBLES

- Les retournements de situation qui sont parfois répétitifs

 

4

Bonne lecture

Conclusion

Une bonne petite histoire parfaitement accessible qui donne envie de se mettre à l'univers de Conan.

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
[Review VF] Décennies : Marvel dans les années 2000

[Review VF] Décennies : Marvel dans les années 2000

11 Décembre 2019

Edité par Panini Comics

[Review VF] Jessica Jones : L'enfant Pourpre

[Review VF] Jessica Jones : L'enfant Pourpre

08 Décembre 2019

Edité par Panini Comics

[Review VF] Gwenpool : La guilde des bras cassés

[Review VF] Gwenpool : La guilde des bras cassés

04 Décembre 2019

Edité par Panini Comics

Pas d'avis pour le moment.