[Review VF] The Infinite Loop Tome 1

[Review VF] The Infinite Loop Tome 1

La sortie du premier tome de The Infinite Loop chez Glénat est clairement un petit événement en France, d'une part parce que la série est réalisée par un duo français que l'on commence à bien connaître et d'autre part pour son parcours, assez idyllique. Pierrick Colinet et Elsa Charretier, à qui l'on doit déjà Aeternum Vale sorti chez Wanga Comics, a d'abord lancé The Infinite Loop à travers une campagne de financement participatif sur Ulule, qui a excédé leurs espérances et a atteint haut la main ses objectifs. La série a ensuite été repérée par l'éditeur américain IDW, qui a sorti les numéros individuellement, une concrétisation pour le duo et leur titre. Et finalement, la série voit enfin le jour en France pour tout le monde ! Et autant vous dire qu'il serait dommage de passer à côté.

 

 

Alors cet Infinite Loop, c'est quoi ? Pierrick Colinet nous plonge dans une histoire assez originale où il va mêler habilement des concepts de science-fiction, notamment les voyages temporels, avec une intrigue assez intimiste et très humaine. D'emblée, le concept original dévoilé de manière intelligente dans les premières pages pique notre curiosité et s'empare de notre attention. Et comment pourrait-il en être autrement lorsqu'un dinosaure explose littéralement des pages dès le début grâce au talent d'Elsa Charretier, qui ne met pas longtemps à se manifester. Le concept et les personnages rapidement installés, le scénario ne perd pas de temps à livrer les éléments perturbateurs et à entrer dans le cœur de l'histoire, offrant un bon rythme qui durera tout au long des quatre numéros. L'enchaînement des différents axes importants du récits, les cliffhangers, les moments plus calmes, le tout est bien maîtrisé et très dynamique. Plus que d'installer les bases d'une histoire à développer dans les tomes suivants, The Infinite Loop est généreuse et donne au lecteur ce qu'il attend, avec une première partie d'histoire bien remplie et satisfaisante. Alors c'est évidemment plus simple lorsque l'on sait qu'il y aura peu de numéros en tout, mais c'est un choix, et qui est loin d'être mauvais.

 

 

Le cœur de cette histoire réside dans la rencontre entre deux personnages, digne des plus grandes histoires où deux individus qui n'ont rien en commun et n'auraient jamais dû se rencontrer se retrouvent né-à-né l'un avec l'autre, s'en suivant une interaction à la fois belle et touchante. L'activité de Teddy, le personnage principal, est de chasser et détruire des anomalies créées à travers le temps. Une activité qui se déroule sans accroc jusqu'au jour où l'une de ces anomalies se révèle être en fait une femme ! Et plutôt jolie par-dessus le marché, au point de faire craquer notre Teddy. Ah, oui, Teddy est aussi une femme. Ano, le nom très mignon qui sera donné à cette belle inconnue par Teddy, s'avère très innocente et naïve, comme si elle était encore une gamine qui découvrait le monde, ce qui contraste totalement avec le personnage de Teddy, qui est une femme sûr d'elle au fort caractère. C'est ce qui va créer une très belle dynamique entre les deux personnages, Teddy prenant Ano sous son aile, en quelque sorte, en essayant de la sauver. On s'attache donc vite aux personnages, la preuve en est que l'on se retrouve même surpris d'être aussi impliqué et affecté lorsque l'une des deux se retrouve en grand danger.

 

 

L'une des autres forces du récit réside dans ses dialogues et ses références. Pierrick Colinet est d'abord un lecteur et un fan, ce qui se ressent totalement sans son écriture et apporte un vrai plus à un récit comme celui-ci, qui va piocher ses inspirations dans tellement de matériaux et genres divers et variés. C'est toujours un plaisir de voir les références défiler quand on fait partie de cette sphère « geek », qu'elles soient directement citées dans un dialogue ou plus implicites à travers des concepts ou des thèmes abordés. Quelques éléments de narration sont vraiment très originaux et font mouche, comme par exemple les schémas décisionnels auxquels est confrontée Teddy à plusieurs reprises, parfaitement mis en image par Elsa, qui rappellent notamment les jeux vidéos proposant plusieurs voies possibles.

On regrettera peut-être que l'intrigue devienne vite assez prévisible et que l'enchaînement des événements amenant à la situation finale soient attendus et peu surprenants. Que ce soit par rapport au sort d'un des personnages ou par rapport au « méchant » de l'histoire. Pour autant, l’exécution reste de qualité.

 

 

Très souvent, une série de comics n'est pas ce qu'elle est sans les dessins qui lui apportent une ambiance et une âme. C'est encore plus vrai ici avec Elsa Charretier, qui éclabousse de son talent ce déjà très bon scénario de Pierrick. Son trait aux inspirations très cartoon, ses mises en scène très lisibles, ses personnages débordants de charme et de personnalité et ses couleurs chaudes et prononcées, le tout rend la lecture agréable, fun et divertissante, c'est un pur régal. Elsa nous offre même quelques scènes assez innovantes, à la structure originale, qui mettent magnifiquement en scène des moments importants du récits. C'est là que l'on peut admirer la complicité entre les deux auteurs.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- L'originalité de l'histoire
- Les personnages
- Les dialogues
- Les références
- Les dessins

LES POINTS FAIBLES

- Une intrigue assez prévisible passée la première partie

 

4

Une délicieuse petite friandise !

Conclusion

Pierrick et Elsa nous offrent un comic book original, divertissant, intelligent, coloré, plein de fraîcheur et qui pioche des éléments dans tous les genres que l'on aime. C'est un petit bonbon acidulé à l'emballage qui attire l'oeil, au milieu du rayon des autres friandises que l'on connaît déjà bien. Soyez gourmand, dans le cas présent ce n'est pas un vilain défaut.

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
Glénat arrête la publication de la série Power Rangers

Glénat arrête la publication de la série Power Rangers

30 Novembre 2020

Une situation trop compliquée

Glénat Comics donne des nouvelles de ses parutions

Glénat Comics donne des nouvelles de ses parutions

16 Juillet 2020

De bonnes et mauvaises nouvelles post-covid

[Review VF] Silent Dragon

[Review VF] Silent Dragon

18 Janvier 2020

Edité par Glénat Comics

  • Tpstoto
    Tpstoto

    il y a 6 ans

    C'est frais , ça se déguste vite , c'est bon et en plus c'est beau ! Goooo !!!

  • Kit_Fisto
    Kit_Fisto

    il y a 6 ans

    Dans mes prochains achats !

  • THE BUBL
    THE BUBL

    il y a 6 ans

    Les dessins on dirait du bruce tim.