Infinite Loop #1

Infinite Loop (2015)

Infinite Loop #2

Infinite Loop (2015)

Infinite Loop #3

Infinite Loop (2015)

Surgi du fond des temps : l’amour.

Teddy a une vie parfaite. Fonctionnaire, elle vient d'un futur lointain où les hommes ont abandonné les contacts humains et les sentiments amoureux. Il n'y a plus d'enjeux, plus de haine, et plus d'amour. Les voyages temporels y sont devenus monnaie courante, et les enfants des classes supérieures en profitent pour s'amuser à modifier les grands moments de l'Histoire. Ces altérations entraînent l'apparition instantanée d'anomalies que Teddy a pour mission de répertorier scrupuleusement pour les rapporter à ses supérieurs. Jusqu'au jour où l’une de ces anomalies prend forme humaine : une jeune femme dont Teddy tombe instantanément et éperdument amoureuse. Pour la première fois de sa vie sage et sans relief, elle découvre quelque chose de fort, un sentiment extrême. Et elle doit faire un choix, avant que sa hiérarchie ne découvre l'existence de cette jeune femme...

Comment s’épanouir quand on vous empêche d'aimer librement ? C’est la question à laquelle tentent de répondre Pierrick Collinet et Elsa Charretier, couple d’auteurs français évoluant sur le marché américain, avec Infinite Loop : une histoire humaniste où la SF est un moyen d’aborder des sujets plus délicats.

Contient les épisodes US Infinite Loop #1-3.

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 5 ans

    La série des deux petits français Pierrick Collinet et Elsa Charretier, d'abord lancé par financement participatif pour finalement sortir chez IDW aux Etats-Unis et ici chez Glénat. Une belle réussite méritée car cette série a vraiment tout pour charmer. Le scénario de Pierrick est original et embarque très vite le lecteur grâce à des personnages hauts en couleur, une ambiance rafraichissante et des dialogues pétillants. Et Elsa donne parfaitement vie à cet univers avec ses superbes dessins cartoony et coloré. Une belle lecture à découvrir !

  • Kit_Fisto
    Kit_Fisto

    il y a 5 ans

    Une belle histoire que celle de The Infinite Loop, que ce soit celle de ses auteurs ou celle à proprement parler contenu dans les pages de ce recueil librairie. Je ne m’attarderais pas (trop) sur la genèse de « La Boucle Infinie ». Elsa Charretier et Pierrick Colinet ont lancé leur projet via le financement par "Ulule". Ce projet réussi s’est fait repéré par la maison d’édition comics IDW. Celle-ci a édité leur travail qui revient désormais chez nous en recueil chez Glénats Comics. La boucle est bouclée (The Loop is looped mais je crois qu'on dit plutôt "The Circle is now Complete"...Merci Lord Vader) si j’ose dire ^_^ Revenons désormais sur l'histoire de Pierrick Colinet : Imaginez un futur où il est possible de voyager dans le temps. Mais comme toute nouvelle technologie, elle peut être détourner de son but 1er à des buts malhonnêtes. Ici, des "forgeurs" entraînent des anomalies temporelles pouvant causer des troubles et des destructions temporelles. Une police temporelle a donc été créée dans le but de maintenir l'ordre dans les lignes temporelles en neutralisant toute anomalie. A cette époque, le monde est maintenue en paix grâce à un contrôle des sentiments humains. Teddy, une jolie jeune femme, fait ce métier depuis 4 années, en détruisant une à une ces anomalies et en trouvant du repos dans havre de paix qu'elle s'est elle-même créée. Jusqu'au jour où la jolie flic temporelle rouquine tombe sur une anomalie qui n'est autre qu'une autre jeune femme assez extravertie. Le coup de foudre entre les deux est fulgurant. Mais l'acte d'épargner "Ano" fait de Teddy une hors la loi traquée par ses anciens collègues, dont deux brutes violentes, machistes et homophobes. Comme toute histoire de science-fiction (film, roman, BD...), on peut faire un rapprochement, des parallèles avec des époques passées ou même l'actualité. The Infinite Loop ne déroge pas à la règle. Ici l'un des thèmes majeurs est l'amour menacé par l'intolérance. L'amour proscrit d'un agent pour une anomalie mais également l'amour d'une femme pour une autre. Bien que se déroulant dans le futur, ce monde reste intransigeant sur l'amour homosexuel surtout quand on observe les réactions du duo traquant Teddy et Ano et le comportement de Ulysse, l'ex-collègue de l'héroïne. Une belle histoire donc, divertissante, originale, fraîche et pleine de couleurs bercée par la pop-culture que nous affectionnons tous (cf les clin d’œil ici et là dans les dialogues et les planches). Du côté des dessins, Elsa Charretier nous offre un beau panel de ses talents d'illustratrice, d'encreur et de coloriste avec une belle mise en page et découpage des planches. Des beaux dessins qui ne sont pas sans rappeler les travaux de Bruce Timm et Darwyn Cooke, deux légendes du comics et de l'animation avec leur côté assez "cartoon", surtout quand il s'agit de dessiner les visages de Teddy et Ano. Le tout figurant dans une belle édition de Glénat Comics agrémenté de bon bonus : Un avant propos de Kelly Thompson (Jem & The Holograms), le script complet du volet #1, les couvertures variantes de Elsa Charretier, Stéphanie Hans et Charlie Adlard (s'il vous plait!) et un dossier complet sur l'homosexualité dans les comics signés Katchoo du blog "thelesbiangeek". Certes le recueil est court, car ne contenant que 3 volets, mais l'apport de ces bonus rattrape une lecture assez rapide du livre. Cela sera comblé par l'arrivée du tome 2 prochainement. En tout cas on peut dire que le duo Charretier/Colinet est prometteur. On leur souhaite de continuer dans cette voie et d'arriver à poursuivre leurs travaux que ce soit au USA ou chez nous dans l'Hexagone. Un duo à suivre de près!

La sortie du premier tome de The Infinite Loop chez Glénat est clairement un petit événement en France, d'une part parce que la série est réalisée par un duo français que l'on commence à bien connaître et d'autre part pour son parcours, assez idyllique. Pierrick Colinet et Elsa Charretier, à qui l'on doit déjà Aeternum Vale sorti chez Wanga Comics, a d'abord lancé The Infinite Loop à travers une campagne de financement participatif sur Ulule, qui a excédé leurs espérances et a atteint haut la main ses objectifs. La série a ensuite été repérée par l'éditeur américain IDW, qui a sorti les numéros individuellement, une concrétisation pour le duo et leur titre. Et finalement, la série voit enfin le jour en France pour tout le monde ! Et autant vous dire qu'il serait dommage de passer à côté.

 

 

Alors cet Infinite Loop, c'est quoi ? Pierrick Colinet nous plonge dans une histoire assez originale où il va mêler habilement des concepts de science-fiction, notamment les voyages temporels, avec une intrigue assez intimiste et très humaine. D'emblée, le concept original dévoilé de manière intelligente dans les premières pages pique notre curiosité et s'empare de notre attention. Et comment pourrait-il en être autrement lorsqu'un dinosaure explose littéralement des pages dès le début grâce au talent d'Elsa Charretier, qui ne met pas longtemps à se manifester. Le concept et les personnages rapidement installés, le scénario ne perd pas de temps à livrer les éléments perturbateurs et à entrer dans le cœur de l'histoire, offrant un bon rythme qui durera tout au long des quatre numéros. L'enchaînement des différents axes importants du récits, les cliffhangers, les moments plus calmes, le tout est bien maîtrisé et très dynamique. Plus que d'installer les bases d'une histoire à développer dans les tomes suivants, The Infinite Loop est généreuse et donne au lecteur ce qu'il attend, avec une première partie d'histoire bien remplie et satisfaisante. Alors c'est évidemment plus simple lorsque l'on sait qu'il y aura peu de numéros en tout, mais c'est un choix, et qui est loin d'être mauvais.

 

 

Le cœur de cette histoire réside dans la rencontre entre deux personnages, digne des plus grandes histoires où deux individus qui n'ont rien en commun et n'auraient jamais dû se rencontrer se retrouvent né-à-né l'un avec l'autre, s'en suivant une interaction à la fois belle et touchante. L'activité de Teddy, le personnage principal, est de chasser et détruire des anomalies créées à travers le temps. Une activité qui se déroule sans accroc jusqu'au jour où l'une de ces anomalies se révèle être en fait une femme ! Et plutôt jolie par-dessus le marché, au point de faire craquer notre Teddy. Ah, oui, Teddy est aussi une femme. Ano, le nom très mignon qui sera donné à cette belle inconnue par Teddy, s'avère très innocente et naïve, comme si elle était encore une gamine qui découvrait le monde, ce qui contraste totalement avec le personnage de Teddy, qui est une femme sûr d'elle au fort caractère. C'est ce qui va créer une très belle dynamique entre les deux personnages, Teddy prenant Ano sous son aile, en quelque sorte, en essayant de la sauver. On s'attache donc vite aux personnages, la preuve en est que l'on se retrouve même surpris d'être aussi impliqué et affecté lorsque l'une des deux se retrouve en grand danger.

 

 

L'une des autres forces du récit réside dans ses dialogues et ses références. Pierrick Colinet est d'abord un lecteur et un fan, ce qui se ressent totalement sans son écriture et apporte un vrai plus à un récit comme celui-ci, qui va piocher ses inspirations dans tellement de matériaux et genres divers et variés. C'est toujours un plaisir de voir les références défiler quand on fait partie de cette sphère « geek », qu'elles soient directement citées dans un dialogue ou plus implicites à travers des concepts ou des thèmes abordés. Quelques éléments de narration sont vraiment très originaux et font mouche, comme par exemple les schémas décisionnels auxquels est confrontée Teddy à plusieurs reprises, parfaitement mis en image par Elsa, qui rappellent notamment les jeux vidéos proposant plusieurs voies possibles.

On regrettera peut-être que l'intrigue devienne vite assez prévisible et que l'enchaînement des événements amenant à la situation finale soient attendus et peu surprenants. Que ce soit par rapport au sort d'un des personnages ou par rapport au « méchant » de l'histoire. Pour autant, l’exécution reste de qualité.

 

 

Très souvent, une série de comics n'est pas ce qu'elle est sans les dessins qui lui apportent une ambiance et une âme. C'est encore plus vrai ici avec Elsa Charretier, qui éclabousse de son talent ce déjà très bon scénario de Pierrick. Son trait aux inspirations très cartoon, ses mises en scène très lisibles, ses personnages débordants de charme et de personnalité et ses couleurs chaudes et prononcées, le tout rend la lecture agréable, fun et divertissante, c'est un pur régal. Elsa nous offre même quelques scènes assez innovantes, à la structure originale, qui mettent magnifiquement en scène des moments importants du récits. C'est là que l'on peut admirer la complicité entre les deux auteurs.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- L'originalité de l'histoire
- Les personnages
- Les dialogues
- Les références
- Les dessins

LES POINTS FAIBLES

- Une intrigue assez prévisible passée la première partie

 

4

Une délicieuse petite friandise !

Conclusion

Pierrick et Elsa nous offrent un comic book original, divertissant, intelligent, coloré, plein de fraîcheur et qui pioche des éléments dans tous les genres que l'on aime. C'est un petit bonbon acidulé à l'emballage qui attire l'oeil, au milieu du rayon des autres friandises que l'on connaît déjà bien. Soyez gourmand, dans le cas présent ce n'est pas un vilain défaut.