SCÉNARISTES : TAYLOR TOM, KING TOM - DESSINATEURS : DANIEL TONY, JANIN MIKEL

Affecté par les événements entourant son mariage avec Catwoman et le retour de Nightwing à Gotham, Batman est projeté dans les recoins de sa psyché où ses plus grandes peurs et ses souhaits les plus intimes menacent de le briser à jamais, laissant place libre à ses ennemis pour la reconquête de Gotham.
Contenu vo : Batman #61-63, #66-69

  • BartAllen
    BartAllen Staff MDCU

    il y a 3 mois

    L'arc qui a fait du mal à la série. Si depuis pas mal de temps le run de Tom King était redevenu intéressant avec notamment la préparation du mariage ou encore l'arc où Bruce est juré, on tombe ici bien bas avec un arc qui traîne en longueur et s'avère assez peu intéressant et beaucoup trop étiré, l'intégralité du tome pouvant se lire en une demi-heure grand max. L'arc suivant n'arrangera rien. Heureusement, la partie graphique est très bonne, King s'entourant d'un ilustrateur différent à chaque numéro.

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 3 mois

    C'est le moment de l'arc assez décrié "Knightmares", qui s'avère un peu trop long, et parfois un peu trop hors sujet aussi. Pour autant, il y a de vraies bonnes idées et des numéros très inspirés, celui consacré à Pig en tête. La volonté de King de briser Batman avec ses peurs et de nous emmener dans ses chauchemars est intéressante mais l'ensemble est un peu trop inégal pour vraiment fonctionner. Le travail en puzzle du scénariste n'en reste pas moins impressionnant et il n'est pas impossible que cet arc vous donne envie de jeter un oeil à d'anciens numéros du run.

  • AZRAEL2099
    AZRAEL2099

    il y a 9 jours

    Tome un peu molasson, où Batman explore ses propres cauchemars dans lesquels s'invitent Professor Pyg, The Question, Constantine, Joker, Damian entre autres. Batman #68 change de ton avec les soirées enterrements de vie de garçon/fille où Catwoman fait une virée mémorable dans la Forteresse de solitude avec Loïs Lane à contrario de Bruce Wayne qui passe une soirée "passionnante" avec Clark Kent. Batman #69, conclusion de l'arc "Cauchemars", apporte son lot d'explications qui permet de mieux comprendre le lien entre ces 2 derniers arcs.
    Un volume assez mitigé... en espérant que le suivant soit plus passionnant & plus explicite.