Exile

Injustice : God Among Us

Year Four #9

Injustice : God Among Us

Stupid Tartarus

Injustice : God Among Us

The Dark Side

Injustice : God Among Us

Between the Gods

Injustice : God Among Us

Injustice: Gods Among Us Ye...

Injustice : God Among Us

Après avoir régné d'une main de fer sur la Terre durant quatre longues années, Superman est aujourd'hui mis à mal par une poignée de héros associés depuis peu avec les Dieux de l'Olympe. Contre toute attente, ils n'ont pas rallié les rangs de leur « soeur » Wonder Woman, mais bien ceux des insurgés. Et si cette guerre des Titans ne s'achève pas bientôt, l'avenir de l'humanité pourrait bien courir un grave danger... Contient : INJUSTICE: GODS AMONG US: YEAR FOUR vol.2 (#8-12 + Annual #1)

  • CAPTAINBAT
    CAPTAINBAT

    il y a 3 ans

    Cette 4ème année se termine sur les chapeaux de roues, cela prmet pour l'année 5. Après une année 3 un peut moin bonne que les précédent, la 4 repart sur de bonne bases et est excellente

  • Zarkoneil
    Zarkoneil

    il y a 1 an

    Poursuite avec les dieux... maintenant qu'on a compris comment cela fonctionne qui pourra être le principal de la year 5 ?

On met de côté les reviews Hachette pour passer du côté Urban Comics de la force avec le tome 8 d'Injustice.

Cette deuxième partie de l’année 4 poursuit et achève le récit concernant l’intervention des divinités. Pour rappel, c’était Batman qui était intervenu auprès des Dieux afin de contrer Superman. Néanmoins, Zeus et son groupe ont finalement formé une troisième faction plus qu’autre chose. Autant dire que Batman n’a pas vraiment gagné au change. De fil en aiguille, nous apprenons également que les manipulations auront été particulièrement nombreuses avec, en tête, les interventions d’Arès et de Darkseid.

Le moins que l’on puisse dire c’est que le scénariste a mis les bouchées doubles concernant les Dieux. D’ailleurs, l’arrivée de Zeus calme d’emblée tout le monde et la scène avec Shazam montre le ton. Lorsque l’on sait que cette série est connue pour aller, le plus souvent, bien trop vite, il est très étonnant de voir un volume avec moins de combat voire avec des moments plus calmes (des moments très bons, au passage). Une des preuves les plus flagrantes est le fait d’avoir narrer les origines d’Arès. L’auteur prend le temps d’installer les personnages, les intrigues et donne même de nombreuses pages aux différents Dieux.

De manière générale, on s’accordera également à dire que l’intervention de Zeus aura donné lieu à des situations pour le moins cocasses. On peut penser à Harley et Billy dans le Tartare aux côtés de Charon mais aussi au fait que Zeus ait rasé tous les plus grands monuments de chaque religion afin de s’imposer en tant que seul Dieu sur l’Humanité ou encore le fait que le Vatican dénonce les actions de ce dernier. Ce point est d’ailleurs développé à plusieurs reprises. Par exemple, un présentateur TV explique : « Le départ soudain de Superman soulève une question : quelqu’un osera-t-il s’opposer à l’occupation des Dieux grecs ? Et surtout, les religions du monde accepteront-elles que Zeus exige l’abolition de toute autre forme de culte ? ». Cette phrase est intéressante et montre une réelle maîtrise de la part de l’auteur. En effet, le scénariste ne reste pas bloqué sur son histoire et ne se focalise pas que sur les personnages. Il prend également le temps d’expliquer les répercussions sur la société.

Il n’est peut-être pas nécessaire de le rappeler à chaque fois mais, bien sûr, les personnages sont toujours respectés. On peut penser, par exemple, à Sinestro et à son franc-parler, à Harley Quinn, toujours aussi déjantée ou encore à la dispute entre Wonder Woman et Batman. Une scène efficace, logique, sympathique, et qui en dit long sur les deux personnages.

Pour terminer, on peut également mettre en avant un découpage qui donne un très bon rythme à la lecture, un bel enchainement des idées et, malgré une fin assez expéditive, un arc autour des Dieux réussi. On regrettera peut-être le fait que, malgré un twist de fin qui s’annonce intéressant, il n’y ait pas de conséquences directes à l’intervention des Dieux puisque l’on revient au statu quo de l’arc précédent.

A noter que le numéro s’achève par l’Annual #1 qui est consacré essentiellement à Plastic Man. Un numéro très sympa qui traite très bien ledit personnage malgré le faible nombre de pages.

Concernant les dessins, ils sont, tout comme la colorisation, toujours aussi bons. Mention spéciale à Harley Quinn que cela soit au niveau de ses poses, du costume ou du visage.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Les dessins
- La mise en place des différents éléments
- Le traitement des personnages
- Le numéro sur Plastic Man
- Les conséquences sur la société

LES POINTS FAIBLES

- La fin, très expéditive

 

4.5

Une série qui continue de surprendre.

Conclusion

Un très bon numéro qui termine parfaitement l'arc des Dieux.