[Review VF] Clark Kent : Superman Tome 0

[Review VF] Clark Kent : Superman Tome 0

La review du jour est un titre proposé par Urban Comics. Il s'agit de Clark Kent : Superman Tome 0. Le numéro est écrit par Brian Michael Bendis et est dessiné par Ivan Reis, Jason Fabok, Doc Shaner, Ryan Sook et Adam Hughes. Il est sorti le 26 avril pour 17.50€. Il contient les titres US Superman: Man of Steel #1-6, des extraits de Action Comics #1000 et DC Nation #0.

Depuis quelques années, Superman vivait heureux avec sa femme, Lois, et son fils, Jon, mais cette existence idyllique vole en éclats lorsque Jor-El , rescapé de l'explosion de Krypton , fait sa réapparition.
De plus, un puissant guerrier extraterrestre, Rogol Zarr, attaque Metropolis , prétendant être à l'origine de la destruction de Krypton !

 

 

Clark Kent: Superman ou l'arrivée de Brian Michael Bendis du côté de DC Comics. Inutile de préciser qu'une telle arrivée a forcément fait parler et que les premières histoires de l'auteur ont été attendues au tournant par les fans. Qu'en est-il des débuts de la série Clark Kent : Superman ? C'est un titre qui a clairement divisé les fans et les critiques spécialisées. De manière générale, on s'accorde à dire que c'est loin d'être exceptionnel. Est-ce réellement le cas ? Difficile à dire... Est-ce que Brian Michael Bendis s'est cassé la figure ou est-ce que le fan pur et dur en attendait trop ? Nous allons voir cela.

Nous commençons ce titre avec un prologue assez intéressant. Nous assistons à une suite de scènes qui tournent autour du Daily Planet . C'est rapide et très cool à suivre. Par contre, cette bonne petite mise en bouche arrive déjà avec une question... pourquoi ? Les scènes sont bonnes et voir comment tourne le journal est toujours intéressant mais pourquoi est-ce que l'intrigue tourne essentiellement autour de Goode ? Pour la petite explication, ce personnage est une jeune femme qui vient d'arriver et qui en impose assez rapidement après qu'elle ait déclaré que le journal allait lui appartenir d'ici quelques jours. Tout ceci est extrêmement intriguant et le lecteur veut connaître la suite mais le problème c'est que, finalement, on s'en fiche... Le personnage n'a plus aucun intérêt dans les numéros suivants. Le prologue tourne autour de Goode, le twist final tourne autour de Goode, mais l'intrigue glisse sur totalement autre chose par la suite, faisant passer Goode à un rôle bien moins central. Dans les faits, c'est une approche possible du personnage, il n'y a pas d'erreur scénaristique. Mais alors pourquoi en faire tout un foin durant autant de pages si c'est pour, tout de suite après, lui donner moins d'importance ? Ceci est également l'approche utilisée pour la destruction de Krypton . L'auteur joue un petit peu avec la mythologie de Superman expliquant que, finalement, la destruction de Krypton n'est peut-être pas naturelle. Ici encore, c'est une excellente idée... mais qui ne va nulle part. Cette fois encore, la réponse à cette question est très vite donnée quelques pages plus loin, sans trop que l'on sache pourquoi ce point avec été autant mis en avant par le passé.

J'ai fini par apprendre que si l'homme le plus poli de la galaxie s'en va sans prendre le temps de dire au revoir... c'est qu'il a une bonne raison.

Pour ce qui est du traitement des personnages, il y a du bon et du moins bon. Rogol Zaar est plutôt original est assez intéressant à suivre. Son design est sympathique et les combats sont assez impressionnants. Son rôle, sa mission n'a rien de nouveau mais la mise en scène et les dialogues balaient ce petit défaut. Lois Lane et le fils de Superman sont assez secondaires mais c'est voulu donc ici aussi, pas de problème. Perry est très bien exploité. Par contre, il y a d'autres personnages que l'on aura déjà plus de mal apprécier et, malheureusement, Superman et Batman en font partie. Concernant Superman , il y a des choses qui ne sont pas claires. Le cas le plus flagrant concerne sans doute ses commentaires lors du combat contre le super-vilain. Le Dernier Fils de Krypton dit que son adversaire veut l'affronter dans la rue, sous les yeux de tous. A cela, Superman se dit "avec plaisir". Déjà, je ne suis pas sûr que Superman se dirait vraiment cela mais en plus, c'est pour dire quelques cases plus loin "Chaque coup fait trembler la ville entière. je dois l'éloigner d'ici". Pour Batman , c'est un peu la même chose. Le nombre de pages mettant en avant ce dernier se comptent sur les doigts de la main et pourtant, on ne peut s'empêcher de se dire que ce n'est pas Batman . Le concernant, c'est la scène durant laquelle il explique comment il a arrêté le Pingouin à un personnage qui est discutable. Cela fait un petit peu "j'ai une anecdote à raconter". Or, ce n'est pas le genre du bonhomme...

Le dernier point négatif concerne les flashbacks. Ils sont longs, horriblements répétitifs et, il faut bien l'avouer, assez inutiles. Avoir plusieurs planches aussi similaires frôle le ridicule.

A côté de cela, il y a de bonnes choses à se mettre sous la dent. Les retournements de situation sont nombreux et plutôt bons et le scénariste a un certain sens du spectacle. Il y a également un sérieux travail au niveau des clins d'oeil et des références. Clairement, il vaut mieux ouvrir l'oeil et le bon. Il y a beaucoup de choses intéressantes qui se passent en arrière plan. On notera, par exemple, la belle référence "Metropolis since 1938". L'année n'a bien évidemment pas été choisie par hasard puisqu'il s'agit de l'année de création de Superman .

Un autre point fort de l'oeuvre réside dans les dialogues. Brian Michael Bendis sait écrire des dialogues et cela se voit. Les échanges entre Superman , Killer Moth sont très bons tout comme ceux entre le Man Of Steel et le Toyman (dont l'univers est, d'ailleurs, très bien représenté). C'est léger, fun bref, cela se lit très vite et avec plaisir.
 

  

Après les kryptonites rouge et dorée, j'ai visiblement trouvé ma kryptonite humaine.

Concernant la partie graphique, il n'y a pas grand-chose à dire. Il faut dire aussi qu'il est rare que le travail d'Ivan Reis ne soit pas synonyme de qualité. La plupart des planches sont bonnes notamment celles qui concernent les affrontements entre Superman et le super-vilain ou encore celle mettant en avant la destruction de Krypton et qui est tout simplement sublime. Concernant Superman en lui-même, on s'en sort également plutôt bien. Dans le prologue, le personnage a un visuel assez moderne mais sans dénaturer l'essence du personnage. A l'inverse, le numéro 2 nous présente un super-héros un peu plus oldschool et cela passe tout aussi bien. La colorisation est très bonne. Pour ce qui est des covers, il y a là aussi de très bonnes choses à se mettre sous la dent notamment la cover principale ou encore la cover du numéro 3.

En bonus, vous toruverez les travaux de recherche ainsi que des pages encrées.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Les dialogues
- Les retournements de situation
- Les scènes de baston
- La partie graphique
- Les bonus

LES POINTS FAIBLES

- Un Brian Michael Bendis qui a déjà été plus en forme
- Le traitement de certains personnages
- Des idées qui ne sont pas exploitées jusqu'au bout

 

3.5

Début discutable

Conclusion

Des débuts qui auraient pu être bien meilleurs. Bendis propose de bonnes choses mais sans aller jusqu'au bout de ses idées. A voir si le premier tome permet un véritable top départ pour Superman .

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
[Review VF] Swamp Thing, la créature des marais

[Review VF] Swamp Thing, la créature des marais

23 Aout 2019

Edité par Urban Comics

[Review VF] Justice League Dark Rebirth Tome 1

[Review VF] Justice League Dark Rebirth Tome 1

21 Juillet 2019

Edité par Urban Comics

[Review VF] Injustice 2 Tome 4

[Review VF] Injustice 2 Tome 4

17 Juillet 2019

Edité par Urban Comics

Pas d'avis pour le moment.