[Review VF] Hillbilly Tome 1

[Review VF] Hillbilly Tome 1

La review du jour concerne un titre proposé par Delcourt : Hillbilly Tome 1. Il est sorti le 24 janvier pour 15.95$.

Rondel est un vagabond aveugle, qui en réalité comprend et voit le monde bien mieux que le commun des mortels. Rondel est un solitaire, armé d'un hachoir géant – dont on prétend qu'il a été dérobé au Diable lui-même – qui prouchasse créatures magiques et autres sorcières maléfiques. Rondel est même devenu un héros de folklore pour ceux qui osent errer à l'orée du monde des rêves. Mais Rondel est également bien plus que cela...

Avant de parler de l'oeuvre, il serait de bon ton de parler de son auteur, Eric Powell. Ce n'est pas le premier travail du scénariste et dessinateur et encore moins le premier travail qui passe nos frontières. Connu dans un premier temps pour avoir créer la série The Goon et l'univers à la fois sombre et décalé qui s'en rattache, l'auteur ne s'est pas arrêté là. Mieux encore, il a fait de ce décalage sa marque de fabrique en éditant par la suite Chimichanga ou encore Big Man Plans.

C'est en suivant une fois encore ce même principe que l'auteur nous propose Hillbilly. Certes, le titre possède peut-être un peu moins d'humour noir que ses frères et sœurs mais, pour le reste, on ne s'éloigne pas trop de la racine non plus. Grosse part d'imaginaire, personnages totalement décalés, personnage principal reconnaissable entre mille, complexité de l'histoire et de la narration... tout ce qui caractérise Powell est présent dans cette œuvre.

Si le principe est déjà plutôt intéressant, ce n'est rien une fois la lecture commencée. L'intrigue est très bien gérée tout comme la narration qui donne un côté "Conte pour enfants" à ce récit qui pourtant reste assez sombre voire violent. Le principe du récit dans le récit est également très bien exploité et permet de donner un air de Dark Fantasy à la fois drôle et effrayant à l'ensemble de l'oeuvre.

Comme souvent avec Eric Powell, la claque est tant scénaristique que visuelle. Hillbilly n'échappe pas à la règle étant donné qu'il s'agit, une fois encore, d'un régal pour les yeux. La mise en scène, les mouvements des personnages... tout est travaillé dans les moindres détails. De même, les designs des personnages sont toujours aussi originaux et apportent une dimension toute particulière au récit, une sorte de juste milieu entre le conte de fée et le film d'horreur. Principe déjà vu dans Chimichanga, cette volonté de cotoyer fréquemment le cirque de monstre est toujours une idée développée avec brio. Cette fois encore, c'est le personnage principal, Rondel, qui sort le plus du lot. A la fois attachant et repoussant, attirant et monstrueux, le personnage semble être une sorte de Rob Zombie vagabond. Le résultat final est bluffant.

Un soin tout particulier est également apporté à la colorisation qui contribue grandement audit impact visuel sur le lecteur.

A noter que vous avez un bonus pas mal de pages qui forment le carnet de croquis d'Eric Powell. Une partie très intéressante et bourrée d'anecdotes narrées par l'auteur lui-même. Lorsque l'on a un univers aussi décalé et perturbateur que le sien, on ne peut que lire cette partie avec plaisir. Je vous abandonne avec un petit extrait :

Bonjour, ici Eric Powell. Hillbilly était un des nombreux projets qui traînaient dans mes cahiers de dessin et mes carnets de notes sur lesquels je voulais me mettre quand je ferais une pause sur ma série The Goon. Rondel n'avait pas de nom à l'époque. Son nom définitif fut inspiré par le père de mon ami Ryan, Rondle. Je trouvais que c'était un prénom qui avait une super sonorité sudiste et qui collerait bien aussi dans un récit fantastique. Je l'ai transformé en Rondel, mais c'est de là que vient le nom.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Le côté "conte pour enfant"
- Le design des personnages
- Le décalage des personnages
- Les dessins et la colorisation

LES POINTS FAIBLES

Aucun.

 

4.5

Powell style

Conclusion

Powell nous offre une nouvelle fois un récit frôlant le Dark Fantasy et mêlant habilement humour et noirceur. Des personnages haut en couleur que l'on suit avec un plaisir non dissimulé. Dessin et colorisation magnifiquement réalisés.

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
[Review VF] Skybourne

[Review VF] Skybourne

17 Septembre 2018

Une création de Frank Cho

[Review VF] Joe Golem Tome 1

[Review VF] Joe Golem Tome 1

22 Juin 2018

Edité par Delcourt

[Review VF] Oblivion Song tome 1 - Édition Collector N&b

[Review VF] Oblivion Song tome 1 - Édition Collector N&b

13 Juin 2018

La version collector sort aujourd'hui dans les librairies !

  • mmat1986
    mmat1986

    il y a 1 an

    J'ai un pu honte de le dire mais c'est le premier travail d'Eric Powell que je découvre et j'ai adoré tant l'histoire que les dessins, l'encrage, la colo tout est excellent  ! bref ça m'a bien motivé à mettre la main ur ces autres travaux et j'attends bien entendu la suite de Hillbilly avec impatience.