Coup de poing ou petite claque ?

[Review] Iron Fist: Episode 1 & 2

Coup de poing ou petite claque ?


Quatrième et dernière série présentant un membre des Defenders, et précédant la série Netflix rassemblant tous les héros, que peut-on attendre de ce dernier produit Marvel ? A la hauteur de Marvel's Daredevil ? Sur la retenue à la façon de Marvel's Jessica Jones ? Lente au démarrage comme Marvel's Luke Cage ? Basée sur les deux premiers épisodes, la review est garantie sans spoilers

Les critiques américaines étaient sortis en début de semaine, et si je n’en avais pas lu avant la projection, mon avis les rejoint, je suis comme eux assez mitigé. Visuellement la série est propre, sobre et sans effet de style. Si c’est agréable à l’œil, ça manque de créativité à l’image et dans les scènes, comme les Flash backs mis en boucle. La narration n'aide pas et le scénario non plus. Le problème est que la série s’enlise dès la première moitié du premier épisode. On avance peu et l’histoire traîne comme ça tout l’épisode… jusqu’au suivant. Concrètement, on tourne en rond ! Deux épisodes entiers qui auraient pu être condensés en un. Si le parti pris était de nous montrer la difficulté de se réintégrer à la société après 15 ans d’absence, cela n’empêchait pas de rendre cela plus pêchu. Ainsi, on se lasse vite de regarder Danny Rand marcher pieds nus dans les rues de New York à essayer de convaincre les gens qu’il est Danny Rand. Et justement, on nous fait traîner en longueur et en largeur le fait que personne ne le croit. Le souci c'est qu'au bout d'un moment, ça en devient ridicule au point qu’on a envie de crier « Mais décris leur un souvenir particulier ! ». Cela crée une frustration qui trouve son dénouement dans des M&M’s. En plus d’être un habile placement de produit, la scène est hilarante.

Les points négatifs étant distribués, Marvel's Iron Fist a quand même du bon qui rééquilibre la balance. Déjà pour son personnage qui, s’il évolue peu pendant les deux épisodes, prend de l’intérêt dans les dernières minutes. L’acteur de Danny Rand est charismatique et attire la sympathie, même s’il reste frustrant dans plusieurs scènes évoquées plus haut. David Wenham incarne l’antagoniste terrifiant de simplicité dans un rôle de pervers narcissique. Il offre des petites scènettes comiques tout en étant un brin sadique. La maître des arts martiaux, Collen Wing, est présentée rapidement elle aussi. Malgré que le rythme soit planplan, les objectifs de plusieurs personnages sont mis en place et le schéma de l'histoire se dessine vite. Les scènes entre les méchants font bien avancer l'histoire et sont parmi les plus intéressantes. Malheureusement, les personnages mis en place, ainsi que le scénario, ne brillent pas par leur originalité. On a de grosses similitudes avec Arrow ou Batman Begins et ce qui aurait du être l’originalité de Marvel's Iron Fist sont l’Iron Fist et son univers qui nous est très peu, voir pas du tout évoqué ou montré en deux épisodes. Ce qui me fait penser que le grand public aura du mal à accrocher au personnage.

L’originalité de ce nouveau show Netflix/Marvel réside dans ses combats de kung-fu. Pour l’instant, ils sont gentils, mais montrent déjà du potentiel dans les affrontements. Même s’il s’agissait plus de tabassage façon Danny Rand pendant ces deux épisodes, ils sont bien filmés, pas brouillons, rapides, bien chorégraphiés et ont du style. C’est bien ce qui me fera continuer de regarder la série. En effet, ces deux épisodes, bien trop long pour ce qu’il nous montre, présentent du potentiel mais un mauvais traitement. Les personnages sont intéressants, charismatiques pour la plupart, le méchant en tête, suivi de Colleen Wing. Mais c’est dur d’accrocher, bien que la fin du second épisode fait comprendre que l’aventure commence ENFIN !

Wait & see les autres épisodes pour voir si le show remonte la pente derrière !

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Le Kung-Fu
- Les méchants
- Du potentiel

LES POINTS FAIBLES

- Un manque de rythme
- Des scènes qu se répète inutilement
- On tombe parfois dans le risible

 

3

C'est pas fou


Conclusion

On commence sur une mauvaise note, l'univers n'est pas très bien mis en place alors que l'on a déjà vu 120 minutes. C'est trop long à démarrer, et c'est dommage car il y a du bon.