[Review VF] Lady Mechanika tome 2 : Révélations

[Review VF] Lady Mechanika tome 2 : Révélations

Le tome 1 de Lady Mechanika est sorti le 1er juin dernier, et vous pouvez retrouver la critique ici. L’impression qui ressortait du bouquin était plutôt positive. En effet, malgré une histoire pas forcément incroyable, les dessins de Joe Benitez étaient magnifiques, avec un soin tout particulier apporté aux costumes des personnages. Presque cinq mois plus tard, le tome 2 arrive, avec la conclusion du premier arc. Nous allons voir s’il est à la hauteur du premier.

L’enquête de Lady Mechanika sur la jeune fille possédant elle aussi des membres mécaniques va l’emmener à la Mechani-Con. Cette convention, petit clin d’œil évident à l’inspiration principale de Benitez pour la série (les cosplays des Comic-Con), se déroule sur l’Hélio-Krak, quasiment une petite ville volante créée par Blackpool. Bref, Lady M. va s’y infiltrer, mais elle ne sera pas seule, puisqu’accompagnée de quelques Roms qu’on a pu rencontrer dans le tome précédent. On retrouve ce qui fait la grande force de ce récit : les dessins. On assiste par exemple dès le début à un bal masqué, l’occasion pour Benitez de laisser aller son talent avec des costumes de toute beauté. Les couleurs sont riches et pétantes, ce qui renforce la qualité du dessin. Malheureusement, on sent que le dessinateur est allé un peu plus rapidement sur certaines planches, mais c’est globalement très beau. Au niveau de l’écriture, on retrouve le langage châtié du tome 1. Et l’histoire en elle-même se focalise sur l’action, et si on en apprend un peu plus sur les personnages, ne vous attendez malheureusement pas à des révélations sur les origines de Lady Mechanika.

Si le premier album vous a plu, vous ne serez pas déçu par la fin de l’histoire qui possède les mêmes ingrédients. Pourtant la conclusion arrive très rapidement, et c’est là qu’on se fâche un peu avec ce tome 2. En effet, celui-ci ne contient que deux chapitres du premier arc. Pour résumer, le premier album contenait trois chapitres et un prologue, et ne coutait qu’environ 13€, alors ce tome 2 contient deux chapitres pour environ 15€. Le dernier chapitre est peut-être un peu plus long, mais ça n’excuse pas tout. Comment Glénat justifie-t-il cette différence de prix ? C’est très simple. La conclusion du premier arc ne remplit finalement que la moitié de ce tome 2. Dès lors, la question légitime est de savoir ce que contient en plus l’album. Et c’est sûrement la question que s’est posée l’éditeur qui a réussi à nous trouver des choses à caser. On va commencer par les mauvaises choses.

Il y a dans la deuxième partie de l’album deux histoires dessinées par Benitez. Enfin, « histoire », c’est vite dit. Chacune fait seulement 6 pages, donc autant parler de mise en bouche. La première est un prologue du tome 3 de Lady Mechanika qui sortira en mars 2017. Ces quelques planches finissent sur un cliffhanger, et on se demande bien l’intérêt de ne pas le mettre dans le tome 3 à part pour nous inciter à l’acheter pour avoir la suite. Le tome 3 ne contiendra donc pas ce prologue, c’est vraiment dommage. Surtout que parmi les bonus de l’album, on en a un qui concerne le tome 3 (oui, c’est aussi un choix étrange) où Benitez explique qu’il veut que chaque arc de Lady Mechanika puisse se lire indépendamment. Par ce choix d’offrir juste le prologue du tome 3 dans le tome 2, Glénat casse la volonté de l’auteur. A mon sens, il aurait mieux valu faire un tome par arc, sans numérotation (ou discrète), même à un prix plus élevé, une vingtaine d’euros par exemple. Alors vous allez me dire qu’il y a l’édition Collector , mais même avec un format plus grand, 30€ pour 176 pages, ça fait un peu cher…

La deuxième « histoire » est un prologue à une autre série : Wraithborn. La seule raison de sa présence ici, c’est que c’est une autre création de Benitez qui date d’avant Lady Mechanika. En 6 pages, ce n’est qu’un léger aperçu de l’univers de la série qui est présenté. Pour être franc, on a plus l’impression de lire une pub pour nous inciter à acheter une autre série qu’autre chose. C’est vraiment dommage d’inclure ce genre de contenu uniquement pour justifier le prix de l’album. Heureusement, il n’y a pas que ça qui complète l’album, il y a aussi quelques bonus. D’abord, un texte de Benitez qui explique l’origine de la série, et qui ressemble étrangement à l’introduction du tome 1… Ensuite, une magnifique galerie de dessins de Benitez, mais aussi d’autres artistes, le tout dans l’univers de Lady Mechanika. Pour le coup, cette galerie est un régal parfaitement justifié, et on aurait préféré plus de contenu comme ça que des pages de previews payantes.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

La conclusion de l’histoire
Les dessins
La galerie

LES POINTS FAIBLES

Rien sur les origines de Lady M
Choix éditorial discutable

 

3

Pourquoi ?

Conclusion

Une conclusion dans la lignée du tome 1, avec des choix éditoriaux douteux de la part de Glénat.

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
Glénat arrête la publication de la série Power Rangers

Glénat arrête la publication de la série Power Rangers

30 Novembre 2020

Une situation trop compliquée

Glénat Comics donne des nouvelles de ses parutions

Glénat Comics donne des nouvelles de ses parutions

16 Juillet 2020

De bonnes et mauvaises nouvelles post-covid

[Review VF] Silent Dragon

[Review VF] Silent Dragon

18 Janvier 2020

Edité par Glénat Comics

  • Zarkoneil
    Zarkoneil

    il y a 4 ans

    Tout à fait ok, 2eps pour le prix du TPB entier c'est du vol...
    Après, qu'est ce qui empèche Glenat de mettre le prologue au tome 3 dans ce même tome 3 ?

    • Adrien L.
      Adrien L. - Rédacteur de l'article Staff MDCU

      En réponse à Zarkoneil

      il y a 4 ans

      Rien, c'est ce que je me suis dit aussi. Mais dans ce cas, ceux qui suivent la série auront ce prologue en double, ce qui est peut-être encore pire ! Pareil pour Wraithborn, est-ce que ce prologue sera dans l'album à venir ou uniquement dans ce tome de Lady Mechanika ?

  • Wyrdghash
    Wyrdghash

    il y a 4 ans

    C'est dommage que Glénat ait édité de cette façon Lady Mechanika en France. Ca partait bien, couverture en dur, format plus grand, variantes cover mieux présentées. Malheureusement le reste... Les tpb des tomes 1 et 2 en anglais correspondent chacun à un arc narratif, il n'y a pas de coupure, de prologue pour la suite, ni de pub déguisée d'autres comics de l'auteur. D'autant plus que la galerie de couvertures variantes était également présente. Bref, avec Glénat, un découpage hasardeux, des rajouts nuisant à la continuité du récit, des pages d'autres comics n'ayant pas leur place ici : penchez-vous plutôt sur la version anglaise :-/