[Review VF] Fox-Boy 1. La Nuit du Renard

[Review VF] Fox-Boy 1. La Nuit du Renard
Depuis quelques temps maintenant, les Editions Delcourt proposent régulièrement de nouvelles séries dans leur label Comics Fabric. Rappelons le principe : offrir des histoires dont le format et le style rappellent les comics, mais dont les auteurs ne sont pas américains. Du coup, nous avons le droit à une vision parfois bien différente du genre. Le petit nouveau à avoir son premier album dans la collection est Laurent Lefeuvre. Son pari est de nous raconter des histoires d’un super-héros breton, rennais pour être plus précis. Le premier tome est sorti le 24 septembre dernier, et on peut dire que c’est plutôt réussi.


 
Fox-Boy est la création de Laurent Lefeuvre, un jeune auteur de bande dessiné, grand amateur de comics à l’époque des Strange, Nova et compagnie. Si aujourd’hui, cela fait une dizaine d’années qu’il fait de l’illustration, c’est en 2009 qu’il décide de faire parler sa passion. Il crée un blog sous le pseudonyme d’Alain Chevrel consacré aux Editions ROA. Vous pouvez le consulter ici, et vous constaterez que le personnage d’Alain semble vivant et l’éditeur aussi. De nombreux personnages, histoires et couvertures sont créés, inspirés par les mythiques Editions LUG bien sûr. D’ailleurs, un livre regroupant les publications de ce blog a été publié en 2012 chez Mosquito. En parallèle, en 2010, Lefeuvre sort son premier album BD : Tom & William. Outre une excellente BD, l’ouvrage réutilise de nombreux éléments du blog puisqu’un gamin arrive à faire vivre les héros de ses comics préférés, ceux des Editions ROA justement. Et Alain Chevrel, le personnage qui tient le blog, fait une apparition dans l’album. D’ailleurs, ce n’est pas le seul, puisqu’il y a aussi en avant-première une discrète apparition de Fox-Boy. En 2011, l’auteur a l’occasion d’écrire des pages de BD pour le magazine breton Louarnig. C’est l’occasion d’enfin créer une histoire de super-héros comme dans les vieux Strange qu’il lisait enfant. Paotr Louarn est né (garçon-renard en breton, avec Alain Chevrel au scénario). La série sera publiée ensuite en occitan, et connaitra une première publication en format comics et en français lors du festival Strasbulles de 2012. Enfin, les aventures du héros sont totalement relancées chez Delcourt sous le nom Fox-Boy.
 

Si je prends le temps de vous raconter l’histoire de l’auteur, ce n’est pas un hasard. Lefeuvre est très amateur de clins d’œil, voire de sous-entendu. Tous ce qu’il a pu écrire jusqu’à aujourd’hui est lié d’une manière ou d’une autre, c’est ce qui rend son travail si passionnant. Le pitch de Fox-Boy est assez simple, puisque ce sont les aventures d’un super-héros rennais, dont les superpouvoirs sont ceux du Renard . Et dans ce tome 1, nous avons les origines du personnage ainsi que le début de ses péripéties. En soi, on se dit qu’il n’y a rien d’original, mais c’est dans les détails, dans l’univers et dans les thèmes abordés que la série se détache. Le début de l’album nous montre la première sortie de Fox-Boy sous son costume qui finira en fiasco. Il manquera de peu de se noyer et sera sauvé par William. Oui, le William de Tom & William. D’ailleurs, cette introduction est assez confuse et mystérieuse. Lefeuvre aurait pu commencer très classiquement, mais préfère nous montrer quelque chose de pas forcément très clair. C’est assez audacieux, ça ne passera pas forcément bien pour tout le monde, mais c’est totalement justifié par le lien avec William : l’auteur continue de créer une espèce de mythologie absolument géniale, un univers commun pour tous ses ouvrages.
 

Le récit devient ensuite très linéaire. On découvre le personnage de Pol Salsedo, un lycéen plutôt arrogant qui s’amuse à ridiculiser ses camarades de classe. Pour ceux qui le connaissent d’avant son arrivée chez Delcourt, le changement est assez radical : Pol était un gentil garçon, c’est devenu un sale gosse. Du coup, son attitude va créer des tensions, et un groupe de sa classe décide de lui faire comprendre leur mécontentement. Pol tente de fuir la correction, et se retrouve chez un occultiste qui décide de punir son arrogance en lui donnant les pouvoirs d’un Renard . On apprécie beaucoup qu’il n’y ait pas de méchants ou de gentils dans ce début d’histoire. Pol mérite sa raclée, mais les autres ne devraient pas réagir par la violence. D’ailleurs, lorsque le héros reçoit ses pouvoirs, il pense d’abord à sa personne. Il s’imagine déjà un super-héros qui fait régner sa loi. Autre chose intéressante, les origines de ses pouvoirs sont mystiques, et mystérieuse. L’explication n’est absolument pas nécessaire, mais ça laisse une porte ouverte pour de futures histoires.
 

Un des très bons aspects de l’album, c’est cette acceptation de la culture populaire. Bien sûr, il y a tout de même des citations de personnes importantes, mais elles côtoient d’autres comme par exemple une de Top Chef. Par ailleurs, on peut se poser la question sur pourquoi Pol décide de devenir un super-héros. Souvent, un super-héros vit un drame avant de choisir cette voie. Pourtant la vie de Pol est très sympa, il passe de plutôt bons moments. En fait, la raison est toute simple : il aime les super-héros. Il ne se pose même pas la question, un gamin ferait pareil. D’ailleurs, on lit constamment les pensées du héros. Au début, il semble bien plus sérieux que le Pol qu’on connaissait dans Louarnig. Cependant, lorsqu’il acquiert ses pouvoirs, il doit passer une série d’épreuves qui vont le changer. Il deviendra plus ouvert, et bien plus proche du personnage que l’on connait. Il semble d’ailleurs y avoir une légère ellipse de temps entre l’acquisition de ses pouvoirs et la dernière partie de l’album. On a même le droit à une référence à une aventure parue dans un Paotr Louarn. Du coup, cette dernière partie nous montre un ennemi sérieux à Fox-Boy, mais amène aussi malheureusement la tragédie qu’il manquait au héros. Attention cependant, ce n’est pas parce qu’il semble qu’il y ait des aventures non racontées qu’elles ne le seront jamais. L’auteur ne raconte pas forcément ses histoires de façon linéaire et il pourrait très bien raconter d’autres histoires se déroulant dans le passé.
 

 
Ce qui impressionne dans cet album, c’est que tout est réalisé par Laurent Lefeuvre : Le scénario, les dessins et la couleur. Si le récit contient beaucoup de référence au monde des comics, le dessin n’est pas en reste. Lefeuvre a un parcours plutôt atypique, puisqu’il a appris à dessiner en copiant les dessins de ses artistes préférés. Et ça se sent. D’abord, son trait est loin d’être académique. Voyez ça comme un énorme compliment : son trait est vivant, organique, dynamique, unique et loin d’être formaté. Et on reconnait dans son style ses influences. Le travail sur la couleur est très bon aussi. Dans Fox-Boy, il y a un côté artisanal, fait maison avec amour. Par exemple, l’auteur nous conseille une playlist à écouter en lisant l’album. Tout est fait pour qu’on s’y sente à l’aise. De plus, Lefeuvre a une belle plume, et un sens pour les dialogues. Le parcours du personnage est intéressant et bourré de potentiel. Par exemple, il y a des thèmes traités comme la montée du FN chez les jeunes ou l’image des médias, mais sans morale lourde. Et puis, mince, un super-héros français et provincial, on ne voit pas ça souvent ! Alors bien sûr, pour coller à un plus large public, son nom s’est anglicisé, et les références à Marvel ou DC sont plus nombreuses, mais cela fait un bien fou de lire une histoire passionnante, légère, marrante, triste, et surtout proche de nous.
 

En Résumé

LES POINT FORTS

-  Le dessin
- Les thèmes abordés
- Le ton de l’histoire

LES POINT FAIBLES

- l’anglicisation du nom (c’est bien pour chipoter)

4,5

Une merveille

Conclusion

Lire Fox-Boy, c’est préférer lire local. L’album regorge de l’amour que porte Laurent Lefeuvre aux comics et à ses lecteurs, mais aussi à tout ce qui fait notre quotidien. Nous ne vivons pas au milieu des buildings de Manhattan, et bien Fox-Boy non plus. Ce tome 1 introduit le personnage de bien belle manière qui, espérons-le, vivra de nombreuses aventures !

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
[Review VF] King Spawn tome 4

[Review VF] King Spawn tome 4

05 Juin 2024

La meilleure série spin-off ?

[Review VF] Fire Power tome 5

[Review VF] Fire Power tome 5

04 Juin 2024

Avant-dernier tome !

[Review VF] Canary

[Review VF] Canary

21 Mai 2024

Un western horrifique de Scott Snyder et Dan Panosian

  • Kit_Fisto
    Kit_Fisto

    il y a 10 ans

    Merci pour cet excellente review qui donne envie de se plonger dedans !!! Peut-être un prochain achat !

  • K'Ian
    K'Ian

    il y a 10 ans

    L'occasion pour moi de découvrir les comics Made in France (et surtout, made in Bretagne !)

  • Pixy
    Pixy

    il y a 10 ans

    Merci pour cet article ! Je vais très certainement me laisser tenter et filer chez mon libraire :)

    • Kit_Fisto
      Kit_Fisto

      En réponse à Pixy

      il y a 10 ans

      N'hésite pas !!!

      • Pixy
        Pixy

        En réponse à Kit_Fisto

        il y a 10 ans

        C'est bon je l'ai =D Mon libraire l'avait, c'était son dernier o/

  • Kit_Fisto
    Kit_Fisto

    il y a 10 ans

    Les 1ères aventures d'un jeune super héros breton dans la ville de Rennes. Pol Salsedo, jeune ado arrogant de 17 ans est pourchassé dans une foire par des camarades de lycée. Caché dans une mystérieuse boutique de magie, acquiert par l'intermédiaire d'un mage obscur les pouvoirs du renard. Il devient un renard-garoup, le Paotr Louarn. Conscient des événements, Pol change de caractère et inspiré de ses lectures comics, il se choisi un nom et une mission. Devenu Fox-Boy, il devient un vigilant entre le quartier Ste Thérèse et la rue de la Soif. Laurent Lefeuvre adapte sa création de 2011 pour en faire un recueil aux Editions Delcourt. Il en signe l'intégralité :, l'histoire, les dessins, les couleurs et l'encrage Une ode aux comics et à leurs lecteurs bourrée de références geeks et qui n'oublie pas d'aborder des sujets d'actualité. Un french comics dont je conseille la lecture au plus grand nombre. Certes, ce n'est pas forcément une histoire des plus originales dans sa création (on retrouve un côté Spider-Man ou Daredevil à la chose) mais c'est justement l'amour de l'auteur au monde des comics qui nous donne un attachement particulier au début du super héros goupil rennais. On espère avoir un tome 2 prochainement aux vues de la fin émouvante de ce 1er recueil. 4,5/5