[Review VF] Démons

[Review VF] Démons

Après Undiscovered Country et Nocterra, Scott Snyder revient chez Delcourt pour Démons. Il est accompagné au dessin de Greg Capullo reformant l’équipe qui s’est notamment fait remarqué sur la série Batman .

En 2018, le site Comixology, plateforme de comics numériques, crée le label ComiXology Originals, et devient donc éditeur. Les conditions de la pandémie en 2020 pousse Scott Snyder à tenter cette aventure. Il lance alors son studio, Best Jackett Press, et un accord est passé avec Comixology Originals pour produire 8 ouvrages. Il est prolongé avec Dark Horse pour pouvoir publier aussi en papier aux Etats-Unis et avec Delcourt pour la France. Et même si Comixology a morflé depuis à cause d’Amazon, chez nous, la première création, Démons, arrive en VF dans un bel album papier.

Démons se base sur une histoire classique de bien contre le mal. Des fragments d’éléments extraterrestre s’écrasent depuis la nuit des temps sur Terre : la Corne et l’Oréole. Les humains, au contact de la Corne, sont infectés, et deviennent des démons. L’Oréole permet de créer des armes pour les combattre. Si les chutes de Corne sont fréquentes, ce n’est pas le cas pour l’Oréole, dont les réserves s’épuisent. Nous suivons Lam, dont le père est un fameux chausseur de démons. A sa mort, elle va devoir prendre la relève.

Scott Snyder a ses qualités, mais il a aussi ses défauts. L’introduction à son univers en début d’album est assez laborieux, avec beaucoup de texte et inutilement complexe. Heureusement, elle n’est pas longue, et l’histoire devient vite plus rythmée. Lam doit collaborer avec le coéquipier de son père, un démon, et une partie du récit s’intéresse à cette relation. Le ton est globalement assez sérieux, mais parsemé de touches d’humour, pas forcément très drôles et qui servent surtout à détendre l’atmosphère.

L’album contient l’intégralité de l’histoire de Démons, décomposée en 3 chapitres, eux-mêmes découpés en 3. Snyder doit donc concentrer son récit, et le rendre efficace, ce qu’il réussit. Le premier chapitre nous montre le point de vue de Lam, le deuxième celui de Gus, son coéquipier démon, et le troisième est raconté par le duo. Ce choix permet de bien dynamiser le récit, en évitant que les pavés de texte ne soient trop lourds à lire. La tension du récit monte jusqu’au final, avec quelques rebondissements sympas.

Le récit n’est peut-être pas d’une originalité folle, mais il est plutôt bien raconté, et il arrive à rendre ses personnages attachants. Le sous-texte est aussi intéressant, avec une réflexion sur la foi, mais pas forcément religieuse. Le bouquin nous invite à croire en ce qu’on aime, et c’est plutôt pas mal tourné. La conclusion de l’histoire retombe sur ses pieds, et permet de boucler ce qui est initié dès le début de l’album. L’idée de nous proposer un univers si sombre pour finalement illustrer quelque chose de positif fonctionne très bien.

En revanche, peut-être que l’album m’aurait moins emballé si le dessin n’était pas de Greg Capullo. Le dessinateur est en forme, et nous offre une excellente ambiance, avec notamment des designs de démons réussis, et qui rappellent un peu ce qu’il faisait sur Spawn. Son découpage est toujours aussi bon, posant l’histoire, et donnant un rythme très plaisant à lire. Il est aussi encré par Jonathan Glapion qui s’occupait déjà de ses dessins sur Batman . Leur collaboration donne un résultat magnifique.

Les pages de bonus nous montrent le processus de création de quelques planches : le crayonné, l’encrage et la couleur. Ce genre d’illustration est toujours bon à prendre, et permet de bien mettre en valeur le travail des artistes. Comme autres bonus, comme à son habitude, Delcourt nous propose une très belle galerie de couvertures, réalisées par différents artistes.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Dessins
- Récit complet bien fait
- Positif

LES POINTS FAIBLES

- Introduction
- Pas toujours drôle

 

4

 

Conclusion

Un bon récit complet, bien travaillé et magnifiquement mis en image par ses dessins. Une lecture agréable, sombre mais optimiste, sérieuse mais décomplexée. Du Snyder réussi, et un Capullo en forme !

 

 

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
[Review VF] Not All Robots

[Review VF] Not All Robots

04 Février 2023

Un très bon récit complet

Umbrella Academy : Début du Tournage de la saison 4

Umbrella Academy : Début du Tournage de la saison 4

03 Février 2023

Ultime saison pour la famille Hargreeves

[Review VF] Spawn - Scorched - L'escouade Infernale tome 1

[Review VF] Spawn - Scorched - L'escouade Infernale tome 1

04 Janvier 2023

Dernière des séries derivées

  • mmat1986
    mmat1986

    il y a 1 mois

    Franchement, pour moi qui ne suis pas un fervent supporter du job de Scott Snyder chez DC, je me suis tout de même laissé tenter par Nocterra et j'ai dévoré les 2 bouquins et j'attend la suite (en espérant qu'il ne retomberra pas dans ses travers habituels de nous délivrer une fin plate et pas du tout mémorable...) par contre pour la partie graphique on ne peut qu'applaudir, il est toujours très bien accompagné à ce niveau...

    P.S: Humour en point faible? que veut-tu dire par là? qu'il y a un humour de demeuré genre cinéma américain foireux? ou bien qu'il n'y en a pas? ou encore que ça se sent trop que c'es mit de manière forcée sans être maitrisé?

    • Adrien L.
      Adrien L. - Rédacteur de l'article Staff MDCU

      En réponse à mmat1986

      il y a 1 mois

      C'est de l'humour classique américain de blockbuster, pour faire cool. C'est pas super drôle, mais c'est pas non plus super gênant ^^