[Review VF] Dc Infinite Frontier – Justice Incarnée

[Review VF] Dc Infinite Frontier – Justice Incarnée

La review du jour est un titre proposé par Urban Comics. Il s'agit de Dc Infinite Frontier – Justice Incarnée, écrit par Joshua Williamson et Dennis Culver, et dessiné par Brandon Peterson, Andrei Bressan, Tom Derenick, Kyle Hotz, Paul Pelletier, Ariel OlivettiNicole Virella, Todd Nauck, Mikel Janin, Chris Burnham, Mike Norton et Jesús Merino. Il est sorti le 8 juillet pour 19 euros. Il contient le titre US Justice League Incarnate #1-5.

Issus des différentes Terres parallèles, les membres de la Justice Incarnée, emmenés par le Président Superman Calvin Ellis de Terre-23 et Thomas Wayne, le Batman la chronologie Flahspoint, enquêtent à travers le Multivers afin de circonscrire la menace que fait planer Darkseid sur l'ensemble des réalités.

Avec ce comics, on s’attaque au second acte de la saga de Joshua Williamson sur l’univers DC, menant à l’event Dark Crisis. Ce récit faisant suite à DC Infinite Frontier nous propose de suivre la Justice League Incarnate composée des Super-héros du Multivers pour contrer Darkseid. L’ennui c’est que si Infinite Frontier était un bon début malgré les défauts inhérents au style de l'auteur, surtout vers la fin. Avec cette suite, c'est plutôt la douche froide.

Pour parler d’abord des qualités, il est extrêmement agréable de voir un auteur utiliser le travail fait sur Multiversity. On voyage sur beaucoup de mondes différents même si vu le nombre de pages certains font plus figure de caméo qu'autre chose. Chaque univers apporte sa variété que ce soit dans l’environnement ou graphiquement. Que ce soit la Terre-41 composée de pastiche des Super-héros des années 90, notamment d'Images Comics ou de la Terre -13 consacrés aux êtres magiques de l'univers DC. L'auteur sait bien écrire ses personnages même si certains ont une personnalité plutôt fluctuante entre chaque numéro et on ne sait pas  sur quel pied danser.

Celui qui en souffre le plus est Darkseid, beaucoup de ses moments le ramène juste à une brute qui utilise sa force pour vaincre, et finalement se faisant avoir comme un bleu. On est loin de la menace qu’il représente dans Infinite Frontier. D’ailleurs on découvrira qu’il n’est au final pas la menace centrale, ce qui contribue à diminuer son statut, mais renforce celle de la vraie menace. Ce qui ne l’empêche d’écrire de meilleures personnages, notamment Captain Carrot qui est le personnage le plus maîtrisé, avec les meilleurs dialogues, surtout comiques. Superman (Terre-23) a une caractérisation classique, même si un peu trop naïve. Batman (Flashpoint) a un caractére beaucoup moins désespéré qu’a l'accoutumé mais reste cohérent avec le récit précédent de Williamson. Toutefois il n’a pas de développement marquant cette fois-ci. Quant au reste des personnages, ils ne sont pas plus développés que les autres. Aucun personnage ne subit de vrai développement marquants.

Pour l’histoire c’est là que le bât blesse. Joshua Williamson a des bonnes idées que ce soit dans certaines interactions de personnages, dans les dialogues bien trouvés, dans le fan-service agréable et un bon étalage des connaissances de l’univers DC et de sa continuité. Pourtant certaines idées ne fonctionnent pas non plus. Je disais que l'auteur savait utiliser l'héritage de Multiversity, toutefois même s'il continue les intrigues laissées en suspens par Grant Morrison il ne semble pas avoir pris en compte l'aspect méta des menaces. Nous écrivant un vilain au premier degré, qui fait perdre de sa superbe aux menaces créé par Morrison. Sans compter le fait que l’auteur fait des références qui ne risquent pas de parler aux néophytes. Là encore c’est le risque pour ce genre de titre, même si on peut saluer l’effort de l’auteur pour essayer de rendre son récit accessible.

Autre souci, l’auteur va faire des retcons pour ancrer la véritable menace de ce tome. Le problème, si on peut saluer le travail de l’auteur pour rendre ses retcons cohérents en essayant de créer une continuité qui fait sens, les avoir un an à peine après Death Metal rend fatigant le fait d’avoir encore une menace tellement ancienne qu’elle est derrière les anciennes menaces des Crises. Sans compter qu’on retrouve aussi les défauts inhérents à l’auteur qui sont malheureusement bien présents dans ce récit et qui nuit à la lecture. Que ça soit des retournement de situation s'enchaînent trop vite, surtout vers la fin. Des cliffhangers en fin de chapitre peu captivants, ou des personnages qui changent d’avis rapidement et manquent de cohérence.

Les dessins sont la partie réussie de ce tome, enfin dans une certaine mesure. D’abord on a plusieurs dessinateurs, ce qui n’offre pas de cohérence graphique, mais ils sont répartis intelligemment pour chaque section qu’ils doivent dessiner. À chaque changement d’univers, on a un dessinateur adapté. Que ça soit Kyle Hotz avec ses graphismes exagérés et sombres ou Chris Burnham avec son style détaillé qui fait penser à du George Pérez Toutefois cela ne permet pas d’échapper à des dessins moyens et ratés par moment. Un petit mot pour le dessinateur principal de ce tome, c’est Andrei Bressan qu’on connaît pour Birthright, son trait est toujours aussi efficace et sait mettre en scène des moments épiques avec un style coloré et dynamique.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- La variété des dessins
- Le Multivers
- Les références à la continuité

LES POINTS FAIBLES

- Certains personnages
- Les retcons
- Moins facile d’accès pour les néophytes

 

3

Une suite correct

Conclusion

Au final, si le récit est moins bon que le premier acte, il reste un voyage plaisant à travers le Multivers malgré des retcons peu nécessaires et des caractérisations pas fameuses.

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
[Review VF] Green Lantern Corps Tome 1

[Review VF] Green Lantern Corps Tome 1

09 Septembre 2022

Edité par Urban Comics

[Review VF] Batman Chronicles – 1987 Volume 1

[Review VF] Batman Chronicles – 1987 Volume 1

04 Aout 2022

Edité par Urban Comics

Le planning de Batman Chronicles dévoilé par Urban

Le planning de Batman Chronicles dévoilé par Urban

22 Juillet 2022

Un rythme soutenu

Pas d'avis pour le moment.