[Review VF] DCeased

[Review VF] DCeased

La review du jour est un titre proposé par Urban Comics. Il s'agit de DCeased, écrit par Tom Taylor et dessiné par Trevor Hairsine et Stefano Gaudiano, entre autre. Il est sorti le 28 février 2020 pour 22.50€.

Darkseid a de nombreuses fois tenté de conquérir la Terre et de réduire à énant les super-héros qui la défendent. Mais aujourd'hui, il y est parvenu. Lâchant la terrifiante équation d'Anti-Vie après un combat contre la Ligue de Justice , il condamne dès lors ce monde à devenirn un enfer abritant des individus contaminés et hystériques qui se dévorent les uns les autres, laissant les héros aussi vulnérables que désemparés face à ce chaos mondialisé. La Terre est tombée : le jour d'Anti-Vie est arrivé.

 

Un monstre est tapi en chacun de nous.

S'il y a bien une œuvre dont on a beaucoup parlé il y a quelques mois de cela, c'était bien Dceased. Tout d'abord, parce que les zombies ont toujours la côte (on commence tout doucement à en voir enfin le bout, mais cela fonctionne toujours). Autant dire qu'avoir un « Marvel Zombie » version DC était donc attendu de pied ferme par de nombreux fans. Autre point non négligeable, Tom Taylor en a fait des caisses. Il n'y a pas d'autre mot. Le projet tenait à cœur au scénariste qui a géré à lui seul un gros morceau de la promotion du titre. Déclarations, synopsis, anecdotes, planches dévoilées et même quelques crayonnés, tout ou presque tout passait par lui. A présent que nous avons l'objet entre les mains, il est donc temps de voir si cette promotion acharnée était méritée.

Et monsieur Miracle... Pourquoi pas super-Jesus, tant qu'on y est.

Autant le dire tout de suite, Dceased n'est malheureusement pas sans défauts. De manière générale, on peut même dire que certaines critiques US ont tapé dans le mille en signalant que, d'ici quelques temps, on parlera sans doute plus des covers que de l'oeuvre en elle-même. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce semi échec (ou cette semi réussite, si vous êtes du genre à voir le verre à moitié rempli). La première, sans doute la plus importante, est le fait que Tom Taylor ait conservé la même approche que pour son Injustice. Un super-héros fout la merde ? On le dégomme ! Dans Injustice cela fonctionne car on a construit les personnages. Et nous savons qu'ils ont fait un choix, qu'ils sont « fautifs ». Or, dans Dceased, ce n'est pas un choix. Les personnages qui sont tombés face à l'équation de l'anti-vie sont avant tout des victimes. Eh ici, il n'y a rien par rapport à cette situation. On s'attarde un peu sur le côté fin du monde, mais pas sur l'être humain qui vient de perdre la vie en face de toi. On frôle vraiment le zéro compassion, ce qui n'est clairement pas possible dans une œuvre pareille. L'exemple le plus parlant est sans doute concernant l'un des speedsters. Dès lors qu'il a été transformé, il s'est fait étalé sans aucun problème. Tout au plus a-t-on eu droit à un « désolé » de la part de son exécuteur. Certes, ils partent du principe qu'ils n'ont pas été contaminés par un virus mais bien qu'ils sont morts, touchés par l'équation de l'anti-vie, mais quand même... C'est également le cas dans Blackest Night et pourtant, on s'attarde bien sur ceux qui sont tombés au combat et/ou ceux qui sont revenus à la vie. Sur ce point, Blackest Night est à des années lumières de Dceased.

Il n'y a rien que je puisse faire. Ou bien... une part de moi m'en empêche et souhaite que ça arrive.

Toujours dans le même ordre d'idée, les dialogues sont bien trop quelconques. Attention, ils sont bons et il y a même quelques bonnes punchlines, mais il n'y a pas de cohésion entre les déclarations. D'un côté, Taylor monte la sauce, vous montre que c'est catastrophique et d'un autre côté, trois cases plus loin, vous avez des personnages qui font des blagues et qui, du coup, dédramatisent constamment la situation. Il y a une grosse disproportion dans les réactions des personnage. Lorsque c'est Constantine, cela fonctionne, puisque c'est le personnage qui veut ça. Il a toujours eu un gros côté « je m'en contrefous ». Lorsque c'est Green Arrow et Black Canary , c'est déjà plus dérangeant. Bref, il y a un réel manque de compassion. Ceci étant, passons aux points positifs.

Malgré les apparences, ils sont également nombreux. Comme signalé, même si les dialogues peuvent desservir le côté dramatique de l'oeuvre, ils n'en restent pas moins plutôt bons. De même, les bonnes idées sont nombreuses et on n'oublie pas de parler de tout ce qu'il y a autour de la Terre (Green Lantern Corps, île des Amazones etc). Certains personnages sont plutôt travaillés et apportent un réel plus à l'oeuvre. De même, certaines morts sont bien amenées et sont, en fin de compte, assez touchantes. Il y a également un grand rôle qui est laissé à la génération suivante notamment par l'intermédiaire des personnages de Jon et de Damian . L'idée est bonne et le tout est bien amené. Il s'agit de l'un de très bons points de l'oeuvre.

C'est de ton esprit qu'on a besoin. Pas de ta grande gueule.

Pour ce qui est de la partie graphique, il y a du moins et du moins bon. Les dessins et la colorisation sont, de manière générale, plutôt bons. Plusieurs cases sont travaillées et ont un réel impact sur le lecteur. La contamination est bien représentée et les transformations ainsi que les scènes plus sanglantes sont très belles. C'est un réel plaisir de voir nos super-héros favoris en version « zombie ». Enfin, il y a également un beau travail sur la mise en scène. La double page mettant en avant le Kraken est tout simplement sublime. A l'inverse, il est vrai que nous avons des planches déjà plus discutables qui ont un petit côté "brouillon".

Néanmoins, le point fort réside dans les covers qui sont toutes de qualité. On en avait parlé à plusieurs reprises lors de la promotion US d'ailleurs. Les covers, les variant covers ou même les covers tirées de films sont toutes superbes. Elles peuvent être simples et très efficaces ou plus travaillées et d'autant plus inquiétantes. Mention spéciale aux cover tirée de Ça et de A nightmare on Elm Street (Les griffes de la nuit).

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Les dialogues
- Les personnages sont plutôt bien traités
- Les transformations des héros
- Quelques scènes "choc"
- Les covers

LES POINTS FAIBLES

- Un gros manque de compassion
- Un peu trop de blagues pour un récit supposé sérieux ?

 

3

Intéressant mais dispensable

Conclusion

On attendait mieux des zombies made in DC.

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
Nouvelle collection de luxe chez Urban Comics

Nouvelle collection de luxe chez Urban Comics

31 Juillet 2020

3 ouvrages pour lancer Urban Limited

[Review VF] Multiversity présente Terre-X

[Review VF] Multiversity présente Terre-X

29 Juillet 2020

Edité par Urban Comics

Urban Comics annonce le Batman Day 2020 !

Urban Comics annonce le Batman Day 2020 !

28 Juillet 2020

C'est pour bientôt !

  • mmat1986
    mmat1986

    il y a 1 an

    Un peu sévère la critique mais bon après soyons honnêtes les récit de Morts-vivant sont hyper nombreux et très rarement bons....

    Pour l'humour je n'ai au contraire pas trouvé qu'il été si présent que ça en dehors des personnages habituel, genre constantine et Harley pour Green arrow, c'est un peu logique dans ce récit qu'il fasse quelque vanne vu le second rang où il est toujours relègué et surtout que les remarques envers Batman sont assez bien sentie à ce sujet dans un double sens. premièrement Batman est toujours ultra mis en avant alors que bein comme green arrow le souligne il n'y a pas de grosse différence entre eux deux et ensuite ces dernière années si les gens connaissent Green Arrow c'est grace à la série télé et une surexploitation des ennemis de Batman pour faire le show.....

    Après l'absence de compassion pour la mort des personnages chez DC dans ce contexte ça ne me dérange pas beaucoup vu la propanssion chez DC à en faire justement soit trop ou pas assez, non mais merci la fin des remontés psychologico foireuses genre année 80-90 "ooooh mon dieu Robin est mort c'est ma faute bouh ouh ouh....bah oui, évidemment que c'est ta faute ducon! t'entraine des gamins à courser des serial killer!!!!" ou le bon vieux coup bien lourdingue de suivre cette cruche de Loïs lane durant un an à rien foutre à par pleurnicher que Sup s'est fait éclater par Doomsday..... et on va éviter de parler de la lonnnnngue agonie d'extensiman suite au meurtre de sa femme hein...
    tout ça c'est bien sympa dans son contexte mais franchement dans le cas présent ce genre de dépression n'est pas hyper utile

    pour le coup, j'ai plutôt vu le verre à moitié plein

  • Stéph
    Stéph

    il y a 1 an

    Il est vrai que lorsque l’on lit une review, on a parfois tendance à vouloir faire la critique de ladite review plutôt que de donner son avis sur l’œuvre en question, je vais donc essayer de ne pas tomber dans ce piège.
    Comme j’ai déjà fait une review de DCeased sur ce site, je vais profiter de cet espace pour donner mon avis avec cette fois-ci quelque léger spoiler.

    Donc attention spoiler.

    DCeased est intéressant à plusieurs niveaux, alors je ne vais pas faire le coup du titre qui est une métaphore de l’influence néfaste des réseaux sociaux qui abrutisse la masse, mais quand même, il y a certainement du vrai.
    Non, la force de DCeased, c’est qu’il se déroule sur une petite période, peut-être même quelques heures, ce qui permet une narration nerveuse sans temps mort qui nous tient en haleine jusqu’à sa dernière page. De plus, ce récit a des rebondissements intéressants et ne tombe pas dans la facilité scénaristique, en effet avec DCeased, on n’a pas les habituels deus ex machina que propose ce genre de titre comme le voyage dans le temps, le multiver, la fin qui finit mal sans espoir du genre tout le monde est  "zombiefier" à la fin.
    Sans oublier que Tom Taylor a pris l’agréable risque de tuer Batman dès le premier numéro ce qui n’est pas négligeable. Même si c’est un demi-risque, vu que l’ombre de l’homme chauves-souris plane durant tout le récit.
    D’ailleurs, c’est dommage que ce titre ne fasse pas partie de la continuité parce qu’il aurait été parfait pour être le point de départ pour la nouvelle génération, la fameuse 5G.

    Bien sûr Dceased n'est pas sans défaut, étant donné que ce titre ne fait pas partie de la continuité, il aurait dû être plus sombre, plus horrifique et plus mature. De plus comme d’habitude avec les titres Dc, il y a beaucoup de fan service pas toujours utiles.