[Review VF] L'autre Terre Tome 1

[Review VF] L'autre Terre Tome 1

La review du jour est un titre proposé par Delcourt. Il s'agit de L'autre Terre, écrit par Peyer Tom et dessiné par Igle Jamal. Il est sorti le 8 janvier pour 15.95€.

Sur la Terre Alpha , dans une vie d'aventures hautes en couleurs, le flamboyant super-héros L'Homme-Libellule et son partenaire le Dard mettent sous les verrous des méchants d'opérette en aidant la police dans sa guerre contre le crime. En revanche, sur la Terre Omega, le justicier Dragonfly pourchasse les criminels déviants les plus violents qui soient, tout en échappant à des forces de l'ordre corrompues !

Que se passe-t-il lorsque - soudainement - ces deux "héros" intervertissent leurs places et passent dans l'univers de l'autre, dont ils ne maîtrisent absolument pas les codes.

Le principe des terres multiples n’est bien évidemment pas nouveau. Pour être plus précis, l’année prochaine, cela fera soixante ans que DC Comics l’aura mis en place dans les comics. Autant dire que le principe aura été largement exploité depuis le temps. Par contre, un récit qui se concentre essentiellement sur cette idée et sur l’inversion des deux protagonistes, c’est déjà plus rare. Vous l’aurez compris, le synopsis de cette œuvre se résume très facilement. Un super-héros et son homologue d’une Terre parallèle subissent une petite inversion. L’intérêt scénaristique réside dans le fait que les deux personnages sont, bien évidemment, très différents.

Il ne t’a pas semblé… différent ?

Tout le monde le trouve différent depuis la mort du gamin.

Mais si l’idée générale se résume très facilement, elle permet de soulever pas mal d’idées qui sont, pour la plupart, très bien exploitées par les auteurs. Comme signalé, les super-héros sont différents notamment suite à un traumatisme que l’un a vécu et l’autre non. Un point essentiel qui permet de développer les idées de traumatismes mais également de deuil, de Justice et de bien d’autres thèmes essentiels à l’univers des super-héros. Autre point, qui est néanmoins lié au premier, leur lien avec le reste du monde est totalement opposé. L’un défend la Justice , l’autre punit. L’un est soutenu par les forces de l’ordre, l’autre les a constamment aux fesses… Cette opposition constante entre l’Homme-Libellule et son homologue Dragonfly est au cœur du récit. Une opposition intéressante et écrite de la plus belle des manières. De plus, les Terres Alpha et Omega sont également l’occasion pour les auteurs de revisiter les comic books. La Terre Alpha reprend tous les codes de l’âge d’argent avec tous les clichés qui en découlent : les poses super-héroïques, les schémas convenus, les punchlines à l’ancienne… A l’inverse, la Terre Oméga est en plein dans l’âge moderne avec une approche plus dark, plus construite et, finalement, plus humaine. Vous avez vraiment une opposition marquée. D’un côté, les papillons, de l’autre, la pluie. L’idée est très bonne et permet pas mal de mouvements différents. Bien sûr, cela n’apporte rien en terme de rebondissements scénaristiques. Par contre, cela approfondit de manière considérable les deux univers tout en renforçant le principe même des terres multiples. Même chose pour les autres personnages qui se retrouvent totalement opposés. On peut penser au super-vilain Numéro un qui est un pur narcissique sur Terre Alpha alors qu’il s’agit d’un anarchiste violent et perturbé du nom d’Oméga Un sur Terre Oméga.

En somme, un univers multiple maîtrisé, un récit solide et intéressant à suivre et de bons petits dialogues pour accompagner le tout. Le principe est prometteur et les pièces sont bien mises en place.

Ne prenez pas la mouche face à l’incroyable insecte, monsieur le maire.

Pour ce qui est de la partie graphique, les dessins et la colorisation sont plutôt bons. Comme signalé dans la partie du dessus, il y a un réel travail sur la mise en scène et les poses des personnages. On voit bien la différence entre les deux univers. Après, on aurait peut-être pu aller encore plus loin. Après tout, dans le sens où la Terre Alpha est inspirée de l’âge d’argent, peut-être que l’on aurait pu faire les traits et la colorisation de manière différente, « à l’ancienne », pour renforcer cette idée de cassure entre les deux univers. Bien sûr, il ne s’agit que d’une idée… qui est sans doute plus simple à présenter qu’à mettre en œuvre d’ailleurs.

Enfin, les covers sont plutôt bonnes. La première (soit la cover principale) est révélatrice de l’univers. Même chose concernant la cover du sixième numéro qui met, elle-aussi, bien en avant le principe des deux univers différents.

En bonus, vous trouverez les covers, quatre pages crayonnées ainsi que deux illustrations en noir et blanc.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- L'Homme-Libellule et Dragonfly
- Les univers parallèle sont bien exploités
- La partie graphique
- Les covers

LES POINTS FAIBLES

Aucun.

 

4

Une lecture intéressante

Conclusion

Une bonne petite surprise. Pour les amoureux des univers parallèles, c'est à posséder.

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
Les sorties Delcourt pour 2020

Les sorties Delcourt pour 2020

03 Février 2020

Plein de bonnes choses

[Review VF] La trilogie du Bronx, intégrale

[Review VF] La trilogie du Bronx, intégrale

20 Janvier 2020

Edité par Delcourt

[Review VF] Clyde Fans

[Review VF] Clyde Fans

19 Janvier 2020

Seth de retour pour l'oeuvre d'une vie

  • Monsieur Ramior
    Monsieur Ramior

    il y a 2 mois

    Sans doute l'un des meilleurs bouquins que j'ai lu ces deniers années!

    Honnetement, je me permet de dire qu'on peut le considéré comme un futur classique des la BD de super héros indépendant!