[Review VF] Doctor Strange : Damnation

[Review VF] Doctor Strange : Damnation

La review du jour est un petit peu particulière. En effet, elle couvre les trois opus édités par Panini Comics qui forment Damnation. Aussi, cette review reprend donc Doctor Strange Damnation I, Doctor Strange Legacy Damnation II et Iron Fist & Scarlet Spider Damnation III. Sortis le 10 avril, les deux premiers coûtent 18€ chacun tandis que le troisième est à 16€. Ils contiennent les titres US Damnation 1-4, Johnny Blaze : Ghost Rider 1, Scarlet Spider 15-17, Iron Fist 78-80 et Doctor Strange 386-390. L'équipe créative du premier tome est composée de Donny Cates, Nick Spencer et Christopher Sebela au scénario et de Rod Reis, Szymon Kudranski et Phil Noto au dessin.

Las Vegas a été dévastée durant l'épopée Secret Empire et le Docteur Strange a décidé de lui redonner sa splendeur d'antan. Une intention louable, en soi, mais qui engendre des ommages collatéraux : Méphisto a ouvert un casino dans la ville et n'a pas l'intention de quitter les lieux. L'ambition du Sorcier Suprême était-elle démesurée ? Pourra-t-il, même s'il a le soutien des Midnight Sons, se débarrasser du seigneur des enfers ?

 


Une fois n'est pas coutume, la petit résumé à l'arrière de l'opus explique parfaitement la situation. De manière générale, on peut même dire que l'on frôle le véritable résumé dans le sens où, finalement, il n'y a pas grand-chose de plus que ce qu'il est écrit à l'arrière de ce tome. Bien sûr, cette phrase n'est valable que pour le premier volume. Pour les deux autres, qui mettent en avant le même résumé à l'arrière, l'édito de Panini tient plus du synopsis que du résumé, effectivement. Après, ce n'est pas parce que nous savons, à peu près, tout ce que ce premier opus renferme avec ces quelques lignes, que cela retire l'intérêt de la lecture. Comme souvent, ce n'est pas la finalité qui importe mais bien sa réalisation, le "comment on est arrivé là". Et à ce petit jeu, il faut bien avouer que la team composée de Donny Cates, Nick Spencer et Christopher Sebela a fait fort.

En fait, la force de cet opus réside dans le fait de ne jamais tomber dans la facilité. Chaque décision prise par un personnage aura son lot de conséquence. Résultat, il n'y a jamais d'action 100% bonne ou 100% mauvaise. Le cas le plus flagrant est bien évidemment le début même de l'histoire. La ville de Las Vegas a été détruite suite aux évènements de Secret Empire. Doctor Strange, plutôt que de faire le deuil aux côtés des autres super-héros, décide d'utiliser ses nouveaux super-pouvoirs pour ramener la ville. Or, avec cette action, c'est également Méphisto qui signe son retour. Eh c'est là que cela devient intéressant. Bien que Méphisto soit présenté comme étant le méchant de l'histoire (ce qui est logique, puisque c'est le point de vue de Doctor Strange). Or, l'idée que Méphisto est une victime, une conséquence de la décision de Strange, est rapidement mise en avant. En effet, il explique qu'il était tout simplement en train de faire son taff : torturer ceux qui étaient en Enfer. Donc, lorsqu'il a ramené Las Vegas des Enfers... Il a ramené Méphisto et son Hôtel cinq étoiles de la mort. Cette approche de multiplier les conséquences à chaque action va être très souvent mise en avant. Le tout donne une histoire aux surprises très nombreuses et de qualité. 

J'ai vécu mon premier et mon troisième mariage ici, et je te garantis que s'il y a bien une chose pour laquelle Las Vegas n'est pas douée, c'est bien le calme.

A côté de cela, le nombre de bonnes idées est également à souligner. Le principe des pêchés poussés à leur paroxysme n'est pas nouveau (déjà vu dans Saint Seiya, par exemple) mais cela reste toujours aussi efficace. Ainsi, celui qui fera la moindre petite erreur, aussi insignifiante soit-elle, finira aux Enfers. On peut penser au personnage qui gagne un aller simple pour ne pas avoir payé le parcmètre. Le monde des casinos est également bien représenté, les dialogues sont bons, les scènes de combats bonnes et les états d'âmes de Strange passionnants à suivre.

De manière générale, ce n'est qu'à partir du tome 2 que la qualité baisse (sans que cela soit catastrophique pour autant). En fait, dès que l'on s'éloigne des conséquences directes de Secret Empire et qu'il faut, finalement, faire rebondir le scénario avec des idées 100% nouvelles, les scénaristes se perdent un peu. Les personnages sont sous-utilisés, les arguments de ces derniers lors échanges ne sont pas poussés jusqu'au bout et la conclusion n'est clairement pas à la hauteur du début. Même chose pour Méphisto d'ailleurs qui, au fil des pages, va perdre en charisme. C'est clairement dommage.

 

 

- Tu auras beau corrompre, désorienter ou tromper... il reste des héros.
- Euh ?! Tu veux rire ! Tu t'es penché sur leurs cursus ? Si quelqu'un doit échouer dans mon royaume un jour, c'est bien ces gens-là.

Les dessins sont très bons et ce, quel que soit le volume. On sent que les artistes se sont amusés avec Méphisto, ce qui donne encore plus de caractère, plus de force à l'ensemble de l'oeuvre. De plus, les quelques scènes dans l'hôtel de l'enfer sont particulièrement réussies. Enfin, le découpage ainsi que le mise en scène sont bons et contribuent grandement à la qualité de la mise en scène au sens large.
Côté covers, il y a aussi de très bonnes choses même si certaines sortent clairement du lot comme celle de Rod Reis pour Doctor Strange: Damnation #3. Pour ce qui est des variant covers, ce sont surtout les quatre de Greg Smallwood qui valent le coup d'oeil. Elles couvrent les quatre premiers numéros de Doctor Strange: Damnation et forment une superbe frise. 

Le tout est accompagné des bonus habituels à savoir les variant covers et les biographies des auteurs.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Le principe de base
- Les retournements de situation
- Une décision et de lourdes conséquences
- La partie graphique
- Les covers

LES POINTS FAIBLES

- Une petite baisse de régime au fil des numéros
- Un Méphisto qui finit par perdre en charisme

 

4

Bonne lecture

Conclusion

Un bon récit qui, malheureusement, perd en intensité au fil des numéros. Dommage.

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
[Review VF] Décennies : Marvel dans les années 60

[Review VF] Décennies : Marvel dans les années 60

16 Juillet 2019

Edité par Panini Comics

[Review VF] Fantastic Four : Fourever

[Review VF] Fantastic Four : Fourever

12 Juin 2019

Edité par Panini Comics

[Review VF] Punisher tome 2

[Review VF] Punisher tome 2

1er Juin 2019

Edité par Panini Comics

  • azertyijkl123
    azertyijkl123

    il y a 1 mois

    Perso, je suis un peu déçu qu'ils n'ont pas décidé de publier dans l'ordre chronologique, mais par série. Donc il fallait toujours jongler surtout entre les deux premiers volumes.

    D'ailleurs, je suis étonné que la review semble suggérer de lire le tome 1 en entier puis le deuxième... CE N'EST PAS DU TOUT LE CAS !!!

    Je n'ai pas acheté le troisième volume, mais cela semble plus une histoire bonus que faire partie de l'histoire principale