[TPAMC#14] La fin des Second Features et la baisse des prix

[TPAMC#14] La fin des Second Features et la baisse des prix
13ème numéro déjà de la rubrique hebdomadaire TOUCHE PAS A MES COMICS ! Après l'OPA de Julien sur le dernier numéro, je reprends les commandes du navire en vous proposant un focus sur l'initiative de DC suite à l'annonce de la baisse de ses prix des comics : les Secondes Features. Comme d'habitude, si vous avez un avis il y a le forum, on ne vous y attend pas mais c'est pas grave, y'a de la place !



LA FIN DES SECOND FEATURES

Dis tonton Leto, c'est quoi les Second Features ?

Allez, c'est parti pour un long cours d'histoire des comics avec encore une fois Flash au centre du débat...non je déconne, on s'en tape des vieux comics tout défraichis avec des couleurs pourraves et un design des personnages ridicule (la coupe de cheveux de Superman à l'époque, lui tombant au niveau des épaules....). J'ai choqué les vieux fans ? Pas grave, la lecture de la JLA en ce moment par Robinson les a déjà achevés, place aux jeunes ! Bon allez on retourne au sujet principal (au fait je déconnais pas pour Flash : premier Second Features dans le titre Flash avec Firestorm) : les Second Features ! Pour ceux qui ne connaissent pas (en France Panini ne met pas en avant ce phénomène, surtout qu'il concerne DC, pas Marvel) : il s'agit de 10 pages supplémentaires dans un comics de 22 pages (soit de 40 si on rajoute les 8 pages de pub) qui mettent en avant un personnage en particulier. Ainsi, sur la couverture du comics (aka cover pour les spécialistes), on voit un petit bandeau avec la mention « Second Features » et la tête du personnage concerné. Cela fait deux ans que DC Comics à relancé cet outil qui permet donc aux fans de lire une histoire sur un personnage qui ne peut se permettre d'avoir un titre mensuel à son nom, ou pour publier une courte histoire sur un personnage sans avoir besoin de faire une mini-série. Tout le monde est content : du rab pour les lecteurs, plus de places pour les scénaristes et un attrait supplémentaire du comic-book selon éditeurs (on associe des personnages de même familles, franchises ou univers).




Bah c'est quand les lecteurs boudent une série alors qu'elle a une grosse base de fans !

Rien ne vaut les exemples dans une démonstration, alors je vais faire un petit tour de ce que propose DC depuis le début de ce programme « SF ». On peut retracer le début de ce mouvement il y a presque 2 ans quand DC a lancé la série Adventure Comics. Cette vénérable série (plus de 500 chapitres) débutait sous un nouveau numéro 1 avec Superboy en tête d'affiche. Depuis, il a disparu du titre (mais va avoir le droit à sa propre série dès le mois prochain aux USA, en mode Smallville, avis aux amateurs) et a été remplacé par les vrais proprios du titres : j'ai nommé la bande de zouaves attitrés de la famille DC (non, pas la Doom Patrol, ni les Metal Men, on parlera d'eux après !) : la Legion des Super-Héros. Si vous avez lu mon TPAMC les concernant (sinon filez en bas de cet article pour trouver le lien, et après faites vous des scarifications en inscrivant Leto sur votre bras), vous savez que DC a décidé, suite au succès de l'arc dans la série Action Comics où ils étaient dans la me*%# et où Superman les a encore sauvé, de relancer la franchise dans une nouvelle série (ou alors c'est Geoff Johns qui a imposé sa loi, mais bon là ce n'est plus de mon ressort de pauvre staffeur MDCU, j'ai même pas de carte Presse pour enquêter). Au lieu de balancer direct les gamins dans l'arène infestée de Vengeurs, X-Men et autres Spider-Clones, il a été préféré de publier pendant un trimestre une dizaine de pages à la fin de la série Adventure Comics pour familiariser le lecteur et surtout lancer des pistes narratives afin d'attirer le quidam. C'est le début du renouveau des SF chez DC.


Au même moment, d'autres titres voit apparaître des personnages venus squatter la popularité ou la chance d'être publié du héros de la série principale : dans Detective Comics, le personnage « The Question » mène l'enquête sur la disparition d'une jeune femme (cette histoire est collecté dans un album et elle est assez plaisante); dans Booster Gold , c'est Blue Beetle qui vient taper l'incruste : sdf depuis l'arrêt de sa série, il y poursuit le temps de quelques épisodes ses aventures; dans Adventure Comics encore une fois, le personnage de « The Atom  », après un excellent one-shot à l'occasion du début de Brightest Day, poursuit un groupe criminel qui aurait un lien avec sa famille; enfin, dans Doom Patrol, les déglingués que sont les Metal Men (une bande de robots loufoques) font les 400 coups après les non moins délirantes aventures de la Doom Patrol.



D'autres « SF » sont directement liées aux séries qui les accueillent : dans Streets of Gotham, le personnage de Manhunter, justicier ultra-violant, déménage à Gotham car, dans sa vie professionnelle, l'héroïne est un procureur de Californie qui a été muté dans le ville de Batman . Dans les 22 pages régulières, on retrouve donc souvent Kate en tant que personnage secondaire au coté de Batman & Robin; dans les 10 pages qui suivent, on a affaire à son coté justicier aux méthodes « rugueuses » (lattage de tronche dans une ruelle juste pour avoir des infos) qui déplaisent au Cape Crusader. Cette « SF » est donc un prolongement de l'histoire principale, mais aussi la suite de la série régulière du personnage annulé au bout de 3 ans de bons et loyaux services (qui a dit que les « SF » étaient des placard ou des maison de retraites ?).



Dans le même genre, durant la saga New Krypton , la série Action Comics a accueillie une « SF » centrée sur le personnage de Captain Atom pour diverses raisons assez importantes : son histoire au fil des épisodes va être cruciale pour la fin de New Krypton ; le personnage va être utilisé dans la série Justice League : Generation Lost donc ça lui fait de la pub; c'est ici que la première mouture de la JLA made in Robinson a été dévoilée; enfin, le personnage a eu un parcours assez originale depuis Superman /Batman : Public Ennemis en devenant le vilain principale de la série Countdown (mais c'est plus compliqué que ça), donc son retour devait être un peu travaillé avant de le balancer dans le grand bain de Brightest Day. Cette « SF » a donc permis de remettre sur selle ce personnage qui s'était perdu dans l'esprit des fans.

Je conclurais cette partie sur le cas des univers Red Cirlce et First Wave. Le premier est un univers issu d'une firme racheté par DC il y a peu. DC a lancé 2 séries avec ces personnages (le lancement s'est fait sous la houlette de JMS, son premier taff pour DC depuis son départ de Marvel), ce qui est louable vu l'état du marché. Sur les 4 personnages principaux, seul deux donc ce sont vu pleinement intégrés l'univers DC avec une carte imaginaire full option, les 2 autres ont donc poursuivit leurs aventures en « SF ». Quand à l'univers First Wave (Doc Savage et Spirit), deux « SF » tentent de faire vivre cet univers : respectivement la team Justice Inc et des épisodes « Black & White » (non, le King of pop ne s'y trouve pas). C'est donc là aussi l'occasion pour DC de proposer des histoires qui ne pourraient pas être publiées en solo.




Ou alors c'est quand le scénariste a trop d'idée pour les faire tenir en 22 pages...

Bon, là on a vu les « SF » utiles, on va passer aux situations « je-sais-pas-quoi-faire-donc-je-met-ça-là ». On a d'abord la série Green Arrow /Black Canary (annulé depuis et remplacé par Green Arrow tout court, ouais il a jeté sa femme, elle criait trop). Du numéro 22 au 29 de feu cette série (entre le 30 et 32 on avait le cas de Green Arrow qui était réglé), le couple était séparé en se partageant la garde du « SF », un mois chacun. Dans un autre genre, dans la série JSA All-Star, le couple Liberty Belle et Hourman coure après un bouquin avec deux vilains à leurs trousses (après ils arrêtent de se taper dessus et font équipe, et non je ne veut pas savoir ce qu'ils font à 4 quand ils attendent entre deux chapitres). Enfin, dans JLA (Cyborg et Tornado) et Teen Titans (Ravager), on a le droit à des histoires qui font suite à des mini-séries que personnes n'a lu (et ces « SF » aussi, personne ne les lit...enfin pas moi).




T'inquiètes ils vont rien voir venir, fais péter les prix, on justifiera le truc par plus de pages !

Bon après avoir discuter de la partie artistique, on passe aux choses sérieux : l'inflation. Bah oui mes chers lecteurs, faut pas croire que tout ça c'est gratuit, que DC va proposer des histoires en plus juste pour assurer une certaine continuité, faire vivre des personnages et satisfaire des fans ! Vous croyez que c'est Panini Comics ou quoi ??? Non, eux ils ont des vrais artistes à payer, rien n'est gratuit, on augmente donc les prix. Plus sérieusement, à cette époque, Marvel avait déjà entamé son mouvement vers un prix de 3,99$ vers l'ensemble de ses séries. DC n'a fait que suivre le pas mais à au moins proposé, dans certains cas, un deal avec le lecteur : on passe à 3,99$ mais on rajoute 10 pages et surtout on vous offre une seconde histoire. La meilleure preuve de ce « presque » acte de bonté : des séries comme Booster Gold sont repassées il y a quelques mois à 2,99$ à la fin de leurs « SF ». Alors oui DC a aussi envie de s'en mettre plein les poches mais essaye de justifier ses prix. Surtout qu'en matière de politique agressive de prix, Marvel est le patron vu qu'ils sont les leaders (et avec une grosse avance, voir le TPAMC sur les chiffres de ventes ou les news de Woulfo chaque mois).




Sont passés où les lecteurs ? On a merdé... ok on fait un come-back, Marvel va rien y comprendre !

Depuis quelques mois, Marvel s'est lancé avec l'Ipad sur le marché du digital. Ce fut l'occasion de proposer de façon simultané à la sortie en magasin la vente des comics sur internet. Une guerre des prix et des annonces semblait couvés, mais elle a tournée dans un sens complétement inattendu : une baisse des prix. Le constat était simple : il y a 50 ans, les comics se vendaient pour rien, les ventes se chiffraient en million pour chaque titre, lire du Batman c'était aussi facile que s'acheter un bonbon. Avec les temps, les coûts/inflation ont fait augmenté les prix et on est passé de 50 cents à aujourd'hui 3,99$ (3,99$, c'est la norme, mais on a des comics à 4,99$, c'est dire où on en est). Le mois dernier, pas un comics n'a dépassé la barre des 100 000 unités vendues, une catastrophe pour l'industrie. Le schéma habituel était alors : moins de vente, ok, on augmente les prix donc on garde la marge (j'exagère beaucoup mais je tape pas loin de la cible, il y a d'autres causes bien sûr). Avec l'avènement des comics digitaux, beaucoup espéraient de nouveaux prix et craignaient une redistribution des marges, en faveur des éditeurs bien sûr (auteurs et libraires pouvaient allez pleurer dans leur coin). Comme d'habitude, Marvel a sauté sur l'Ipad pour devenir le fer de lance de ce mouvement (pas le premier ou le plus innovant, mais vu le poids lourds, l'industrie ne pouvait que suivre). Il y a eu beaucoup d'annonces, de blabla, mais on final, on se dirigeait vers un prix de 2$ avec bien sur plus de marge pour Marvel que un comics à 1,99$ en magasin (chose qui a disparu, c'est un exemple, donc venez pas me cherchez des problèmes donc vos commentaires, j'accepterais que des félicitations sinon je supprime le com !).



DC Comics se devait de répondre, et ils ont mis du temps. Déjà, sur le digital, il a fallu attendre la réorganisation de la firme pour voir le nouveau co-parrain de la mafia DC, Jim « Batdetective » Lee, annoncer le plan de DC : on va faire du digital mais on reste en priorité sur le papier (alors que Marvel ne parle que du digital, bah oui vive la plus grosse marge, et à terme voudrait bien renverser la logique de l'industrie en misant sur le digiatl). C'est une attitude logique de DC qui a toujours été considérée comme le papy des comics : vieux, rétrograde, lent, dépassé, mais aussi des personnages plus nobles, plus iconiques, une relation avec les lecteurs plus posé...alors que Marvel recherche toujours le sensationnel, initie des projets loufoques mais parfois inutile (Hit-Monkey, l'overdose Deadpool ), a un coté plus jeune, plus cool (ils se donnent cet air là), devance les envies des lecteur... Y'a qu'a voir les conférences et les réponses aux questions, DC c'est le père de famille qui veut tout bien faire dans l'ordre, donc prend son temps à démêler les pinceaux et les couacs mais soutient des projets assez atypiques; alors que en face, Marvel est toujours à la pointe avec beauuuuucoup d'idées mais parfois pas toujours bien inspirée. Tout ça pour dire qu'il n'y a pas de firme meilleur que l'autre, juste des styles, et DC se devait comme d'habitude de réagir. Sauf que la réponse n'était pas celle qu'on attendait au NYCC : DC BAISSE LES PRIX DES COMICS !



Et ouais, ce qui semblait inimaginable au vu du contexte actuel du marché des comics a eu lieu (mais c'est aussi logique, sauf qu'on attendait pas ça de DC). Alors que Marvel multiplie à outrance les covers variantes, les mini-séries et one-shots inutiles pour certains et les évents pour chaque franchise dans le but de combattre cette baisse des ventes, DC vient de sortir l'arme fatale 5 : on revient à 2,99$ pour toutes les séries régulières. Dès janvier 2011, fini les 3,99 sur les séries REGULIERES, pas sur les mini-séries, one-shots et autres projets spéciaux (genre les crossovers, la série principale en 8 épisodes sera à 3,99$). Mine de rien, ça fait les ¾ du catalogue de DC qui passe à 2,99$, ce qui est fantastique pour nos porte-monnaie (pour 4 comics achetés on en a un gratuit par rapport à avant). Les rôles sont inversés, Marvel doit répondre (ya eu une réponse brouillonne sur le digital et certaines nouvelles séries qui repassent à 2,99$ mais on est loin du compte). C'est simple, DC, après avoir explosé les ventes et la critique avec ces dernières histoires (Batman, Green Lantern), enfonce le clou dans l'esprit des fans.




Euh... on a un petit problème boss, on fait quoi des histoires en cours ?

Vous pensez que j'ai divagué en oubliant mon sujet ? Non, malheureusement non. Encore une fois, DC Comics n'est pas une association. Il faut être rentable pour poursuivre son activité et se faire du fric aussi, sinon pourquoi se lever ? (l'amour des histoires ? Tu sors !). Le retour aux 2,99$ à un prix (j'étais obligé de la faire celle-là) : la fin des Second Features. Eh ouais, faut chercher la baisse là ou on peut, surtout que la hausse à 3,99$ avait été justifiée par les SF. Donc on tranche et hop, 10 pages en moins, un dollar de gagné ! Pour l'anecdote, un éditeur de chez Marvel a répondu (les séries DC, hors pub, compteront 20 pages, alors que celles de Marvel en ont 22) : « les 2 dernières pages Marvel seront géniale, ce seront elles qu'il ne faudra pas louper ! ». Bref, avec la fin des « SF », quid de ces histoires en cours ? Certaines auront le droit à un one-shot pour se conclure. D'autre ont un sort inconnu : quid de Jimmy Olsen qui débutait dans Action Comics, à grand renfort de buzz autour de l'apparition pour la première fois en bd de Chloé Sullivan ? Pareil pour « Commissioner Gordon », prévu dans les pages des Dectective Comics ? Et la co-feature prévue dans la série Green Lantern Corps qui s'annonçait alléchante ? Enfin, il y avait le retour de Légion Academy qui allait permettre de développer à nouveau l'univers de la LSH (apparemment on aura le droit à une série régulière, on y gagne donc au change). Les Second Feature ont donc été sacrifiée sur l'autel des prix. Difficile de critiquer ce choix. On peut regretter cet espace de création qui n'était pas soumis directement au diktat des ventes. Les scénaristes étaient alors libres d'écrire la pire bouse ou de petite perles. Comme moi quoi. Merci pour votre lecture.






Les autres numéros de "Touche pas à mes comics" :

Iron Man : Reboot en mode sans échec

Dark Reign : Allume la lumière

Young Avengers : Papa est en haut, maman est en bas

Wonder Woman : Autopsie d'une icône à l'abandon

Captain America : T'aurais pas vu mon bouclier ?

Mais qui est donc Booster Gold ?

Méritons-nous DC Comics en France ?

Sentry ou le syndrome Superman

Le retour des légionnaires

Atlas, leur univers impitoyable

Les chiffres des comics

Secret Six : Six fois plus de fun !
Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
[TPAMC 51] Valiant Comics

[TPAMC 51] Valiant Comics

15 Décembre 2013

Le retour fracassant d'un éditeur de talent

TPAMC N°50 – LE PLUS GRAND SECRET DES COMICS

TPAMC N°50 – LE PLUS GRAND SECRET DES COMICS

08 Décembre 2013

Et aussi ce que nous prépare Marvel pour 2014

[TPAMC#49] X-MEN REGENESIS : BACK TO EAST !

[TPAMC#49] X-MEN REGENESIS : BACK TO EAST !

07 Septembre 2012

Scott et Logan se mettent sur la gueule

  • Green_Arrow
    Green_Arrow

    il y a 9 ans

    Il me semblait avoir lu dans une précédente news mais je la retrouve plus que the Atom allait bénéficier d'une série régulière. C'est toujours d'actualité ?

  • Leto
    Leto - Rédacteur de l'article

    il y a 9 ans

    Pas de série prévu pour the atom à ma connaissance, mais un one-shot ou mini pour finir cette histoire

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 9 ans

    La possibilité d'une série Atom a effectivement été discutée au comic con de New York, dans le futur, mais pas de dates encore.

  • Leto
    Leto - Rédacteur de l'article

    il y a 9 ans

    C'est ce que je dis d'en larticle (pas sur atom mais en général) : ya la volonté de DC mais faut que le marché puisse suporter une série de plus, si c'est pour rejoindre direct le voisinage de doom patrol ou rebels en terme de ventes

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 9 ans

    C'est pour ça qu'ils prennent bien le temps et tâtent le terrain. Brightest Day va déjà servir à lancer quelques séries solo par la suite, mais Atom est pas dedans.