[Review VF] Saga Tome 9

[Review VF] Saga Tome 9

La review du jour est un titre proposé par Urban Comics. Il s'agit de Saga Tome 9. Le numéro est écrit par Brian K. Vaughan et est dessiné par Fiona Staples. Il est sorti le 16 novembre pour 15.50€ et contient les titres Us de Saga #49 à #54.

La perte de leur second enfant a été un choc pour Alana, Marko et l'apparition d'une vision fantomatique de leur futur enfant n'a pas arrangé les choses.
Malgré ce drame, les choses semblent s'arranger pour tout le monde (ou presque) : Pétrichor et Prince Robot sont devenus inséparables, Alana et Marko sont plus soudés que jamais autour de leur nouveau projet, tandis qu'Hazel et Écuyer apprennent lentement mais difficilement à se connaître. De son côté, Le Testament est devenu l'esclave d'Ianthe qui souhaite à tout prix nuire à la famille d'Hazel... La menace approche et tous ne s'en sortiront pas indemne... 


Faire la review d'un volume de Saga, c'est chiant. C'est chiant pour deux raisons. La première raison, c'est parce que tu es obligé de constamment suspendre une excellente lecture afin de prendre des notes. La deuxième raison, c'est parce que tu te rends rapidement compte que les reviews sont toujours un peu les mêmes soit une série de qualités toujours identiques et menant à une excellente note.

On ne va pas se mentir. Saga est sans doute une des valeurs sûres de ces dernières années. C'est à tel point que, lorsque les auteurs ont annoncé préférer faire une pause d'un an pour "refaire le plein d'énergie", les critiques ont été très peu nombreuses. C'était même plutôt l'inverse avec des commentaires du type "reposez-vous bien, revenez en forme". 

Pourquoi un tel soutien ? Pourquoi avoir besoin de faire le plein ? Tout simplement parce que les auteurs se donnent à 100% dans chaque numéro. Les dialogues sont fluides, magiques et bourrés de réflexions (les passages narratifs sont, le plus souvent, très à propos) et chaque nouveau personnage est une claque visuelle tant il est original. Dans ce cas précis, c'est peut-être le design de Ianthe qui sort du lot. Même la typographie et les phylactères changent fréquemment selon les personnages. Les bonnes idées s'enchaînent et il devient difficile de tenir une liste. Pour aujourd'hui, on va reparler de la race des personnages avec une télévision à la place des visages. L'idée n'est pas nouvelle. Après tout, ce sont des personnages qui sont présents dès le premier volume. Mais même si on ne le souligne pas à chaque review, les personnages restent énormes et continuent de surprendre. La scène avec les deux enfants est un véritable crève-coeur. On a beau ne pas voir ce qui s'affiche sur le "télé-visage" de l'enfant, le message est largement passé. Même chose pour les autres personnages. Le couple principal vend du rêve, tout comme le couple formé par Doff et Upsher.

 

N'importe qui peut vous tuer mais seul quelqu'un qui vous connait peut vous blesser. Seul quelqu'un qui vous aime peut vous briser le coeur.

Dans la liste des qualités, nous retrouvons encore une fois le décalage du récit avec, d'un côté, un road trip tout mignon pour sauver un enfant et de l'autre, une violence et une sexualité importantes. Dans ce tome, cela va peut-être même encore plus loin dans le sens où ce changement drastique a lieu d'une page à l'autre. A gauche, vous avez une cover représentant, à peu de choses près, une photo de famille (ndlr : c'est la cover principale) et à droite, vous avez une scène de cunnilingus. La grande classe. Bon après, il faut dire aussi que les premières pages donnaient le ton. Il y a écrit "Nous sommes totalement baisés" sur la première cover et la première image du premier numéro met en scène un homme à poil. Difficile de faire le surpris en plein milieu du livre après une telle mise en bouche. Pourtant, Dieu sait que la première image du numéro 52 est perturbante, à la fois innocente et terriblement osée.

N'écoutez pas cette vieille pute à clics.

 

De manière générale, on se rend bien vite compte que rien n'arrête les auteurs pour narrer cet incroyable voyage. Cela tombe bien, c'est exactement ce qu'on attend d'eux. Ce volume en est la preuve car il offre pas mal de retournements de situation... et, malheureusement, tout autant de morts. La fin du volume va clairement dans ce sens et est assez représentative de ce tome. Inutile de préciser qu'il est assez difficile de refermer le livre et qu'il devrait y avoir de gros chamboulements dans le tome suivant.

Concernant la partie graphique, elle est exemplaire. Les dessins et la colorisation sont superbes, le design des personnages est recherché, les covers sont belles.

En bonus, vous trouverez les autres travaux du scénariste.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Le scénario
- Les dialogues
- Les retournements de situation
- Les personnages
- Toute la partie graphique

LES POINTS FAIBLES

Aucun.

 

5

Un futur classique

Conclusion

Saga continue de faire son bonhomme de chemin sans jamais décevoir. Il s'agit d'un voyage unique qu'il serait bien dommage de rater.

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
[Review VF] Justice League Dark Rebirth Tome 1

[Review VF] Justice League Dark Rebirth Tome 1

21 Juillet 2019

Edité par Urban Comics

[Review VF] Injustice 2 Tome 4

[Review VF] Injustice 2 Tome 4

17 Juillet 2019

Edité par Urban Comics

Urban Comics va sortir un artbook sur Lee Bermejo

Urban Comics va sortir un artbook sur Lee Bermejo

10 Juillet 2019

Attention les yeux !

  • Joujof
    Joujof

    il y a 1 an

    Cet arc est EXCELLENT ! Peut-être le meilleur de la série ! Emotions, humour, rythme de narration, dessins : tout est PARFAIT !

  • Cinquante
    Cinquante

    il y a 1 an

    Dieu sait que la première image du numéro 51 est perturbante, à la fois innocente et terriblement osée. La première image du numéro 51 ou du numéro 50 ?

    • Jeff
      Jeff - Rédacteur de l'article Staff MDCU

      En réponse à Cinquante

      il y a 1 an

      Ni l'une ni l'autre. Après vérification, je parle de la première page du numéro 52. Je modifie.

      La première image du numéro 50 ne m'a pas marqué. Il y a déjà eu 4 ou 5 scènes de ce genre.