[PCC2018] Interview Stefano Gaudiano

[PCC2018] Interview Stefano Gaudiano

Un grand merci à Solene des éditions Delcourt ainsi qu'aux éditions Delcourt pour avoir permis cette interview et un grand merci à Stefano Gaudiano pour nous avoir accordé son temps.

MDCU : Bonjour. Qu’est-ce qui vous a donné envie de travailler dans le monde du dessin ?

Stefano Gaudiano : Bonjour. J’aime lire des comics depuis que je suis petit et une fois que j’ai réalisé que c’était un travail - je pensais initialement que c’était fait par des machines ou quelque chose du genre - j’ai tout de suite voulu devenir un dessinateur. J’avais également un grand frère qui était un meilleur artiste que moi et qui m’a inspiré. Pour essayer de me mettre à son niveau, je n’ai jamais arrêté, et une opportunité s’est présentée.

MDCU : Préférez-vous encrer manuellement ou avec un ordinateur ?

Stefano Gaudiano : Je préfère encrer manuellement. J’ai déjà essayé sur ordinateur, je trouve cela bon mais je préfère le faire manuellement. En revanche j’utilise beaucoup l’ordinateur pour nettoyer. Si vous regardez attentivement sur les pages originales et le bouquin, vous pourrez voir de légères différences dues au passage par ordinateur. Le fait que ce soit de très belles planches est principalement dû à Charlie, c’est un artiste fantastique.

MDCU : Quel est selon vous le rôle principal d’un encreur dans le monde du comic-book ? Que doit-il apporter au travail du dessinateur ?

Stefano Gaudiano : Ma formation professionnelle s'est faite aux USA. Le rôle de l'encreur a évolué au cours des années. Quand j’ai commencé à travailler dans les comics, j’aimais en particulier l’encrage et pas seulement dessiner. L’encreur était vu comme étant responsable de deux choses :

- la première était de faire le travail dans les temps,

- la deuxième était d’améliorer la qualité du bouquin dans son ensemble.

Donc l’encreur était au service du scénariste, d’abord et principalement, pour bien raconter l’histoire et utiliser l’encrage pour la rendre plus efficace. Bien sûr, l’encrage est utilisé directement sur les crayonnés et non sur le script mais le point de référence était : "quelle histoire je souhaite raconter ?" Donc à cette époque, le dessinateur était moins précis et l’encrage définissait l’humeur de l’histoire. Les 4 Fantastiques par exemple était une histoire de science-fiction avec des éléments du genre super-héroïque. Quand Jack Kirby, qui était le créateur génial derrière les 4F, était encré par d'autres, ils n’étaient pas toujours capables de vraiment faire ressortir l’histoire à sa juste valeur, ils se contentaient d'un travail normal. Mais Joe Sinnott, qui était encreur, a commencé à travailler avec lui. Il a su faire ressortir l’atmosphère avec son encrage qui nous donnait l’impression de vivre dans un monde de science-fiction. C'était là le travail de l'encreur. L’encreur à son meilleur parvient à créer l'atmosphère d’un monde dans lequel on peut plonger et ressentir ce que l’histoire est censée raconter. De même, il y avait un artiste du nom de Gene Colan qui était sur des comics d’horreur ou de crime. Là encore, les encreurs travaillant avec lui arrivaient parfois à faire ressortir l’histoire de la meilleure manière. Il y avait un comics appelé Dracula où l’encreur Tom Palmer réussit à créer une magnifique atmosphère que Gene Colan avait initié avec ses crayonnés. L’encreur a dû finir le travail du dessinateur en faisant quelque chose de très similaire à ce que font les directeurs de la photographie avec le réalisateur. En effet, le réalisateur filme mais le directeur de la photographie est responsable de la lumière et des différents aspects nécessaires pour créer une atmosphère. C’était quand j’étais jeune.

Après, à partir d’un certain moment, principalement autour des années 1990, les artistes travaillant sur un comic book sont devenus surtout intéressés par la recherche d'un style de dessin qui leur soit propre au lieu de simplement raconter une histoire. Et quand cela arriva, le rôle de l'encreur changea car quand le dessinateur finissait son travail, alors celui de l’encreur était de respecter cette vision. Le dessinateur avait déjà décidé comment créer l’atmosphère. L'encreur pouvait se dire " Peut-être que je vais le faire avec beaucoup de traits, ou alors avec beaucoup d’ombres " mais le dessinateur avait délivré un travail qui était généralement plus détaillé qu’avant. Et donc le rôle d’encreur est devenu plus limité, et je dois désormais dire que mon rôle d’encreur sur The Walking Dead est de rester fidèle à la vision du dessinateur avec le meilleur de mes capacités. C’est basiquement ça. Il peut y avoir des occasions où je remarque quelque chose et je dis à Charlie : « Oh Charlie, il semble que le crochet est sur la mauvaise main pour Rick, peux-tu le changer s’il te plait ? » Dans l’ensemble, mon seul travail en tant qu’encreur est de respecter fidèlement la vision du dessinateur, parce que ce dernier a déjà fait le travail pour créer l’atmosphère.

MDCU : Comment êtes-vous devenu encreur pour la série The Walking Dead ?

Stefano Gaudiano : J’ai travaillé dans les comics depuis longtemps et principalement en tant qu’encreur. Je suis arrivé sur la série parce qu’aux USA, la publication du titre a accéléré en devenant bimensuel durant l’arc « Guerre Totale ». Charlie est capable d’encrer sans problème et de le faire rapidement mais faire deux numéros par mois aurait été de trop. Robert Kirkman a décidé de faire appel à un encreur. Je pense que mon nom a probablement été évoqué quand ils discutaient entre eux. Robert a mentionné avoir a eu une conversation avec Brubaker. Mon nom a été évoqué principalement parce que j'avais travaillé sur un comics, Gotham Central, avec Charlie et Robert qu'ils ont bien aimé et ils se sont dits : « Oh il semble que son style irait bien avec The Walking Dead ». Donc Robert m’a envoyé un mail pour demander si j’étais disponible. Je l’étais. J’étais heureux d’accepter le travail. Ils m’ont donné un test : une page et une couverture à encrer ; et ils ont bien aimé.

Au début vous ne réalisez pas cette grande opportunité qui s’offre à vous, et une fois que vous en prenez conscience, vous êtes encore plus heureux.

MDCU : Que ressentez-vous quand vous travaillez sur le comics The Walking Dead ?

Stefano Gaudiano : J’adore, parce que j’adorais le comic-book en tant que fan avant de devenir son encreur. C’est génial d’en faire partie, il y a un vrai plaisir, c’est phénoménal et cela me fait sentir que je travaille sur quelque chose d’important. Bien sûr ça l’ait, il y a une grande histoire, ce n’est pas superficiel, c’est un travail significatif qui semble avoir beaucoup de succès. Et j’aime aussi réellement encrer le travail de Charlie parce que j’aime encrer en général et chaque artiste amène une manière d’apprendre. J’ai beaucoup appris de Charlie. Les traits sont plus précis que ce que j’étais habitué à encrer. En voulant essayer de respecter sa précision, j’ai appris des techniques que je n’aurais pas pu acquérir autrement. Donc cela me permet d’être un meilleur artiste. Ces 5 années à travailler avec Charlie ont été incroyablement riches en expérience parce que non seulement je comprends la manière dont il finit son travail mais je peux aussi voir ses crayonnés au lieu d’être distrait par l’histoire. J’ai envie de voir ce qui arrive après.

MDCU : Combien de temps passez-vous pour encrer une page de The Walking Dead ?

Stefano Gaudiano : En moyenne, 4 heures peut-être, cela dépend de la page, si elle est détaillée ou non, et il y a aussi le travail sur la production.

MDCU : Quel est votre personnage préféré dans The Walking Dead ?

Stefano Gaudiano : Probablement Michonne . J’adore Michonne dans le comics et la série. J’aime dessiner Michonne , ses cheveux, ses caractéristiques, ses expressions, elle est vieux jeu, son katana est fun, elle est fun à dessiner et je pense que c’est un grand personnage. Elle possède une intensité et une chaleur que j’aime beaucoup. Également Negan , qui est un très bon personnage, très riche, et j’étais très content de la manière dont son histoire s’est déroulée et la manière dont Robert et Charlie l’ont approché. A un moment on le voit plus humain

 
Attention Spoiler

 Mais à départager, je dirais Michonne et Negan qui est aussi intéressant.

MDCU : Seriez-vous triste si Kirkman venait à tuer Michonne  ?

Stefano Gaudiano : Je serais très triste, absolument. *rire* J’aurais l’impression que le monde perdrait quelque chose d’important. Mais vous savez, qui sait ce que veut Kirkman ?

MDCU : Est-ce que vous pensez que la condition d’encreur est reconnue à sa juste valeur dans le monde du comic book ? Spécialement sur un comics comme The Walking Dead qui est en noir et blanc et montre l’importance de votre travail ?

Stefano Gaudiano : J’ai des sentiments mitigés à ce propos, en partie parce qu’il y a des réactions mitigées à propos de l’encrage. Je pense que beaucoup de personnes ne font pas attention à l’encrage et ce n’est pas équitable, car l’encrage est un métier important. Ce n’est pas la partie créative forte de la production. Cela revient à l’écriture, les dessins et de plus en plus la colorisation. Les encreurs deviennent de moins en moins importants contrairement aux coloristes parce que maintenant la technologie nous permet d’utiliser la couleur de façon conventionnelle et de ne plus être limité par les anciennes techniques de colorisation. La couleur peut faire une grande différence dans la manière de raconter une histoire. Elle peut faire ce que faisait traditionnellement l’encrage : créer une atmosphère. J’ai l’habitude de penser que pendant les années 1970-1980, l’encrage était plus important que la colorisation. Maintenant je dois dire que la colorisation en tant qu’outil est devenu plus important que l’encrage. Également parce que la technologie a été améliorée à tel point qu’encrer n’est pas forcément nécessaire. Parfois il suffit de reproduire les crayonnées et c’est bien. Donc la colorisation est devenue plus important que l’encrage et l’une des choses qui arrive dans les comics est que l’on met le nom de l’encreur avant celui du coloriste. Ce n’est pas juste.

Et même dans ce business, il y avait différentes compagnies dont la tradition était de donner des royalties à l’encreur et non au coloriste. Maintenant, heureusement, certaines compagnies ont arrêté de faire ça. Je pense qu’encrer est important et que certaines personnes n’apprécient pas cela. Je pense aussi que ce n’est pas aussi important que dessiner ou écrire, et, à un certain point, la colorisation. A certaines personnes, je dirais : « Eh, l’encrage est plus important que vous ne le pensiez ! » et à d’autres je dirais : « Ecoute, on essaye de faire quelque chose de différent, ce n’est pas une grande affaire ». The Walking Dead est l’un des bouquins ironiquement où j’ai le moins de contribution créative parce que les crayonnés de Charlie sont incroyablement détaillés. Je pense que l’encrage est important mais il y a d’autres comics où il a un impact plus créatif que The Walking Dead.

MDCU : Est-ce que vous regardez la série The Walking Dead ?

Stefano Gaudiano : Oui, j’ai du retard, mais j’aime la série, voir ce qu’il change du comics. J’ai été traumatisé par la mort de Glenn à la télévision. Glenn était un grand personnage dans le comics mais plus particulièrement dans la série. C’était tragique de le voir partir et c’était plus difficile pour moi de continuer. Mais je pense que je vais rattraper, iIs ont fait un bon travail pour préserver l’esprit du comics. Les changements qu’ils ont faits sont très intéressants, j’adore Carol dans le show. Elle absorbe certaines caractéristiques d’Andrea dans la série et bien sûr Daryl est un grand personnage qui n’existe pas à la base dans le comic-book. Je ne pense pas qu’ils aient aussi bien adapté Negan.

MDCU : Peut-être la censure ? C’est plutôt difficile de retranscrire sa manière de parler dans une série.

Stefano Gaudiano : Oui, le langage. La façon dont Kirkman l’écrit dans le comics est quelque chose de difficile à adapter pour la télévision. Mais en général et sur plusieurs points, j’admire la série télévisée.

MDCU : Quels comics lisez-vous en ce moment ?

Stefano Gaudiano : Actuellement, je ne lis pas beaucoup de comics. Ceux que je lis sont ceux de personnes que j’admire, comme Brubaker. Il y a énormément de comics, et certains sont perdus dans le flot. J’aime beaucoup le travail de Joshua Dysart. J’ai travaillé avec lui un peu sur des comics Valiant. C’est dur de garder un œil sur tout et je n’ai pas autant de temps qu’avant. Je ne lis pas beaucoup, je suis plus sur des histoires qui ne s’apparentent pas à la fiction. 

MDCU : Avez-vous prévu de revenir travailler chez d’autres éditeurs ? J’ai vu que vous aviez déjà travaillé chez Marvel sur Spider-Man . Sur quel super-héros souhaitez-vous travailler ?

Stefano Gaudiano : Je vais travailler chez DC, ça n’a pas encore été annoncé. C’est sur un super-héros que je n’ai pas encore dessiné mais j’en profite. J’aimerais travailler sur Hulk , ce serait beaucoup de fun en perspective. Il peut être un grand personnage, et si je peux contribuer à son humeur... Je l'aime bien. J'aimais également quand j'étais jeune Master Of Kung Fu dans les années 1970, dessiné par Paul Gulacy. Je pense que ces personnages existent toujours et ce serait intéressant de travailler dessus par nostalgie. Il y aussi Moon Knight qui est intéressant visuellement. J’ai toujours eu une passion pour Spider-Man et c'est toujours fun de travailler sur lui.

MDCU : Avez-vous envie de retourner aux dessins ?

Stefano Gaudiano : Pas vraiment. J’ai l’impression que lorsque je dessine, soit je travaille trop rapidement et finalement cela aboutit à quelque chose dont je ne suis pas fier, soit je prends mon temps pour dessiner et l’éditeur n’est pas content. Donc il y a toujours quelqu’un qui n’est pas content et parfois ce sont les deux qui le sont. Donc je ne veux pas me mettre dans cette position de nouveau. J’aime dessiner, mais ce n’est pas quelque chose que j’ai à faire tous les jours, au contraire de l'encrage qui me rend heureux. C’est plus méditatif et moins stressant mais je ressens encore de la créativité en le faisant et je profite des aspects collaboratifs, que ce soit l’écriture, les dessins, la colorisation ou l’encrage. Travailler en équipe est fun pour moi et c’est quelque chose que je peux avoir en tant qu’encreur. Donc ça me va.

MDCU : Au-delà de la sphère des comics, sur quoi avez-vous déjà travaillé ?

Stefano Gaudiano : J’ai travaillé dans l’animation sur le story board, et dans les jeux vidéo sur le story board et des peintures élaborées. J’ai fait un jeu vidéo nommé King of Dragon Pass. Ce n’était pas populaire, mais je crois que cela existe en tant qu’application. C’était magnifique à faire parce que j’ai peint à l’aquarelle et j'ai aussi  collaboré avec une équipe en tant qu’artiste. Les jeux vidéo étaient donc funs et je faisais aussi de l’animation et des illustrations de journaux. J’ai également fait des décors de fond pour la télévision. Quand tu es capable de dessiner, il y a plein de possibilités. C’est difficile de se rappeler de tout.

MDCU : Merci beaucoup de nous avoir accordé votre temps et bonne continuation dans vos futurs travaux.

Stefano Gaudiano : Merci beaucoup, j’ai également apprécié le temps que vous m'avez accordé.

 

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
Giuseppe Camuncoli invité Panini pour la Comic Con Paris

Giuseppe Camuncoli invité Panini pour la Comic Con Paris

18 Juillet 2019

Présent les trois jours

L'équipe d'Injustice présente à la Comic Con de Paris

L'équipe d'Injustice présente à la Comic Con de Paris

04 Juillet 2019

Pour une conférence exceptionnelle

Morena Baccarin et Ben McKenzie au Comic Con Paris

Morena Baccarin et Ben McKenzie au Comic Con Paris

27 Juin 2019

Gotham débarque à Paris !

Pas d'avis pour le moment.