Urban Comics

2 / 9 (2019)

Urban Comics

Urban Comics

8 / 8 (2019)

Urban Comics

1 / 1 (2019)

  • Kyrens
    Kyrens

    il y a 7 ans

    Je ne suis pas spécialement fan de cette conclusion (qui avait déjà été anticipée dans le numéro précédent) et également de cette fin. Ce numéro n'apporte pas énormément, il s'agit de l'affrontement final entre Bruce et son frère de l'ancienne Terre 2 de l'univers classique que Snyder a fait intégrer la nouvelle continuité classique. Ce chapitre n'est pas mauvais, d'une part grace au travail de Capullo et de l'autre pas le rythme du scénario. Cela dit, il ne faut pas s'attendre à quelque chose de grandiose. Pour en revenir à ce que ce crossover a apporté à l'univers de Batman, je trouve que c'est beaucoup de bruit pour pas grand chose au final. La révélation sur l'identité de Owlman est navrante, ça casse un petit peu la subtilité contrôlée à laquelle Snyder nous avait habitué lors des précédents numéros. En dehors de ça, je ne vois pas l'intérêt d'intégrer un frère à Bruce. Depuis 70 ans, Batman a toujours été un fils unique et il n'y avait aucun but à ce que cela change. En revanche, si l'existence de son frère avait été incertaine, comme pour la survie de Thomas Wayne dans le run de Morrison, les choses auraient bien meilleures. Ainsi, le lecteur aurait été apte à interpréter lui même la situation, Bruce a bel et bien un frère que ces parents lui ont caché, ou Bruce n'a jamais eu de frère et la Cour a manipulé Lincoln, depuis le début. De toutes façons, on risque de revoir Owlman, j'en suis certain.

  • susano-wo
    susano-wo

    il y a 7 ans

    Une fois de plus un très bon chapitre tant au niveau de l'écriture que des dessins ! J'ai lu les numéros 10 et 11 ensemble donc il m'est un peu difficile de les détacher l'un de l'autre dans cette critique mais ces deux numéros m'ont en tout cas totalement satisfait. Par un élément simple de la mythologie du héros, Scott Snyder répond aux dizaines de fois où l'on a vu Bruce se sentir épié sans que ça ne soit réutilisé plus tard dans les histoires où ce sentiment est dépeint. D'accord au final, on peut trouver le moyen un peu simpliste, mais ça permet de ne pas enterrer cette Court que nous reverrons forcément à l'avenir, certainement dans les deux ou trois prochaines années. En tout cas, Snyder montre là son talent en ce qui concerne l'utilisation du mythos du héros. Par contre, en réponse à Kyrens: On ne peut pas parler là de crossover, c'est simplement un arc narratif en 11 numéros. d'accord ils nous ont mis un label "night of the owls" dans les numéros 9 du batverse, mais au final, seul ce qu'il se passe dans la série Batman était vraiment capital, et puis surtout, dans tous ces numéros, on voit le héros de la série face à un Talon, on ne peut alors pas du tout parler de crossover.

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 7 ans

    Une très bonne conclusion à cet arc qui aura été assez monstrueux du début à la fin. Après la petite déception du dernier numéro, où toute l'attention était centrée sur la révélation que l'on sait, et qui n'a pas forcément plu à tout le monde, c'est en tout cas pour moi pas tellement ce que j'attendais de cet arc, Snyder s'en sort plutôt bien pour retomber sur ses pattes. On a forcément le combat inévitable qui prend une bonne partie du numéro mais Snyder réussi toujours à écrire avec intelligence pour mettre la psychologie de ses personnages en avant et c'est encore le cas ici, avec de belles séquences et de très bons dialogues qui donnent de la profondeur et de l'intérêt à ce Owlman. L'issue du combat est classique mais complètement dans les "codes" d'une histoire de Batman. La fin du numéro entre Bruce et Dick est par contre vraiment excellente, ça faisait un moment que cette relation n'avait pas été aussi joliment mise en avant et ça fait vraiment plaisir à voir. Le back-up avec Alfred et tout aussi bon, très touchant et conclut de superbe manière cette arc court of the Owls. On a un peu l'impression qu'il ne reste pas grand chose de tout cet arc au final, c'est faux. Certes les choses vont rentrer dans l'ordre pour un moment mais Snyder a laissé ouvertes de nombreuses pistes qu'il va sans doute réutiliser plus tard dans son run. Et de manière générale, ça aura quand même été un sacré bouleversement dans la vie de Bruce et de ceux qui l'entourent et une utilisation intelligente et passionnante de la mythologie de Batman et de son univers, en commençant par son lien avec la ville de Gotham City elle-même, thème cher à Snyder puisqu'il l'utilisait déjà sur Detective Comics. En tout cas, chapeau messieurs Snyder et Capullo pour ce premier arc génial.

  • seigneurhp
    seigneurhp

    il y a 7 ans

    Une fois de plus un très bon numéro, pas le meilleur, mais du très bon. Il conclut parfaitement ce premier arc signé Scott Snyder, qui s'est avéré immense par ses rebondissements et son scénario ! J'avais peur que ce soit vraiment concentré sur uniquement le combat final, et heureusement, nous avons le droit à une très grande part de psychologie pour le personnage de Bruce, qui se sent vraiment épié, très mal à l'aise face à cette vérité qui n'en serais pas une ? Voilà la seule chose qui me dérange dans ce numéro. Le dénouement sur cette révélation apparue dans le niveau 10. Je la trouve trop simple, et pas assez prise de risque. Après, rien ne dit que ce qui nous est apporté à la fin de ce numéro soit vrai, et on peut espérer qu'on en attendra parlé encore une fois, chose dont je ne doute pas. Reste que, psychologiquement, ce numéro est très fort, et on y perçoit tous les doutes, et les peurs de Bruce. Encore une fois, nous avons le droit à du magnifique dessins de la main de Capullo, c'est assez incroyable à quel point ses dessins collent à l'univers du Batman. Je suis définitivement conquis. Un mot : Merci, merci pour ce premier arc qui m'aura encore plus fait adorer Batman qu'auparavant.

  • Kit_Fisto
    Kit_Fisto

    il y a 7 ans

    Conclusion des arcs sur la Cour des Hiboux avec un combat titanesque entre Batman et le Hibou en la personne de «Lincoln March». Un combat épique, violent et finissant en feu d’artifice. Une question reste en suspend sur la réelle filiation «Lincoln March» par rapport à la famille Wayne. En bonus, la conclusion de l’excellent back-up concernant Jarvis Pennyworth, le père d’Alfred et ses derniers jours aux services de Thomas & Martha Wayne. Une très bonne conclusion sur the Owls avant le retour du meilleur ennemi du Chevalier Noir. 5/5