Urban Comics

Urban Comics

2 / 10 (2020)

Urban Comics

1 / 1 (2020)

Urban Comics

1 / 3 (2020)

Urban Comics

1 / 1 (2020)

Urban Comics

1 / 1 (2020)

  • FitzBDnetNation
    FitzBDnetNation

    il y a 8 ans

    Jim Lee parti, c'est Gene Ha qui arrive sur le titre phare de DC mais Geoff Johns reste à la barre. Le scénario est très très bon, Johns part sur un axe totalement différent du premier arc mais nous dévoile un peu plus la vie de la Justice League, de ses conflits internes et de leur relation avec le reste du monde. C'est fun et grave à la fois, grâce au personnage du militaire, agent de liaison entre l'équipe et les Nations unies. Pour les dessins, on aime ou on déteste mais pour ma part, je le trouve très bon. Le back-up store introit le personage de Shazam et si Johns n'a pas le temps de nous raconter grand chose en si peu de pages, le pari est réussi, on veut savoir la suite. En plus, Gary Frank se surpasse aux dessins.

  • BartAllen
    BartAllen Staff MDCU

    il y a 8 ans

    L'histoire s'intéresse plus à Steve Trevor qu'à la Justice League même si celle-ci est quand même présente, notamment avec des scènes de chamaillerie. Geoff Johns met un peu en arrière Batman comparé au précédent arc, car on ne le voit quasiment pas, par contre Superman et Aquaman sont (presque) totalement invisibles. Les dessins sont très sympas, même si ça change de Jim Lee. Le back up sur Shazam démarre plutôt bien et les dessins sont vraiment bons. Gary Frank met la barre haute. J'espère que Johns fera quelque chose de Shazam après ce back-up.

  • Kyrens
    Kyrens

    il y a 8 ans

    Ce numéro vaut mieux à lui seul que les 6 premiers numéros précédents. C'est pour vous dire la hausse considérable de la qualité bien que le premier arc ait été une vraie déception et mauvais en nombreux points pour moi. Johns semble avoir repris du poil de la bête puisque le scénario est ici, très divertissant et intéressant. On découvre la Justice League sous un autre oeil, de façon intelligente. Il n'est plus question de scènes d'actions infinies et de dialogues stéréotypés. La JL opère maintenant depuis un certain temps et ce sont les relations avec A.R.G.U.S qui sont montrées ici. Le vilain ne casse pas trois pattes à un canard mais, trouve sa place dans le récit sans pour autant l'accaparer inutilement. Pour ce qui est des dessins, heureusement que Gene Ha est seulement de passage car, je n'accroche pas vraiment à son style. Ici, ça passe plutôt bien mais je ne trouve pas qu'il corresponde vraiment à l'univers de la JL. Numéro à ne pas manquer car la série se rattrape de son mauvais démarrage.

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 8 ans

    Bof et re-bof. J’ai toujours autant de mal avec ce titre qui ne semble pas vraiment décoller. Ici on assiste encore à une baston des plus basiques, faut croire que les personnages ne sont capables que de ça. Batman et Green Lantern sont toujours autant mis en avant au dépend des autres, c’est eux qui ont le droit aux meilleurs répliques en tout cas. Et ensuite plus de la moitié du numéro se consacre à Steve Trevor et à sa liaison avec la JL. C’est un axe qui peut être intéressant sauf que ça ne fonctionne pas vraiment pour moi, ça m’ennuie. On dirait presque les pages d’un reboot Wonder Woman, et autant j’adore ces personnages, autant là c’est quand même une série Justice League. Et puis Etta Candy qui devient soudainement afro-américaine… encore un changement dont je ne comprends absolument pas la légitimité. C’est pas beaucoup mieux au dessin avec un Gene Ha bien en dessous de Jim Lee, avec en plus un encrage pas très raffiné. Pour le back-up, en dehors des toujours magnifiques dessins de Gary Frank, je suis pas non plus convaincu, j’ai eu un peu de mal à suivre ce premier numéro. Mais je ne suis pas fan du personnage de manière générale, ça ne doit pas aider. Bref, Justice League ne m’apporte toujours pas ce que j’attends d’un tel titre et ça semble assez mal engagé pour la suite.

  • -Setsu-
    -Setsu-

    il y a 8 ans

    Un numéro de la JL encore bien agréable. Si les précédents numéros permettaient de découvrir les membres de la Justice League, et de les voir combattre, ce septième chapitre permet de voir l'interieur de ce qu'est la JL. Johns s'intéresse donc aux relations entre les personnages mais aussi avec le reste du monde par l'intermédiaire de l'agent Steve Trevor. C'est donc vraiment intéressant de lire ce numéro, les dialogues étant très bien écrit. Petit point noir pour moi, le départ de Jim Lee et l'arrivé de Gene Ha avec qui j'ai beaucoup de mal. Pas que cela soit moche, juste que je n'apprécie pas le style.

  • Kit_Fisto
    Kit_Fisto

    il y a 7 ans

    La Ligue des Justiciers s’est imposée sur Terre pour la défendre. En second couteau, Les militaires de l’A.R.G.U.S dirigés par le colonel Steve Trevor sont là pour répondre aux questions des politiques et des citoyens. Trevor est d’autant plus impliqué avec La Ligue qu’il est amoureux de Diana Prince alias Wonder Woman. Ce lien sera peut-être à son préjudice contre un ennemi encore dans l’ombre qui prépare sa stratégie pour affronter nos super héros. Un numéro bien scénarisé et des dessins dignes de ceux de Jim Lee, illustrateur de JL#01 à 06. En bonus les débuts du relaunch du Captain Marvel – Shazam par Geoff Johns et Gary Frank.