[Critique] Marvel's Punisher saison 2

[Critique] Marvel's Punisher saison 2

Le justicier le plus subtil de Marvel a enfin eu  droit à une adaptation digne de lui en apparaissant dans la saison 2 de Daredevil, incarné par Jon Bernthal. Frank Castel a ensuite eu sa propre série. La première saison était engagée et fidèle à la mythologie du Punisher. C'est avec enthousiasme que cette nouvelle saison a été attendue par le public. Avec l'arrêt des séries Marvel/Netflix, est-ce que cette saison permettra au Punisher de revenir pour une saison 3 ou prendra-t-il la porte ?

L'intrigue fait directement suite à la saison précédente. Frank est un fantôme, un vagabond, allant de petite ville en petite ville dans le fin fond des Etats-Unis. Il ne fuit pas les ennuis, il attend qu'ils viennent à lui. Évidemment, le moment arrive où Frank Castle doit intervenir et jouer les justiciers. C'est ainsi que débute l'aventure et la saison 2 de Punisher. Un hasard opportun qui pousse Castle a protéger une jeune fille qu'il ne connaît pas, qui ne dit rien d'elle, qui n'a pas confiance en lui, et qui ne veut que lui fausser compagnie. Les six premiers épisodes sont longs et presque ennuyeux. On ne sait pas où va l'histoire, ni pourquoi Castle agit ainsi. La fille qu'il aide ne fait tellement rien pour être aidée que l'on a du mal à comprendre l'acharnement du Punisher. Ainsi, pendant la moitié de la série, de maigres bouts d'indice nous sont donnés sur le but de l'histoire. On finit par se dire "Tout ça pour ça ?". C'est une succession de scènes clichées, peu logiques et faciles. On a l'impression que le scénario va là où il doit aller sans vraie logique. C'est une longue mise en place qui aurait mérité d'être bien plus condensée. C'est décevant par rapport à la première saison qui était très travaillée. En parallèle, on suit la rééducation de Billy Russo. Le personnage est décevant dans l'ensemble. On a du mal à croire à son état psychologique détruit. De plus, son visage balafré qui semble tant repoussant pour les personnages est vraiment peu impressionnant en comparaison avec les comics ou la version du film de 2008. A nouveau, on se dit "Tout ça pour ça ?". Encore une fois, c'est une longue mise en place du personnage qui tourne en rond, avec des incohérences qui décrédibilisent l'histoire. Enfin, un nouveau personnage est introduit. Un tueur en chasse du Punisher que l'on déteste parce qu'on nous le dit. Finalement, c'est un cliché du méchant croyant qui sort des citations bibliques à toutes les occasions.

Heureusement, la qualité monte dans la seconde partie de la saison. L'intérêt des personnages et les enjeux se précisent. Tous les protagonistes, de Castle, à sa protégée, en passant par Billy Russo, le tueur dévot et Dinah Madani deviennent bien plus intéressants. Les conséquences de la fin de saison 1 se font ressentir et Castle en paye le prix. Le scénario devient pertinent et amène des réflexions sur les actes du Punisher. Le tueur à sa poursuite est plus en danger et en devient plus charismatique. Enfin, la relation entre Punisher et celle qu'il protège est fun. Elle est si différente de lui que le contraste est comique et touchant. Dommage que cela ne se fasse que pendant quelques épisodes. Leur relation s'atténue et devient moins présente. Le souci de la saison repose dans ses deux intrigues qui divisent les deux personnages forts. Russo est mal exploité en début de saison et se répète. Cela se fait au profit de la jeune fille que soutient Castle. Ensuite, les situations s'inversent et la protégée du Punisher passe au second plan. Le rythme est mal géré et on finit par oublier la présence de certain protagonistes.

L'intrigue prend de l'ampleur et une critique discrète et à moitié assumée d'un aspect de la politique américaine est soulevée. Billy Russo prend de l'importance et devient une vraie menace crédible. Cependant ses intentions restent toujours un peu floues ou tirées par les cheveux. Madani reprend du poil de la bête. Bien trop effacée, avec un manque de caractère dans la première partie de la saison, elle revient plus forte sur la fin. Néanmoins, elle n'est dirigée que par une obsession et c'est dommage que le personnage évolue si peu. Castle retourne un peu en arrière, moins armé, plus de gilet avec un crâne, il se reforge. Puis, au cours de la saison, il se rapproche de sa version comics et c'est jouissif. Assumant ce qu'il est, un psychopathe, il va au bout des choses et franchit la ligne rouge quelques fois. Si nouvelle saison il y a, le Punisher sera vraiment ce qu'il doit être : un tueur sans pitié ni remord. De manière générale, visuellement, musicalement, la saison est correcte. Les situations sont variées, tout comme les décors. On sort de New York et c'est tant mieux.

Dans l'ensemble, cette saison est une déception. Punisher avait eu un traitement très thriller et intelligent dans sa première saison. Ici, on se retrouve avec une saison classique. L'intrigue peine à nous motiver. Les personnages sont l'ombre de ce qu'ils étaient avant. Les thèmes de cette saison, la reconstruction mentale de chacun et le fait d'assumer leur nature, sont développés trop lentement et manquent de rebondissements. Grâce à la seconde partie de la saison, Punisher s'en sort bien mais reste en dessous des attentes.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- La seconde partie de la saison
- Les personnages qui gagnent en charisme
- L'intrigue plus centrée sur  la psychologie des protagonistes

LES POINTS FAIBLES

- La première partie de saison
- L'intrigue brouillonne
- Les personnages en demi-teinte au début

 

3.5

Moins bien

Conclusion

Punisher ne nous régale pas autant que la première fois. Il lui faut un temps pour nous entraîner dans sa mission.

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
Le titre Punisher de Matthew Rosenberg repoussé

Le titre Punisher de Matthew Rosenberg repoussé

16 Juillet 2018

Près de 4 semaines de décalage

[Preview VO] The Punisher #222

[Preview VO] The Punisher #222

10 Mars 2018

Sortie ce mercredi.

  • Jeff
    Jeff Staff MDCU

    il y a 2 mois

    Erf...
    Bah, si c'est si moyen, cela veut dire que je mettrai 3 jours à la voir au lieu de 2, ce n'est pas bien grave :p

    • Lucas
      Lucas - Rédacteur de l'article Staff MDCU

      En réponse à Jeff

      il y a 2 mois

      C'est toujours kiffant parce que c'est Punisher on va dire :D

  • De Passage
    De Passage

    il y a 2 mois

    Bon, ben... est-ce un mal finalement que Netflix annule? On était dans la qualité pour les premières séries (mis à part Iron Fist (selon les goûts, pas encore vu) et la seconde partie de Luke Cage).

    Les saisons suivantes de chaques séries peinent...

  • mmat1986
    mmat1986

    il y a 2 mois

    Il y a eu des changements de showruner et scénaristes qui explique un tel changement de niveau?

    • Lucas
      Lucas - Rédacteur de l'article Staff MDCU

      En réponse à mmat1986

      il y a 2 mois

      C'est le même showrunner. C'est justement ce qui m'a surpris. Il y a vraiment une impression étrange dans les six premiers épisodes, comme s'ils avaient été écrit en mode "ooh le Punisher tue toute le monde ! Et il tape tout le monde ! Et il est trop badass parce que c'est le Punisher !" ça manque de fond.

      • mmat1986
        mmat1986

        En réponse à Lucas

        il y a 2 mois

        Oui c'est un peu le souci que j'ai avec le comics justement

      • mmat1986
        mmat1986

        En réponse à Lucas

        il y a 2 mois

        Finis le visionnage de cette saison, effectivement moins bon que la première mais j'ai eu ce sentiment, je ne sais pas pour toi? Le sentiment de vouloir éviter de "starifier" le Punisher je veux dire dans la saison une, tout le monde peut accepter les actes de Franck car il venge la mort de sa femme et de ses enfants. Alors qu'ici les gars qu'en fait c'est une "excuse" que Frank utilise pour assouvir sa soif de sang et sa haine des criminels, il est ici montré comme similaire au personnage de John qui se dit ultra pieux et tue les "impurs" car c'est dieu qui l'exige et la jeune fille le casse correctement dans le dialogue dans la voiture "tu ne tueras point....on choisi de croire ce qui nous arrange bien etc ..." même via Billy Russo on évite de nous servir un ennemi détestable mais plutôt un gars qui était en miette bien avant l'armée et ses actions de la saison 1, je crois qu'ils n'ont pas voulu prendre le risque qu'on les accuse de promouvoir l'auto justice et sans doute qu'ils ne le voulaient tout simplement pas le faire non plus...

        Lucas
        Lucas - Rédacteur de l'article Staff MDCU

        En réponse à mmat1986

        il y a 2 mois

        Oui, c'est ce que 'jai trouvé intéressant dans les derneirs épisodes. Punisher est mis au même niveau que Billy Russo et le curé tueur. Ils ont une nature de tueur et ça ne sert à rien de se cacher derrière des excuses (comme tu l'as dis), ils sont ce qu'ils sont. A la fin, Punisher assume sa vraie nature de psychopathe. Il le dit même, dans le style "laissez moi faire ce que je sais faire, je suis comme ça." 
        C'est ce qui est cool dans cette saison à mon sens, la façon dont le Punisher est traité à la fin. C'est un psychopathe et un anti-héros. Je trouve ça cool et je suis d'accord avec toi. 
        Dommage que ça n'est pas été développé toute la saison, un Punisher vraiment fou et meurtrier qui n'a plus peur du jugement. 
        Je pouvais pas trop en parler dans la critique pour pas spoiler mais j'y fais référence brièvement. 

        mmat1986
        mmat1986

        En réponse à Lucas

        il y a 2 mois

        Oui je comprend le fait de devoir éviter de spoiler n'est pas évident pour donner un avis complet mais sur ce, ta critique est très juste tout de même 

  • CAPTAINBAT
    CAPTAINBAT

    il y a 2 mois

    Je croyais qu'elle sortais sur netflix la semaine prochaine? Comment vous avez-fait pour la voir?

    • Lucas
      Lucas - Rédacteur de l'article Staff MDCU

      En réponse à CAPTAINBAT

      il y a 2 mois

      Les fruits du succès (et un accès presse)

  • Atrocitus
    Atrocitus

    il y a 2 mois

    Enfin fini ! Spoil :

    Perso je suis déçu. J'avais tout bonnement adoré la première saison. Amy est un perso très attachant, Bernthal est ultra charismatique et porte la série à lui seul. Le duo de ces deux derniers marche d'ailleurs très bien. John le curé est intriguant mais je l'ai trouvé assez peu exploité / développé. Et puis ... C'est tout.

    Russo est terriblement chiant et fait gros bébé pas content alors qu'il est pas si amoché que ça. C'est un gros défaut scénaristique que de lui avoir fait perdre la mémoire. Et si c'est pour qu'il finisse comme ça ... Autant le buter en saison 1. D'ailleurs en parlant de gens à buter, Madani aurait dû crever. Déjà insupportable, j'étais enfin content que la série prenne des risques en laissant apparaître que Russo l'élimine, mais au final personne ne meurt et le seul qui y laisse la vie c'est très mal fait.

    Curtis qui fait tout les mauvais choix, il aide Castle en mode sniper mais au final lâche l'otage, mettant en grand danger la vie d'Amy. Bravo l'artiste.

    On aurait mit le duo Amy/Castle dans une autre intrigue ça aurait été beaucoup mieux. C'est une succession de mauvais choix scénaristiques, d'étirement pour faire 13 épisodes. Un moment l'intrigue Russo mange complètement l'intrigue du curé et ça commençait à me les briser tellement les interventions de Russo sont inutiles. En bref ça commençait bien jusqu'à l'épisode 5 et après c'était la dégringolade pour moi. Du coup c'est sur ce point que je suis opposé à la critique : j'ai bien pris mon pied ai début et ensuite descente aux enfers 

    Une seconde saison clairement passable. Ça aurait pu être clairement mieux fait