[Review VF] Bloodshot U.S.A.

[Review VF] Bloodshot U.S.A.

Bliss Comics a publié en septembre dernier Bloodshot U.S.A., suite de Bloodshot Reborn, toujours écrite par Jeff Lemire et dessinée cette fois-ci par Doug Braithwaite que l’on avait déjà vu sur Book of Death.

 

L’histoire commence avec un flashback sur le Projet Rising Spirit où l'on découvre les plans de l’organisation (que l’on connait si l’on a lu Bloodshot Reborn) avant de passer dans le présent en nous mettant face à une New York contaminée par les nanites. En plus des Bloodshot qui terminent leur échappée de l’île où ils étaient prisonniers, on retrouve Unity qui leur vient en aide afin d’endiguer la menace des nanites. L’histoire est intéressante mais on ne comprend pas pourquoi Valiant (et Bliss a suivi) a choisi de faire de ce récit une mini-série alors que c’est la suite directe des événements des derniers épisodes de Bloodshot Reborn pour tous les personnages impliqués, que ce soit les différents Bloodshot, Deathmate, Magic et l’agent Festival. Le nouveau venu peut donc être facilement perdu, même si quelques explications sont données en début de tome.

 

A part cela, si on est à jour sur l’histoire récente de Bloodshot, on ne peut que prendre plaisir à voir les événements qui nous sont présentés et faire le lien avec ce que l’on a lu depuis The Valiant. L’histoire est un pur blockbuster à lire sans prise de tête. Lemire se permet quand même de faire un numéro où Bloodshot et Deathmate vont dans les souvenirs de Kay pour la ramener à la raison. La résolution est un peu facile mais a le mérite de donner une véritable fin à l’intrigue générale de Bloodshot Reborn tout en préparant la suite, Bloodshot Salvation.

  

La partie graphique est excellente. Braithwaite livre de superbes planches avec une construction très dynamique, idéale pour les nombreuses scènes d’action présentent dans l’histoire. A contrario, les scènes plus calmes ont un découpage classique avec des marges visibles entre les cases. Brian Reber, le coloriste fait aussi un bon travail avec des tons assez pastels, tout en n’oubliant pas le traitement particulier réservé à Bloodsquirt, lui aussi présent dans ce tome.

 

En bonus, on a Bloodshot Reborn #0 qui assez bizarrement sert plutôt d’épilogue au récit puisqu’on retrouve les différents personnages pour voir ce qui leur arrive quelques mois après les événements survenus à New York. Cela permet de connaître le destin des anciennes versions de Bloodshot ou encore de Deathmate. Les dessins de Renato Guedes ne sont pas mauvais mais souffrent de la comparaison avec le dessinateur principal. On a comme d’habitude une galerie de couvertures variantes, ainsi que des pages encrées.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

La premier cycle de Lemire est bouclé
Une partie graphique solide
Un blockbuster bien mené

LES POINTS FAIBLES

Pas forcément facile d’accès

 

4.5

Fin d'un cycle

Conclusion

Ce tome conclut le premier cycle de Jeff Lemire sur le personnage de Bloodshot, il n'oublie aucun des personnages qu'il a introduit précédemment et leur offre des avancées qui pourront être réutilisées par la suite. Cependant, il sera difficile pour un nouveau lecteur d'arriver dans l'univers de Bloodshot. Les partie graphique est très bonne, comme toujours avec Doug Braithwaite.

Pas d'avis pour le moment.