[Review VF] Big Man Plans

[Review VF] Big Man Plans

Big Man Plans est une oeuvre surprenante à plus d'un titre. Lorsque l'on suit le travail de Powell et que l'on est déjà passé par The Goon et Chimichanga, on connait l'univers particulier du gugus et le potentiel que possède chacune de ces oeuvres. Cette fois encore, son oeuvre nous fait voyager sauf que, cette fois, ce voyage nous emmène au fin fond des chiottes les plus crades jamais utilisées.

Comme le dit le résumé, “Big Man Plans, c'est l'histoire de la vengeance d'un nain énervé. Très énervé”. C'est encore loin de la vérité. Le nabot et la colère qu'il a en lui font passer les oeuvres qui étaient jusque-là des références du genre, comme Crossed, pour de mauvais spin-off d'Alice au pays des merveilles. C'est gore, violent, crade, le genre de récit pour lecteurs TRES avertis. Le livre précise que le récit “assaille les sens par son impact visuel”, c'est exactement ça, et le ton est donné dès les quatre ou cinq premières pages. Ajoutez à tout ceci une petite bite qui vole dans les airs de temps en temps et vous avez une merveille de l'horreur, un récit plein de finesse et de leçons de civisme. C'est d'autant plus fort que l''histoire ne fait pas l'apologie de la violence pour dire “ouais, le petit mec, il est quand même bien vénère”. Il n'y a aucun acte gratuit. Le récit met de plus en plus de violence en scène et fait dans la surenchère pour une raison. Une raison qui devient implicite pour le lecteur au fur et à mesure que le personnage évolue. C'est un peu ça, le fond de l'histoire. Un personnage à qui on reprochait de ne pas être humain et qui va exaucer le souhait de tous en perdant son humanité au fil des pages qui se tournent pour finir en bête sauvage, en incarnation de la vengance.

Les dialogues et notamment le vocabulaire utilisé accompagnent parfaitement le récit avec beaucoup de phrases du type “J'encule ta mère. Et si tu fais sauter ce putain de tunnel, je sortirai des décombres pour défoncer ta gueule de salope”... de la poésie. On aime.

Les dessins sont au top et la coloration très bien pensée. Une oeuvre aux qualités visuelles certaines et qui devrait plaire à tous ceux qui savent à quoi s'attendre.

 

 

  

 

 

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Le personnage principal, attachant et repoussant
- Les dessins
- La colorisation
- La juste utilisation de la violence

LES POINTS FAIBLES

Rien.

 

5

Pour tous les fans du genre.

Conclusion

Excellente lecture !

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
[Review VF] Monstress tome 5 - Guerrière

[Review VF] Monstress tome 5 - Guerrière

23 Juin 2021

La guerre est déclarée

[Review VF] Walking Dead Art Book 2

[Review VF] Walking Dead Art Book 2

22 Juin 2021

Edité par Delcourt

[Review VF] Pulp

[Review VF] Pulp

10 Juin 2021

Brubaker et Phillips au Far West... ou presque

Pas d'avis pour le moment.