[Review VF] Secret Weapons et Harbinger Wars: Blackout

[Review VF] Secret Weapons et Harbinger Wars: Blackout

Bliss Editions a publié Secret Weapons et Harbinger Wars : Blackout, deux récits mettant l’accent sur le personnage de Livewire. Secret Weapons et le prologue de Harbinger Wars sont écrits par Eric Hesserer et dessinés par Raùl Allen tandis que le reste de Harbinger Wars: Blackout est écrit par Matt Kindt et dessiné par Tomas Giorello et Renato Guedes, accompagné par Adam Pollina pour l’aftermath. 

  

Secret Weapons nous fait suivre Livewire qui découvre l’existence d’un lieu nommé “les Saules” qui servait à Toyo Harada pour garder sous surveillance les psiotiques qu’il avait activé mais qui n’avaient pas de pouvoirs qui lui étaient utiles comme parler aux oiseaux, se changer en statue ou faire apparaître des objets Al éatoirement. On est plongé directement dans le bain avec l’ennemi de l’histoire qui a créé un être avec des pouvoirs qui pourchassent les personnes échappées des Saules. On va suivre principalement 3 personnes qui ont les pouvoirs évoqués plus haut et qui rassemblés par Livewire pour les protéger. On va la voir les entraîner pour essayer de développer leur pouvoirs. La mini-série étant composée de 4 parties, le tout va assez vite mais on est vraiment embarqué dans l’histoire, on s’attache facilement aux personnages qu’on espère revoir. 

 

Le tome est complété par deux numéros 0. Le premier revient sur Nikki, qui peut parler aux oiseaux. On la suit de plusieurs mois avant son recrutement chez Harada jusqu’au début de Secret Weapons où elle se fait poursuivre. Cela permet d’approfondir le personnage et de voir pourquoi elle a rejoint la fondation et son entraînement. Le second est plus léger et s’atter sur Owen qui fait apparaître des objets. On découvre au cours d’un vide-greniers qu’il organise dans quelles circonstances certains de ces objets sont apparus. 

 

La partie graphique est très bonne. On a eu l’habitude de voir Raùl Allen sur des couvertures ou des récapitulatifs de série, mais jamais sur des épisodes complets. Son style est ici très différents mais ne gène pas la lecture. Bliss a étoffé le tome de multiples bonus, notamment pas mal d’interviews et de remarques des artistes, avec des concepts pour les personnages. C’est un gros plus et c’est en plus intéressant.

 

On peut ensuite enchaîner avec Harbinger Wars: Blackout dont le prologue est de la même équipe créative que Secret Weapons et pourrait même en être un numéro supplémentaire. On suit les mêmes personnages et un nouveau qui a des pouvoirs intéressants. Les personnages se font pourchasser par le H.A.R.D. Corp et ce sont ces événements, ainsi que ce qu’on l’on a vu dans  Harbinger Renegade qui déclenche la nouvelle Harbinger War.  Livewire provoque un blackout et se met donc le monde à dos et notamment le G.A.T.E. On se retrouve dans une traque où tous les psiotiques sont recherchés, Livewire et Peter Stanchek, le chef des Renégats, en tête. Là où Matt Kindt en fait un véritable event et non pas uni crossover, c’est que l’on voit passer énormément de personnages qui n’ont pas à être là de prime abord. Ainsi, Ninjak, Bloodshot, X-O Manowar et la Géomancienne ont un rôle dans la série et même Divinity est présent sur quelques pages pour expliquer pourquoi il reste à l’écart. 

 

Le récit est bien rythmé avec trois intrigues en parallèles : Livewire et Bloodshot d’un côté, Peter d’un autre, et les psiotiques restants guidé par Faith. On a des rebondissements assez fréquents grâce à cela et surtout on a des personnages qui réfléchissent, qui écoutent et qui sont prêt à changer de côté quand nécessaire. Cela rend le récit plus réaliste qui simplement l’affrontement de deux camps.Même des personnages avec un but commun n’approuvent pas la manière d’agir de l’autre. 

 

Graphiquement, Tomas Giorello fait un très bon boulot, tout comme Renato Guedes mais leurs styles sont très différents, ce qui rend la lecture un peu pénible. Dans les bonus, on a une histoire sur les origines de la psiotique des Secret Weapons et ainsi que les traditionnelles couvertures alternatives et pages encrées.

 

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Secret Weapons très original
- Harbinger War apporte pas mal de conséquences
- Les bonus de Secret Weapons
- Les parties graphiques

LES POINTS FAIBLES

- Trop de différences entre Giorello et Guedes
- Le traitement de Bloodshot

 

4

Livewire en force

Conclusion

Harbinger Wars: Blackout est tout ce qu'on attend d'un gros événement comme le font DC et Marvel. On a eu des graines plantées dans Secret Weapons et Harbinger Renegade. Tout commence à dégénéré dans le prologue et le FCBD et on enchaîne avec un tas de conflit. Il y aura des répercussions pour Livewire, on s'en doute, mais les autres psiotiques et même d'autres personnages seront impactés.

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
[Review VF] Doctor Mirage

[Review VF] Doctor Mirage

22 Avril 2019

Une plongé dans l'univers mystique de Valiant

Archer & Armstrong en financement participatif

Archer & Armstrong en financement participatif

16 Avril 2019

Le projet atteint les 175%

[Review VF] Dead Drop

[Review VF] Dead Drop

22 Mars 2019

Course poursuite dans New York

Pas d'avis pour le moment.