Et si Azrael avait refusé de rendre la cape du Chevalier Noir à Bruce Wayne ?
Et si, après la mort de son mari, Lois Lane avait hérité de Superman ses pouvoirs pour faire régner la justice à sa place ? Et si les Black Lanterns avaient consommé la quasi-totalité de l'Univers lors de la Crise Blackest Night ? Et si, les plus grands événements de DC avaient eu une tournure différente dans un autre monde ? Bienvenue dans les univers dystopiques du Batman qui Rit.
Contenu vo : Tales from the Dark Multiverse: Batman: Knightfall (2020) #1, Tales from the Dark Multiverse: The Death of Superman (2020) #1, Tales from the Dark Multiverse: Blackest Night (2020) #1, Tales from the Dark Multiverse: Infinite Crisis (2020) #1, Tales from the Dark Multiverse: Teen Titans: The Judas Contract (2020) #1, Batman (1940) #497, Superman (1987) #75, Blackest Night (2009) #1, Infinite Crisis (2005) #1 et Tales of The Teen Titans (1984) Annual #3.

  • BartAllen
    BartAllen Staff MDCU

    il y a 1 an

    Un tome plutôt intéressant pour les fans de DC Comics. Avec la découverte du Multivers Noir, l'éditeur a décide de proposer une revisite de ses histoires importantes avec un élément qui tourne (encore plus) mal. On a ici des versions alternative de la mort de Superman, de l'arrivée d'Azrael à la place de Batman, de celle de Terra dans les Teen Titans mais aussides events Infinite Crisis et Blackest Night. DC a sorti de bon auteurs pour remettre en avant ces titres : Scott Snyder, James Tynion IV, Kyle Higgins, Tim Seeley et  Jeff Loveness.

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 1 an

    Le concept est grandement attractif ! Notamment pour les fans de DC qui connaissent toutes les histoires sur le bout des doigts. Si la qualité est plutôt hétérogène en fonction des histoires et des angles choisis pour les changer, ça reste très sympa à suivre et on prend son pied à plusieurs moments.

  • jy77
    jy77

    il y a 1 an

    J'aime l'idée qu'une entité cosmique se contente d'observer les mondes s'effondrer un à un en sombrant dans les ténèbres par plusieurs biais (vengeance, idéologie etc.) et en tirer des conclusions comme "let us cherrish the light while we have it" un peu comme les leçon de morales en fin de contes. Mais le contenu de certaines histoires sont de qualité variable, celle sur la vengeance de Lois Lane après la mort de Superman est de très loin la meilleure, mais d'autres n'ont pas ce soin là. C'est un album bien pour les complétistes mais rien n'est indispensable pour appréhender pleinement le travail de Snyder.

Finale !

New Teen Titans (1980)

Doomsday!

Superman (1987)

The Broken Bat

Batman (1940)

Infinite Crisis

Infinite Crisis (2005)

Blackest Night Part 1

Blackest Night (2009-2010)

Batman: Knightfall

DC Comics One-Shots

The Death of Superman

DC Comics One-Shots

Blackest Night

DC Comics One-Shots

Infinite Crisis

DC Comics One-Shots

The Judas Contract

DC Comics One-Shots

La review du jour est un titre proposé par Urban Comics. Il s'agit de Batman Metal : Le Multivers Noir. Le numéro est écrit et dessiné par un collectif d'auteurs. Il est sorti le 9 octobre 2020 pour 35 euros. Il contient les titres US Tales of the Dark Multiverse.

Et si Azrael avait refusé de rendre la cape du Chevalier Noir à Bruce Wayne ?
Et si, après la mort de son mari, Lois Lane avait hérité de Superman ses pouvoirs pour faire régner la justice à sa place ? Et si les Black Lanterns avaient consommé la quasi-totalité de l'Univers lors de la Crise Blackest Night ? Et si, les plus grands événements de DC avaient eu une tournure différente dans un autre monde ? Bienvenue dans les univers dystopiques du Batman qui Rit.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, nous allons faire un petit point sur la situation. Cela fait un moment maintenant que l'univers Metal a débarqué du côté de DC Comics. Pour rappel, il s'agit d'un principe instauré par Scott Snyder et qui, finalement, est assez simple à résumer : il y a un multiverse et, en parallèle à ces univers... parallèles, il y a un multiverse "noir". A l'origine, le but était de montrer des Batmen ayant pété un plomb, pour une raison ou une autre, afin de mettre en place une Justice League version Metal. Le représentant de tout cet univers est devenu, par son charisme (et un peu la force des choses), le Batman qui rit. Un être assez représentatif de cette nouvelle invention de Snyder à savoir un univers sombre, violent, horrible. En théorie, attaquer quelque chose de l'univers Metal sous-entend donc d'avoir lu ce qu'il y a eu avant. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas. Le Multivers Noir (le titre que nous allons voir aujourd'hui donc) est parfaitement accessible. Il vous suffit de retenir ce que nous venons de vous présenter et vous n'aurez aucun problème de compréhension. 

Le Multivers. Un éventail de réalités possibles. Une vaste étendue d'univers. Protégés des ténèbres... par le plus fin des remparts. Mais quel est ce rempart ? Un instant. Un choix. Entre le monde qui nous est connu... et une réalité qui n'aurait jamais dû être.

Le principe de ce tome est, finalement, très simple à résumer. L'idée est d'utiliser le Multivers Noir afin de présenter des oeuvres incontournables de DC Comics mais sous un nouveau jour, avec une nouvelle dynamique. Par exemple, nous savons que Bane a vaincu Batman et lui a brisé le dos par le passé à travers Knightfall. Mais qu'en est-il du côté noir ? Est-ce que cela s'est passé de la même manière ? Vous l'aurez compris, une bien grande explication qui pourrait se résumer en deux mots : what if. En somme, vous prenez des histoires connues, vous modifier une chose, et vous voyez ce qui se passe. Ce tome propose donc la revisite de cinq grandes histoires (accompagnés des cinq récits originaux afin de pouvoir mieux comparer) notamment Knightfall, la Mort de Superman ou encore Blackest Night. Concernant les changements apportés, ils sont variés. Par exemple, dans le cas de Knightfall, Bruce Wayne ne parvient pas à reprendre la cape de Batman des mains de Jean Paul Valley qui apporte de grandes modifications à Gotham. 

Pour ce qui est du contenu en lui-même, il n'y a pas grand-chose de négatif à en dire. Le côté "metal" de DC Comics est très bien exploité ici (entendez par là que c'est toujours aussi... noir). Si vous aimez les what if, les grands classiques de DC et l'approche metal, il n'y a donc aucune raison de ne pas se jeter sur cette oeuvre.

Tu te prétends vertueux. Tu as fait de cette ville la capitale de la discipline et du contrôle. Mais tu n'as aucune de ces qualités.

Pour ce qui est de la partie graphique, de nombreux dessinateurs sont intervenus. Il est donc difficile de donner des vérités générales. Le tout reste néanmoins de qualité. C'est notamment un plaisir de revoir le travail d'Ivan Reis sur Blackest Night. De même, Javier Fernandez fait du bon boulot sur la revisite de Knightfall. A nouveau, une bonne partie de l'oeuvre a une approche plus old school mais, là encore, il s'agit de dessins qui sont entrés dans la légende. Tout cela pour dire que, même si les traits de Jim Aparo et de Dan Jurgens ont pris une ride, on s'y replongera avec le plus grand des plaisirs.

En bonus, vous trouverez la galerie de covers alternatives, les recherches de croquis et de covers ainsi que des planches encrées et crayonnées.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Une revisite très sombres des oeuvres cultes de DC
- Le fait d'avoir également remis les oeuvres originelles
- La partie graphique
- Les bonus

LES POINTS FAIBLES

- La moitié du livre n'a rien d'inédit. Certains vont donc râler même si, à nouveau, cette moitié a clairement un intérêt.

 

4.5

Bonne lecture, bel ouvrage

Conclusion

Une revisite (what if) des oeuvres cultes de DC à la sauce Metal. Difficile de ne pas aimer.