Dark Days: The Forge

Dark Nights: Metal

Dark Days: The Casting

Dark Nights: Metal

Metal #2

Dark Nights: Metal

Gotham Resistance Finale

Green Arrow (2016-2018)

Enquêtant sur l'existence et les propriétés de différents métaux disséminés à travers la planète depuis des millénaires, Batman découvre un portail ouvrant sur un anti-multivers ; des dimensions parallèles où l'Histoire a déraillé et où des Chevaliers Noirs terrifiants ont supprimé les membres de la Ligue de Justice.
Aujourd'hui, ces derniers décident d'envahir notre dimension.
Contenu vo : Dark Days: The Forge #1, Dark days: The Casting #1, Dark Knights Metal #1-2, Teen Titans #12, Nightwing #29, Suicide Squad #26, Green Arrow #32

  • jy77
    jy77

    il y a 3 ans

    A fuir, c'est la pire chose de chez DC Comics depuis des années. Abominable ce titre.

    • sand0028
      sand0028

      En réponse à jy77

      il y a 3 ans

      Évitons les commentaires de ce type et construisons des avis un peu plus réfléchis ;)

  • HattoriH
    HattoriH Staff MDCU

    il y a 3 ans

    Dommage. Même si ça plaira à certains (les fans de Morrisson), c'est quand même perché. Il y a avait quelques bonnes idées au démarrage mais ça devient de plus en plus pompeux niveau texte et dialogues. Et le mini cross avec les Tie-ins à Gotham, c'est vraiment pas indispensable. Malheureusement, l'auteur ne saura pas bien finir son histoire (comme d'hab' quoi) dans le prochain tome. Reste Capullo aux dessins, même si il est un poil moins en forme que lorsqu'il s'occupait de la série Batman.

  • BartAllen
    BartAllen Staff MDCU

    il y a 3 ans

    Un premier tome qui met les choses en place avec Dark Days même si ça semble forcé surtout sur 2 gros numéros. 
    Les premiers chapitres de Dark Nights sont en revanche assez bons et les dessins de Capullo sont très corrects. Cependant, c'est vrai que la suite se gâte, mais cela concerne le dernier tome, le suivant étant aussi correct). 
    Les tie-ins sont assez sympa et complètent le tome pour faire trainer le tout leur lecture n'étant pas indispensable.

  • jonodu55
    jonodu55

    il y a 3 ans

    Metal ou l'aboutisement du travail de Scott Snyder et Greg Capullo sur Batman. Un Mini Event qui se laisse lire dans cette magnifique edition d'Urban Comics avec en bonus les magnifique couvertures variants de chaque numeros. Metal rend a sa facon un certain hommage au crises qui on secouer l'univers DC précedament en incluant des personnages que l'on ne voie que trop peu. Les numeros Dark days et Metal (qui constitue le coeur du recit) sont vraiment trée bon. Qu'en au Tie in ils ne sont pas indispensable mais reste trée sympa (mention speciale a Juan Ferreyra et Stjepan Sejic qui nous offre des page tous simplement magnifique)

  • Seth
    Seth

    il y a 2 ans

    Etant bien noté sur la Fnac, j'ai voulu voir ce que ça donnait.
    J'ai trouvé la mise en place de l'histoire extrèmement longue (j'ai fini par zapper le texte des dernières pages) et peu intéressante ... mais une fois cette première (longue) partie terminée, j'y ai pris plaisir. Certes la deuxième partie va trop vite (c'est comique après la première partie) et on prendrait plus de plaisir si l'auteur prenait un peu plus de temps pour qu'on puisse admirer les univers (particulièrement le 3e sur lequel on doit avoir 2 pages à tout casser et qui était celui que j'attendais) mais j'aime bien l'équipe que l'on suit, le design des perso etc.
    J'hésite à acheter la suite ... peut-etre vaudra-t-elle le coup maintenant que la mise en place est faite.

  • Zarkoneil
    Zarkoneil

    il y a 1 an

    Très bon pour ma part que ce premier tome, oui les tie-in ne sont pas indispensables mais ils sont très bien amenés, on a pas l'impression de débouler en plein milieu de quelque chose d'une autre série comme c'est bien trop souvent le cas.

  • A Peter
    A Peter

    il y a 6 mois

    L'intrigue met du temps à se mettre en place. On part dans la surenchère des menaces qui pèsent sur l'univers voire le mulitvers. #overdramatic

La review du jour est un titre proposé par Urban comics : Batman Metal Tome 1. L’équipe créative est composée de Scott Snyder, James Tynion IV, Greg Capullo, Andy Kubert, Jim Lee et John Romita Jr. Il est sorti le 25 mai pour 19€ et contient Dark Days: The Forge #1, Dark days: The Casting #1, Dark Knights Metal #1-2, Teen Titans #12, Nightwing #29, Suicide Squad #26, Green Arrow #32.

Enquêtant sur l'existence et les propriétés de différents métaux disséminés à travers la planète depuis des millénaires, Batman découvre un portail ouvrant sur un anti-multivers ; des dimensions parallèles où l'Histoire a déraillé et où des Chevaliers Noirs terrifiants ont supprimé les membres de la Ligue de Justice.
Aujourd'hui, ces derniers décident d'envahir notre dimension.

Batman Metal est sans doute l’un des plus gros évènements de ces derniers mois tant on en a parlé. Autant dire que son arrivée en France était donc très attendue. Qu’en est-il réellement ? Avant toute chose, il est à signaler que le tout peut s’avérer assez complexe. Snyder, qui nous a dernièrement proposé un All Star Batman particulièrement linéaire, nous propose cette fois un récit complexe et sinueux qui tend, à plusieurs reprises, vers le taff de Grant Morrison (pour rester du côté DC de la force). Par quels moyens ? Il faut bien l’avouer, pas forcément par de bons dialogues ou un quelconque travail préparatoire mais bien par de nombreuses ellipses spatiales et temporelles. Des ellipses parfois bienvenues… parfois un peu moins.

Les premières pages ne donnent pas forcément le ton. Dans un premier temps, Snyder joue avec les différents éléments de la mythologie Batman. C’est... naze. Il n’y a pas d’autres mots. Pourquoi ? Tout simplement car, tout comme il avait retourné la mythologie de Gotham City dans les débuts de la cour des hiboux, l’auteur retourne une partie de la mythologie de DC. Un truc l’emmerde ? Pas de soucis, on change, peu importe si des auteurs sont passés avant lui. Cette manie de supprimer un problème plutôt que de le contourner ou de s’en faire un point sur lequel rebondir est tout simplement détestable.

Et pourtant, les pièces sont vite mises en place, on voit que quelque chose de terriblement noir se dessiner bref, il y a bien un impact de présent. La narration et les dialogues ne sont pas sans défauts, mais les bonnes idées s’enchainent, c’est indéniable. Il faut dire aussi que le principe laisse rêveur tant il a le mérite de caresser le fan dans le sens du poil : créer une poignée de Batmen alternatifs inspirés de la Justice League et maléfiques. L’idée de mettre en avant des version alternatives d’un personnage n’est clairement pas nouvelle (coucou, la saga du clone) mais rarement ce principe aura été si bien amené. Difficile d’imaginer la chose autrement tant les auteurs liés au projet sont connus pour leurs travaux de qualité. Nous ne savons pas encore grand-chose concernant lesdits personnages mais il y a fort à parier que l’on reviendra très prochainement sur leurs origines. De plus, tout ne tourne pas autour d’eux non plus. Le scénariste se concentre tout autant sur la Justice League qui a clairement fort à faire pour le coup. Tout tourne pas mal autour de Batman (design des ennemis oblige), mais ce n’est pas pour autant que les autres sont en reste.

Les dessins sont pour beaucoup quant à la claque visuelle de l’oeuvre. Il est rare de voir dans un comic book Batman des personnages qui semblent directement tirés de la sage Hellraiser. Du noir, du cuir, du métal, des pointes… c’est glauque et horrifique à souhait. Une approche différente, dérangeante mais surtout terriblement efficace. C’est d’autant plus vrai lorsque vous avez une planche sans découpage, montrant juste une case. Le résultat est bluffant, tout simplement. On notera tout de même que les premières pages, malheureusement, sont à un niveau légèrement en dessous.

 

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Les bonnes idées
- Un suspense maîtrisé
- Les dessins
- Le design des personnages

LES POINTS FAIBLES

- Une mythologie revisitée... encore !
- Les dessins des premiers chapitres
- Quelques personnages sous-utilisés

 

4

Une bonne lecture

Conclusion

Une lecture qui n'est pas sans défauts. Scott Snyder a du mal à se défaire de ses mauvaises manies et le récit en est forcément impacté. On est loin de la grande époque de la cour des hiboux mais il nous fait tout de même oublier le très discutable All star Batman... c'est déjà ça !