Scénariste : KIRKMAN Robert
Illustrateur : ADLARD Charlie, GAUDIANO Stefano

Retrouvez la suite de LA série phénomène dans cette collection prestigieuse, en grand format cartonné dont chaque volume regroupe deux tomes de la série régulière. Un sketchbook inédit et une galerie d’illustrations des couvertures en couleurs complètent l’ensemble.

Après les derniers événements qui ont plongé Alexandria et ses habitants en plein désarroi, Rick, Dwight, Eugene et Negan ont tous quelque chose à prouver. Ce qui les attend, ce sont de nouveaux amis, de nouveaux ennemis et de nouvelles menaces, en d’autres termes un tout nouveau monde. Et ce nouveau monde recèle bien plus que cela, s’érigeant carrément en nouvel ordre mondial. Est-ce que les survivants d’Alexandria sont prêts à l’accepter ?

  • Jeff
    Jeff Staff MDCU

    il y a 1 mois

    Un univers que l'on ne présente plus. Nous sommes bien loin de l'âge d'or de la série mais, malgré cela, la recette reste toujours efficace.

  • AfA
    AfA Staff MDCU

    il y a 1 mois

    Kirkman arrive à se renouveler, pour le plus grand plaisir des fans. Les nouveaux enjeux apportent de nouvelles réflexions. Chapeau à Kirkman et Adlard de maintenir la qualité sur une si longue durée. 

La review du jour est un titre proposé par Delcourt. Il s'agit de Walking Dead Volume 15. Ecrit par Robert Kirkman et dessiné par Charlie Adlard, il sort aujourd'hui pour 24.95 euros. Il continent les tomes 29 et 30 de l'édition française originelle de The Walking Dead.

Retrouvez la suite de LA série phénomène dans cette collection prestigieuse, en grand format cartonné dont chaque volume regroupe deux tomes de la série régulière. Un sketchbook inédit et une galerie d’illustrations des couvertures en couleurs complètent l’ensemble.

Après les derniers événements qui ont plongé Alexandria et ses habitants en plein désarroi, Rick, Dwight, Eugene et Negan ont tous quelque chose à prouver. Ce qui les attend, ce sont de nouveaux amis, de nouveaux ennemis et de nouvelles menaces, en d’autres termes un tout nouveau monde. Et ce nouveau monde recèle bien plus que cela, s’érigeant carrément en nouvel ordre mondial. Est-ce que les survivants d’Alexandria sont prêts à l’accepter ?

Ce volume clôture l'avant dernier arc et début le suivant. Dans un premier temps, nous allons donc en finir avec plusieurs intrigues. Negan est libre bien qu'il soit surveillé, Eugene et Stephanie, qui continuent d'échanger à travers la radio, décident de passer à l'étape supérieure tandis que Rick pense à l'avenir. Avec la deuxième partie du volume, Robert Kirkman commence un nouvel arc et présente les nouveaux adversaires/rivaux/amis (on ne sait pas encore) de Rick et sa bande. Cette fois, l'idée sera de mettre en avant une communauté apparemment gigantesque, bien plus avancée que celle de Rick, mais qui développe un système basé sur le mérite et votre ancienne vie (celle avant que tout ne s'écroule), contrairement à celle de Rick où le partage est équitable.

Je m'appelle Juanita Sanchez... mais j'ai toujours détesté mon prénom. Appelez-moi Princesse.

Sans surprise, le point fort de l'oeuvre réside dans le traitement des personnages. Le cas le plus flagrant est sans doute Eugène qui est devenu indispensable à la communauté en quelques volumes. Il y a également pas mal de choses à dire concernant Michonne mais il est délicat d'en parler sans spoiler. On va donc se contenter de dire que, la concernant, il y a peut-être de quoi être un peu plus mitigé. Un côté "le monde est petit" assez rare dans TWD mais dont on se passerait bien. Bien sûr, cela ne change rien au fait que l'évolution du personnage est là et bien là. Pour ce qui est des nouveaux, nous avons Pamela Milton (le nouveau leader du groupe adverse), Sebastian (son fils tête à claque au possible), Lance Hornsby (personnage extravagant, homme de confiance de Milton) et Mercer (sorte de surdoué du combat, la Michonne du camp adverse quoi). Bref, une petite brochette de personnages intéressante à suivre.

Faites une reconnaissance approfondie du périmètre pour être sûrs que nos amis n’aient pas amenés des amis qui ne seraient pas nos amis.

Pour le reste, et comme d'habitude, le découpage et la mise en scène sont efficaces, les dialogues sont bons, les punchlines nombreuses (comme la toute dernière phrase du comics). Comme toujours, Kirkman a le twist facile. C'est simple, efficace, fluide. Il sait soigner sa dernière page, notamment. Notons, par contre, des twists de nature différente disons plus "classiques", moins "walkingdeanien". Pas de trahison ou de personnage qui met les petits plats dans les grands. C'est moins discret, un peu plus bâteau. Après, il est trop tôt pour juger les choix de l'auteur. Il faudra voir ce qu'il compte faire de ces nouvelles cartes. De manière générale, on peut d'ailleurs préciser que Kirkman prend souvent le lecteur à contrepied. Par exemple, le deuil est central dans cet opus. C'est souvent le cas dans Walking Dead mais ici, c'est différent. Il y a une approche assez humaine de la chose, presque conventionnelle, convenue. C’est rare pour la série. Ici, nous avons, à peu de choses près, l’adulte qui explique clairement à quelqu’un de plus jeune le deuil, la difficulté, le fait de ne pas oublier celui qui est tombé mais la nécessité de passer à autre chose… Ce n’est pas Rick qui prend la parole et qui tente de bouger les choses lors de longs discours sur l’importance du groupe et de la survie. C’est juste un être humain avec ses difficultés. En somme, il s'agit d'un discours qui aurait pu être tenu en dehors du contexte apocalyptique.

Enfin, notons que l'éditeur a également effectué une relecture du tome pour retirer les fameuses erreurs liées au mot gouverneur/gouverneuse.

Nous sommes la civilisation. Bienvenue. 

Concernant la partie graphique, Charlie Adlard est fidèle à lui-même. Il ne fait pas mieux. Il ne fait pas moins bien. Il est rare de voir un comics si long sans réelle baisse de régime de la part du dessinateur. C'est pourtant le cas ici. Comme d'habitude, les pleines pages sont majestueuses et les visages significatifs. Peut-être que la toute première apparition des nouveaux ennemis faisait un petit peu trop Storm Trooper mais ce n'est qu'un détail. En point négatif, on notera que Lance Hornsby a fréquemment le même visage que Negan. C'est d'autant plus flagrant lorsqu'il affiche un grand sourire et qu'il enchaîne les mimiques. C'est dommage.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Intriguant
- De nouveaux personnages intéressants
- Les dialogues
- Les dessins

LES POINTS FAIBLES

- Princesse
- Michonne
- Le design de certains personnages

 

4

Dernier arc !

Conclusion

Nous ne sommes clairement plus dans l'âge d'or de la série, mais l'intérêt est toujours là.