La prison d'Iron Heights est la plus sécurisée de tout Keyston City : c'est là où l'on enferme les Lascars, les criminels à superpouvoirs qui s'opposent régulièrement à Flash.
Mais le nouveau directeur de la prison, Gregory Wolfe, rivalise en dangerosité et brutalité avec ces malfrats et Flash ne semble pas à l'aise avec ses méthodes de rétention.
Contenu vo : Flash #177-183, Flash: Iron Heights, Flash: Our Worlds At War, Flash Secret Files #3, DC First Flash & Superman

  • Zarkoneil
    Zarkoneil

    il y a 3 ans

    Excellent

  • The Batman
    The Batman

    il y a 2 ans

    Ce deuxième tome reste dans la même lignée que le premier mais on remarque tout de même que Geoff Johns commence à placer ses pièces concernant la nouvelle incarnation des Lascars et on a hâte de voir ce que cela va donner dans les prochains numéros de la série.

Iron Heights

One-shots Flash

Event Horizon

The Flash (1987)

Caged

The Flash (1987)

Rogues

Flash Secret Files and Origins (1997)

Peek-A-Boo

The Flash (1987)

Fallout

The Flash (1987)

Absolute Zero

The Flash (1987)

Speeding Bullets

One-Shots DC Divers

La review du jour concerne un titre d'Urban Comics : Geoff Johns présente Flash Tome 2. Il est sorti le 9 février pour 28 euros. L'opus est scénarisé par Geoff Johns et est dessiné par Ethan Van Sciver, Scott Kolins et Angel Unzueta.

Contient Flash #177-183, Flash: Iron Heights, Flash: Our Worlds At War, Flash Secret Files #3, DC First Flash & Superman

La prison d'Iron Heights est la plus sécurisée de tout Keyston City : c'est là où l'on enferme les Lascars, les criminels à superpouvoirs qui s'opposent régulièrement à Flash.
Mais le nouveau directeur de la prison, Gregory Wolfe, rivalise en dangerosité et brutalité avec ces malfrats et Flash ne semble pas à l'aise avec ses méthodes de rétention. 

 

 

Geoff Johns continue sur sa lancée en offrant, une fois encore, une histoire qui semble assez décousue à première vue mais qui s'avère en réalité très bien construite. Un peu comme les séries TV, chaque chapitre est indépendant mais contribue à une histoire plus conséquente. Ici, ces mini-histoires sont notamment marquées par le fait que chaque chapitre met un super-vilain différent en avant. Néanmoins, les fils rouges restent tout de même suffisamment nombreux pour que le tout forme une unité solide. On peut penser à l'ancien super-vilain Hartley Rathaway ou encore à Gregory Wolfe qui eux, sont développés au fil des épisodes. D'ailleurs, on notera que le traitement de ces deux personnages est exemplaire. Les retournements de situation et les dialogues, deux points positifs du premier volume, sont à nouveau à souligner ici. Et si la touche Alice au pays des merveilles n'est plus présente (forcément), les situations cocasses restent présentes avec un Flash qui sauve femme nue et autres poissons rouges.

Pour le reste, on notera des débats intéressants comme celui qui mêle déterminisme social/voie choisie, des scènes bien pratiques comme celle dans la prison qui permet d'introduire son directeur, Wolfe (un personnage ressemblant un peu à Double Tour dans l'univers de Batman au niveau de la psychologie), tout en faisant un tour des super-vilains de seconde zone.

  

Côté dessins, il y a pas mal de choses à dire. Comme d'habitude, le travail d'Ethan Van Sciver est remarquable. A côté de cela, celui d'Angel Unzueta (que l'on a déjà vu à l'oeuvre dans le tome 1) est toujours aussi particuliers. Son approche fait bien plus cartoon notamment le visage de Wally West. Ce n'est pas quelque chose d'inenvisageable pour l'univers de Flash. Mais le décalage avec les autres dessinateurs et l'histoire de Johns est trop marqué.

Le plus impressionnant reste sans doute Scott Kolins. Le dessinateur n'a peut-être pas la technique de Sciver, mais il sort tout de même du lot tant la quantité de détails est impressionnante. C'est à tel point que certaines planches frôlent le Où est Charlie (les immeubles ou encore la scène où Chester Runk attire tout à lui).

Un petit mot sur le design des personnages qui peut diviser. Si Murmure est très classe, d'autres nécessitent un sacré temps d'adaptation avec, en tête, Cyborg qui est ici une sorte de gladiateur jaune à qui il manque quelques morceaux de métal à certains endroits. On peut penser également au Pisteur Noir qui est un skieur volant en armure bleue et que l'on peut trouver assez ridicule.

Pour finir, on notera des covers plutôt bien réalisées par Brian Bolland, une superbe mise en scène des pouvoirs et une bonne colorisation.

En bonus, vous trouverez les biographies des auteurs ainsi que celles de plusieurs personnages dont les Lascars.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Le plan général
- Les retournements de situation
- Les dialogues
- Les dessins
- Les traitements de Rathaway et de Wolfe

LES POINTS FAIBLES

- Les dessins d'Unzueta
- Le design de certains personnages

 

4

Un récit de qualité

Conclusion

Un deuxième volume qui reprend un peu les codes, les qualités et les défauts du premier tome. Une très bonne lecture !