[Review VF] Bertrand Keufterian: Zone 57

[Review VF] Bertrand Keufterian: Zone 57

Le chasseur d'Aliens messin Bertrand Keufterian est de retour dans un nouveau volume de ses aventures, cette fois intitulé Zone 57 ! Carlos Rodrigo et Guillaume Matthias forment toujours le duo derrière cette comédie de science-fiction, respectivement au scénario et au dessin. Ce nouvel arc est une suite du premier tome mais peut très bien se lire indépendamment, l’histoire partant sur de nouveaux enjeux et les clés de l’univers étant habilement fournies par les auteurs pour ne pas vous perdre en route. Nous retrouvons donc les héros du volume précèdent, Bertrand et Nina, dans un contexte très différent, entourés de nombreux nouveaux personnages (qui ne vous seront peut-être pas totalement étrangers), et partis pour vivre encore beaucoup de péripéties dingues avant le grand dénouement final.

Lorsqu’ils ont choisi le Grand-Est au lieu de Londres, New York ou Washington pour débarquer sur Terre, les aliens ne s’attendaient pas à prendre une telle raclée… confinés dans la ville de Metz, ils sont la cible des Traqueurs, des chasseurs d’extraterrestres décidés à rendre la ville à ses habitants. Les Traqueurs sont devenus des stars grâce à une émission de télé-réalité qui suit leurs actions. Bertrand Keufterian est l’un d’entre eux, mais sa première émission en ‘Zone 57’ ne se déroule pas comme prévu…  Et si la production n’avait pas été tout à fait honnête avec eux... à un point insoupçonné ?… 

L’association Phylactères en partenariat avec Wetta-Sunnyside, sont heureux de vous annoncer la sortie de l'album "Bertrand Keufterian : ZONE 57" disponible en librairies dans toute la France (15€, cartonné, 128 pages, couleur, histoire complète + bonus) ! Un album racontant les péripéties d’un groupe de chasseurs d’aliens vedettes d’un reality show après l’invasion de la Ville de Metz par une flotte extraterrestre au but improbable… Un comic-book franco-frenchy-lorrain frappé, remuant et coloré ! Plus d'infos sur : http://wetta.wetta-sunnyside.fr/bertrand-keufterian-zone-57/

Comme tout nouveau volume ou renouveau d'une histoire, la préoccupation principale est de réussir à repartir sur ce qui a été construit précédemment, tout en offrant quelque chose de nouveau et d'accessible. Les deux auteurs s'en sortent avec brio sur cet aspect, en partie grâce au cliffhanger intelligent du dernier volume qui leur permettait de partir sur une intrigue différente, tout en gardant le thème principal de la chasse aux aliens et les personnages que l'on a appris à aimer dans leur première aventure. Ils nous offrent ainsi un nouveau contexte et une ambiance très différente, qui découlent naturellement des intrigues précédentes et s'avèrent être un vrai nouveau départ accrocheur. Celui-ci permet aussi à ses auteurs de revenir sur un thème qui leur est cher, de manière encore plus évidente, à savoir la télé-réalité et ses dérives. Offrir une critique de ce genre d'émission et la présenter avec beaucoup de second degré a toujours été l'une de leurs volontés avec cette série, et ils peuvent ici s'en donner à cœur joie puisque l’on est littéralement parachuté en plein prime time de l’émission Zone 57 lorsque l’on découvre les premières pages. Et pour être encore plus dans la thématique et repousser les limites du medium par la même occasion, rappelons que ce sont les lecteurs qui ont pu choisir quel personnage éliminer de l’émission au moment de la publication de la série en fascicules, entre les numéros 1 et 2. Et c’est aussi dans cet esprit que sont introduits les nouveaux personnages du début du volume, qui vous rappelleront sans trop de difficultés des figures connues de la télévision. Les auteurs vont prendre beaucoup de plaisir à écrire ces personnages (et à s’en moquer un petit peu, disons-le, quoique de manière assez respectueuse) et nous, du plaisir à les lire. Malgré tout, ce sont les « anciens » personnages qui brillent le plus et notamment Nina, qui s’émancipe et se métamorphose totalement dans ce second volume, passant de la pimbêche embarquée malgré elle dans tout cette histoire à une candidate concentrée et motivée, qui mène l’équipe.

     

Le nouveau contexte posé et du temps et de l’espace accordés à chaque personnage pour être développé, la grosse intrigue de la série reprend rapidement le dessus et l’émission que l’on suit part totalement en vrille pour nous embarquer dans une vraie histoire de science-fiction qui ne nous lâche plus jusqu’à la fin. Le rythme dans la narration est très bon, les retournements de situation et scène tendues sont nombreuses et les cliffhangers de fin de numéros, ainsi que leurs résolutions, sont rudement efficaces et inspirés. La lecture d’ensemble dans cette édition reliée accentue ces qualités et leur rend encore plus Justice . Cette évolution de l’intrigue et les nombreux éléments amenés au cours de ce volume, notamment des choses présentées dans le premier volume et parfois de manière succincte, peuvent paraître déstabilisant par moment et donner l’impression que le rythme est peut-être, paradoxalement, un peu trop élevé. Mais c’est toujours réalisé avec intelligence, maitrise et passion, et surtout, tout est cohérent. La plongée en pleine science-fiction va permettre à ses hauteurs de se laisser aller à de nombreuses références et ainsi montrer, en quelque sorte, là d’où ils viennent, et ce qui les a inspiré et continu de les inspirer. Si Mulder et Scully en présentateurs télévisés, et Bertrand et Nina qui en sont clairement des pastiches, n’étaient pas des signes évidents, on va pouvoir ici retrouver des références évidentes à d’autres classiques du genre comme Doctor Who, ou les comics Doctor Strange et Green Lantern.

Tout est construit dans ce volume pour que le grand final soit très surprenant, prenant une direction que l’on attend pas du tout, tout en étant cohérent et presque annoncé depuis les premiers numéros de la série. Bertrand est remis au centre des débats dans son rôle de personnage principal, et l’ambition et les enjeux de la saga sont au rendez-vous. La fin est très réussie parce qu’elle est surprenante, qu’elle boucle formidablement la boucle, et parce qu’elle est semi-ouverte, à savoir qu’elle est largement satisfaisante comme note finale de cette composition mais qu’elle laisse en suspens quelques éléments et qu’il pourrait très bien y avoir une suite sans que cela ne choque personne. N’est-ce pas là la recette de la fin idéale pour une œuvre fictionnelle de pop culture ? En bonus, dans ce cette édition, vous avez droit à un épilogue inédit de quelques pages qui permet de revenir sur le sort de personnages qui ne pouvaient pas être présents dans le final. Et un joli twist vous y attend.

  

Les dessins de Guillaume Matthias démontrent d’une vraie évolution des premiers numéros de Bertrand Keufterian jusqu’au final de Zone 57. Le défi n’était pas évident à relever avec autant de nouveaux personnages, un rythme clairement plus élevé et de l’action assez dingue. Les personnages sont mieux proportionnés et plus réalistes, les découpages et mises en scène prennent plus de risque et ça paye, dans la fluidité et le dynamisme de la narration. Et désormais plus confiant et à l’aise sur sa série, Guillaume se lâche un peu plus et se lance quelques défis pour répondre présent au rendez-vous de l’évènement qu’est ce second tome et le grand final qu’il contient. On retiendra notamment la vue aérienne de Metz absolument dingue ou encore des pages cruciales de l’histoire sans dialogues, où tout son « storytelling » fait le boulot. Aux couleurs, on retrouve toujours Céline Labriet, dont l’expérience est un vrai plus cette oeuvre.

La série a eu les qualités suffisantes pour se renouveler et offrir une sorte de nouveau départ à mi-chemin, pouvant accueillir de nouveaux personnages, une nouvelle dynamique, de nouveaux enjeux et un nouveau public, le revers de la médaille étant que l’on s’éloigne souvent un peu, de manière logique et pertinente, du postulat de départ. C’est une vraie bonne chose que les auteurs ne se soient pas oubliés en chemin et aient pu satisfaire tout le monde à la fin du voyage. Parce que si l’on réduit Zone 57 à l’essentiel, on se retrouve avec deux passionnés, fans de pop culture, qui ont eu envie de construire une histoire autour de thèmes qui leur sont chers et de le faire avec toutes les connaissances et références qu’ils ont, et tout l’humour et la dérision dont ils savent faire preuve. On retrouve clairement tous ces éléments sur ce second tome. Et énorme cerise sur le gâteau d’adieu, la révélation principale de la raison de la présence des extraterrestres sur Terre, et notamment à Metz, est absolument parfaite.

Guillaume Matthias et Carlos Rodrigo seront en dédicace à la librairie Momie à Metz, ce samedi 23 novembre, de 15h à 18h, n'hésitez pas à venir découvrir la zone 57 si vous êtes dans le coin !

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Un rythme d'enfer
- De l'humour
- Une belle évolution graphique
- Une fin renversante

LES POINTS FAIBLES

- Manque de subtilité dans la satire
- Des dialogues parfois clichés

 

4

Une comédie de science-fiction réussie !

Conclusion

Ce deuxième tome des aventures de Bertrand Keufterian s'appuie parfaitement sur le premier, tout en offrant un renouveau et une ambiance différente, mêlant humour, action et révélations, menant vers une fin surprenante et très réussie.

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
Vestron annonce Robocop Vs Terminator pour octobre

Vestron annonce Robocop Vs Terminator pour octobre

03 Septembre 2020

Y a de la baston dans l'air !

[Review VF] Predator : Intouchable (Bad Blood)

[Review VF] Predator : Intouchable (Bad Blood)

19 Avril 2019

Predator revient !

  • azertyijkl123
    azertyijkl123

    il y a 1 an

    C'est pas un i normalement pour "Satyre" ?
    Satyre, c'est une créature mythologique. Ou alors c'est un jeu de mot que j'ai raté ?

    • Julien
      Julien - Rédacteur de l'article Staff MDCU

      En réponse à azertyijkl123

      il y a 1 an

      Non, non, pas de jeu de mot^^ Merci pour la correction.

  • Guigui le gentil
    Guigui le gentil

    il y a 1 an

    Merci beaucoup MDCU de nous avoir suivi de si près ;)

    Sinon, vous pourrez nous retrouver :  Samedi 23 novembre à Momie BD Metz de 15h à 19h. Dimanche 24 novembre la 6e édition du salon DES LIVRES ET VOUS à Mancieulles. Dimanche 22 décembre à Hisler BD bis (Thionville) de 15h à 19h. Et en 2020, dans les salons : Au Livre à Metz, Le Rayon Vert, Metztorii, etc...