Scénario: Brian WOOD - Dessin: Ricardo Burchelli

Matty Roth continue de s’acclimater à la DMZ et tente d’infiltrer les rangs de la compagnie Trustwell, principal bénéficiaire des chantiers de reconstruction de New York. Mais ce n’est que le début d’un périple qui va l’amener à se confronter au recrutement de terroristes et à échapper aux multiples manipulations de la part du gouvernement américain officiel.
(contient les épisodes 13-17 de la série)

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 9 ans

    DMZ continu d'être l'excellent et original comics book que vous avez pu découvrir lors des deux premiers volumes. Brian Wood s'intéresse à un sujet très sensible ici puisqu'il s'agit du terrorisme et s'il le fait avec moins de subtilité que sur les premiers arcs, c'est quand même rudement efficace et de grande qualité. Un bijou de Vertigo à ne pas rater, même si 15 euros pour 5 numéros peut paraître un peu cher.

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 9 ans

    Je ne sais pas si c'était planifié ou si c'est une pure coïncidence mais il est intéressant de noter que ce tome 3 de DMZ sort quelques jours seulement après le 11 septembre, parce que oui, Brian Wood s'attaque ici au terrorisme. Des sujets sensibles et pleins de sens on vous l'avait dit. Et sans pour autant le faire de manière très subtile, le sujet est plutôt évident, il réussit, comme depuis le début de cette série, à présenter les choses selon différents angles et à ne pas se poser en critique unilatérale, voir tomber dans le pro-américanisme, même si critique il y a. Et il le fait de manière assez originale, l'incluant parfaitement dans son histoiregénérale. Ce tome débute de manière très intéressante puisqu'il propose une autre facette du métier de journaliste, celle de l'infiltration. En effet, Matty infiltre un groupe de travailleur pour en apprendre plus sur le groupe Trustwell responsable des travaux (ne vous inquiétez pas, c'est les premières pages, je n'en révèle pas plus). On est donc tout de suite plongé dans ce nouveau quotidien de notre journaliste préféré, qu'il vit déjà depuis de nombreuses semaines, et Brian Wood nous le fait très bien ressentir. Il réussit aussi à décrire de manière très juste les conditions de travail et de vie dans lesquelles se retrouvent ces travailleurs. Pour le reste, Wood nous emmène dans une intrigue vraiment bien construite, avec pas mal de retournements de situations et de personnages très intéressants. La tension monte tout du long, c'est vraiment bien prenant et la fin est géniale. On a le droit à un peu de politique au passage aussi avec Trustwell et les Nations Unies. Riccardo Burchielli est encore très bon au dessin. Vous connaissez son style sur les premiers tomes et bien sûr ça ne va faire que s'améliorer. C'est un style assez "Vertigo" et en même temps pas tant que ça, assez réaliste, qui colle parfaitement au contexte de cette guerre. C'est sans concession aussi, s'il faut montrer l'horreur de la guerre, il saura le faire. Un tome 3 qui est donc très bon en tout point, original et puissant, qui continu de hisser DMZ au rang, déjà, de série culte.

Aujourd'hui sortent les rééditions des tomes 3 et 4 de la série DMZ chez Urban Comics. Une excellente série à ne pas rater, on vous dit pourquoi. [center][img]http://www.mdcu-comics.fr/upload/comics/covers/fr/img_comics_2744_dmz-tome-1-sur-le-terrain.jpg[/img][/center] [titre]CONTEXTE[/titre] [b]DMZ[/b] est une série en 72 numéros, publiée chez Vertigo de début 2006 à début 2012. Dans un futur proche, les Etats-Unis sont entrés dans une deuxième guerre civile qui oppose l'armée américaine à la rébellion des "Etats libres" et l'île de Manhattan au coeur de New-York est devenue la zone neutre de cette guerre, autrement dit la DMZ (zone démilitarisée). Le journaliste débutant Matthew Roth va se retrouver lâché en plein dans cette DMZ et va décider d'y rester en tant que seul journaliste au coeur du conflit, dans le but de rapporter la vérité sur ce qui se passe en plein milieu de cette guerre. Il s'agit d'une des séries les plus reconnues du scénariste [b]Brian Wood[/b], ainsi que sa plus longue à ce jour. Il a surtout signé des séries courtes comme Channel Zero, Supermarket, Demo, Local, The New York Four et Five, toujours sur le circuit indépendant. Il a aussi fait Northlanders chez Vertigo et travaille actuellement sur Ultimate Comics X-Men et X-Men pour Marvel et Conan The Barbarian et The Massive pour Dark Horse. Les thèmes abordés dans ce DMZ ne devraient pas surprendre quand on connait l'auteur, il sait être un scénariste engagé et aborder de sujets sensibles. Et il est aussi un grand amoureux de New York, comme le montrent beaucoup de ses récits, The New York Four et Five en tête. Wood touche aussi un peu au dessin et au graphisme, c'est lui qui signe toutes les couvertures de DMZ. [b]Riccardo Burchielli [/b]est un dessinateur italien et DMZ est son premier comic book aux Etats-Unis. [titre]DMZ TOME 3 - TRAVAUX PUBLICS[/titre] [center][img]http://www.mdcu-comics.fr/upload/comics/covers/fr/img_comics_4048_dmz-tome-3.jpg[/img][/center] [b]Synopsis :[/b] Matty Roth continue de s’acclimater à la DMZ et tente d’infiltrer les rangs de la compagnie Trustwell, principal bénéficiaire des chantiers de reconstruction de New York. Mais ce n’est que le début d’un périple qui va l’amener à se confronter au recrutement de terroristes et à échapper aux multiples manipulations de la part du gouvernement américain officiel. (contient les épisodes 13-17 de la série) [b]Date de sortie :[/b] 14/09/2012 [b]Prix :[/b] 15€ Je ne sais pas si c'était planifié ou si c'est une pure coïncidence mais il est intéressant de noter que ce tome 3 de DMZ sort quelques jours seulement après le 11 septembre, parce que oui, Brian Wood s'attaque ici au terrorisme. Des sujets sensibles et pleins de sens on vous l'avait dit. Et sans pour autant le faire de manière très subtile, le sujet est plutôt évident, il réussit, comme depuis le début de cette série, à présenter les choses selon différents angles et à ne pas se poser en critique unilatérale, voir tomber dans le pro-américanisme, même si critique il y a. Et il le fait de manière assez originale, l'incluant parfaitement dans son histoire générale. [center][img]http://www.mdcu.fr/upload/news/news_illustre_1347642366.jpg[/img][/center] Ce tome débute de manière très intéressante puisqu'il propose une autre facette du métier de journaliste, celle de l'infiltration. En effet, Matty infiltre un groupe de travailleur pour en apprendre plus sur le groupe Trustwell responsable des travaux (ne vous inquiétez pas, c'est les premières pages, je n'en révèle pas plus). On est donc tout de suite plongé dans ce nouveau quotidien de notre journaliste préféré, qu'il vit déjà depuis de nombreuses semaines, et Brian Wood nous le fait très bien ressentir. Il réussit aussi à décrire de manière très juste les conditions de travail et de vie dans lesquelles se retrouvent ces travailleurs. Pour le reste, Wood nous emmène dans une intrigue vraiment bien construite, avec pas mal de retournements de situations et de personnages très intéressants. La tension monte tout du long, c'est vraiment bien prenant et la fin est géniale. On a le droit à un peu de politique au passage aussi avec Trustwell et les Nations Unies. Riccardo Burchielli est encore très bon au dessin. Vous connaissez son style sur les premiers tomes et bien sûr ça ne va faire que s'améliorer. C'est un style assez "Vertigo" et en même temps pas tant que ça, assez réaliste, qui colle parfaitement au contexte de cette guerre. C'est sans concession aussi, s'il faut montrer l'horreur de la guerre, il saura le faire. [b]Un tome 3 qui est donc très bon en tout point, original et puissant, qui continu de hisser DMZ au rang, déjà, de série culte.[/b] [titre]DMZ TOME 4 - TIRS AMIS[/titre] [center][img]http://www.mdcu-comics.fr/upload/comics/covers/fr/img_comics_4049_dmz-tome-4.jpg[/img][/center] [b]Date de sortie :[/b] 14/09/2012 [b]Prix :[/b] 14€ [b]Synopsis :[/b] Matty Roth décroche l’interview d’un jeune soldat, accusé d’être l’un des responsables du crime le plus abjecte depuis le début du conflit : le massacre du jour 204. Son récit, en plus de pointer les dysfonctionnements dans la chaîne de commandement du gouvernement officiel américain, témoigne aussi de la vie d’un jeune homme, détruite par son arrivée dans la DMZ. (contient les épisodes 18-22 de la série) Dans ce tome 4, on revient sur le thème de la guerre pure et dure, et notamment les dommages collatéraux qu'elle peut causer, la justification des actes des militaires et leurs droits, la justice, dans toute cette galère. Brian Wood revient sur l'évènement le plus important et le plus horrible de cette guerre, le massacre du jour 204, que l'auteur avait déjà cité mais dont on apprend exactement ce qu'il est. Enfin, ce que les personnes présentent sur place à ce moment-là en disent. Parce que j'en parlais tout à l'heure, Wood utilise différents points de vue pour chaque évènement, pour essayer d'avoir une certaine objectivité représentée par le journaliste Matty, et ça n'a jamais été aussi vrai et évident que dans cet arc. [center][img]http://www.mdcu.fr/upload/news/news_illustre_1347642394.jpg[/img][/center] Ce massacre du jour 204 est vu et raconté selon différents points de vue, avec des flashbacks assez poignants. Et le boulot de Matty est de déceler la vérité dans tout ça, sauf que bien sûr il n'y a pas de vérité absolue, peu importe que les personnes racontent ce qui s'est réellement passé ou pas, finalement le tout reste subjectif, personne n'a complètement tord ou raison, beaucoup d'éléments sont à prendre en compte et Brian Wood nous expose ça avec une grande justesse. Il est même difficile de retirer une morale de cette histoire. Wood ne tombe pas dans la facilité en nous disant "la guerre c'est mal" mais il opte plutôt pour un "la guerre fait mal", qui sonne bien plus juste. Comme le dit un personnage de l'histoire :"je suppose que quelqu'un doit souffrir, dans une guerre". Qu'on ne s'y détrompe pas, le ton reste des plus pessimistes et c'est une histoire vraiment dure, qui touche et fait réfléchir, surtout la fin. Les dessins alternent un peu dans ce tome, Burchielli en dessine la plus grande partie pour autant mais laisse les flashbacks des premiers numéros à Nathan Fox qui s'en sort très bien. Il a un style un peu moins lisse, plus sombre, qui décrit bien l'horreur de ce qui se passe. L'alternance pour les deux lignes temporelles est la bienvenue aussi. [center][img]http://www.mdcu.fr/upload/news/news_illustre_1347642408.jpg[/img][/center] Kristian Donaldson s'occupe entièrement de la troisième partie de l'arc. Ca change beaucoup du style de la série et sans être mauvais loin de là, on sent quand même bien la différence. Même si l'ambiance générale reste heureusement la même. un p'tit mot enfin pour Jeromy Cox que je trouve génial aux couleurs. [b]Brian Wood maitrise encore une fois parfaitement son sujet et ses thèmes dans ce tome 4, c'est sensé, touchant, cruel, ça a de l'impact et c'est très juste. Une merveille.[/b] [conclusion=5][/conclusion] [onaime]- Des thèmes sensibles traités avec brio - Une parfaite maitrise du récit - Les personnages - Les dessins et l'ambiance générale [/onaime][onaimepas][/onaimepas]