Return of the Defenders, Pa...

Doctor Strange, Sorcerer Supreme (1988)

Return Of The Defenders, Pa...

The Incredible Hulk (1968)

The Return Of The Defenders...

Namor, the Sub-Mariner (1990)

The Return Of The Defenders...

Silver Surfer (1987-1998)

Filling Slots

The Incredible Hulk (1968)

The Forest For The Trees

The Incredible Hulk (1968)

In Memory Yet Green

The Incredible Hulk (1968)

Disarray, Thataway

The Incredible Hulk (1968)

Downtime

The Incredible Hulk (1968)

American Pie

The Incredible Hulk (1968)

Dead Man's Hand

The Incredible Hulk (1968)

Auteurs : David, Frank

Hulk reçoit une offre qu'il ne peut refuser : devenir le chef du Panthéon ! Retrouvez également un crossover avec les autres Défenseurs : Namor, le Silver Surfer et le Docteur Strange. (Contient les épisodes US Incredible Hulk (1968) 401-406 et Annual 18-19, Namor Annual 2, Silver Surfer Annual 5, Dr Stange Sorcerer Supreme Annual 2, publiés précédemment dans les revues VI : HULK 11-14 et 4 inédits)

  • AfA
    AfA Staff MDCU

    il y a 3 ans

    La période Panthéon du run de Peter David a laissé un bon souvenir. A des lieux de ce qu'on a pu lire avant, ce Hulk intelligent a conquis le public. Et Garry Frank s'est imposé avec ce titre. Du fun, de l'action, de l'humour, de l'émotion. Le genre de comics qu'on voudrait lire plus souvent. En evanche, n'ayant pas lu les annuals, je ne les commenterai pas.

Presque soixante ans (!) après sa création sous l’impulsion du duo Stan Lee / Jack Kirby, le moins que l’on puisse dire c’est que Hulk a toujours bon pied bon œil puisqu’on lit toujours ses aventures sous la houlette de nombreux auteurs dont Mark Waid (2013-2014), Gerry Duggan (2014-2015) ou bien récemment Greg Pak depuis (2016). Et ça, Panini Comics l’a bien compris, puisque l’éditeur a eu l’excellente idée de sortir des intégrales centrées autour du Titan Vert depuis quelques années. Et c’est plutôt une bonne surprise car les fans de Hulk se sont tous arrachés les cheveux depuis la fin des années 1970 pour lire les aventures du géant vert disséminées ici ou là dans de nombreuses collections Aredit / Artima (Pocket Color, Flash, Gamma ou Flash Nouvelle Formule…), au travers des Titans dans les séries Machine Man ou Dazzler ainsi que chez Semic en version intégrale à partir d’avril 1992 avec une équipe créative composée de Peter David et de Dale Keown.
Aujourd’hui, la chronique du jour concerne Hulk l’intégrale – 1993 (I) dans la collection Marvel Classic, le dernier volume en date sorti chez Panini Comics le 16 août 2018 et qui couvre le premier semestre de l’année 1993, une année particulièrement riche pour Hulk, notamment avec la mini-série Futur Imparfait (qui figurera sans doute dans la prochaine intégrale sur le second semestre 1993) !

Psychothérapie !

Pour ceux qui prendraient le train en marche dans cette intégrale, il faut savoir qu’après bien des aventures en demi-teinte qui tournaient pas mal en rond entre la fin des années 1970 et le début des années 1980 (Hulk contre Quasimodo, Hulk contre la créature du Loch Ness...), le scénariste Bill Mantlo a repensé le personnage de Hulk au milieu des années 1980 pour le rendre plus intelligent au travers d’un scénario dans lequel l'esprit de Banner cherche à prendre le dessus sur le Titan Vert. Cette direction scénaristique donnera plus tard naissance au Hulk gris sous l’apparence d’un certain Joe Fixit grâce à la plume d’Allen Milgrom dans The Incredible Hulk #324 en 1986.
Quelques numéros plus tard, c’est au tour de Peter David d’étoffer le personnage sur les bases posées par Mantlo et Milgrom pour mettre en avant une certaine schizophrénie chez le géant vert. Ainsi au travers d’une psychothérapie dans The Incredible Hulk #377, le Docteur Leonard Samson avec l’aide du Maître de Manège fusionnera les trois personnalités de Hulk (celle de Bruce Banner, du Hulk vert qui représente l’enfance de Banner et du Hulk gris qui représente son adolescence) en un seul et même Hulk : toujours vert et musclé mais intelligent. Le Hulk nouveau est donc né et se présente comme un condensé de ce qui se fait de mieux : "il fut vert, laid et un peu demeuré… gris, laid et intelligent, le voici beau, vert, intelligent et plein d’humour !" comme on pouvait le lire dans les pages des comics de chez Semic en 1992. Ce dernier rejoindra ensuite un groupe de héros issus de la mythologie grecque, le Panthéon

Mais qui veut la peau de Namor ?

D’entrée de jeu, cette intégrale commence en fanfare avec un crossover intitulé Le Retour des Défenseur initialement paru aux États-Unis fin 1992 au travers de pas moins de quatre comic books annuals différents : Incredible Hulk Annual #18, Namor The Sub-Mariner Annual #2, Silver Surfer Annual #5 et puis enfin le Dr. Strange Sorcerer Supreme Annual #2.
Ce crossover scénarisé par Ron Marz (Silver Surfer et Namor), Peter David (Hulk) et Roy Thomas (Dr. Strange) qui ne figurait pas dans le précédent Hulk l’intégrale – 1992 de Panini Comics a été rajouté ici par l’éditeur pour permettre aux lecteurs de savourer ce récit jusque-là encore inédit en France afin de bien appréhender "la nouvelle personnalité" de Hulk.

En effet, si cette aventure des Défenseurs se déroule sous une trame de fond teintée d’épouvante (il y a de la magie noire, des incantations sataniques et des démons en veux-tu en voilà) et d’action, il n’en reste pas moins que le géant vert va cabotiner au fil des pages de ce crossover grâce à des traits d’humour bien sentis.
Ainsi, même si ce récit écrit à six mains est plutôt sérieux (on y apprend que le sorcier maléfique Shanzar s’est emparé du corps de Namor pour permettre le retour d’un ancien Dieu obscur appelé Le Sauvage), le géant vert va s’imposer comme le personnage principal de l’histoire tant il casse la baraque. Chacune de ses interventions se soldera donc par des combats féroces et des situations complètements folles mais totalement assumées, notamment lors d’une baston épique entre Hulk et un démon bodybuilder ! C’est d’ailleurs ce décalage entre la noirceur du récit (des humains ont été transformés en démons puis sacrifiés par Shanzar) et le côté totalement décérébré de l’action qui donne à ce crossover une saveur si particulière et ,disons-le tout net, complètement jouissive ! Ainsi, lors de l’arrivée du Sauvage pour la dernière ligne droite de l’aventure écrite par Roy Thomas, l’histoire va partir dans tous les sens dans une surenchère de bagarres dans lesquelles Hulk tiendra le haut du pavé…

De retour au Panthéon !

Après ce crossover plutôt plaisant, l'intégrale taille dans le vif du sujet et reprend les aventures de Hulk là où elles s'étaient arrêtées dans le tome précédent. Suite à la mort du Leader, on retrouve donc le géant vert et Rick de retour chez eux avec Marlo dans un état végétatif. Ainsi, après avoir été ramenée d'entre les morts par la machine "Deus Ex Machina" du Leader, la petite amie de Rick est dans un état catatonique critique.
Hélas, malgré les efforts désespérés de ce dernier pour la faire sortir du coma, le cas de Marlo reste préoccupant, d'autant plus que cette situation complexe a un impact sur les relations entre Rick et Hulk ainsi qu'avec Betty Banner. Et en plus de cette chape de plomb au-dessus de la tête du titan vert, les choses vont aussi changer du côté du Panthéon !
Ainsi, Agamemnon décide de quitter le mont et propose à Hulk de prendre la tête du Panthéon à sa place ! Autant dire que la situation n'est pas facile pour notre héros dans la mesure où le leadership ne l'a jamais intéressé et que bon nombre de ses coéquipiers, à l'instar d'Achille, Paris ou Ulysse, s'y opposent farouchement...
Bref, même si le début de ce récit initié par The Incredible Hulk #401 laisse de côté l'action pour se concentrer sur la psychologie des personnages (la détresse de Rick, la remise en question de Hulk...), force est de constater que ce parti pris de Peter David s'avère payant. En effet, le scénariste pose des bases très intéressantes sur le nouveau contexte dans lequel Hulk va devoir évoluer : il va falloir que le géant vert marche sur des œufs pour pouvoir s'imposer en tant que chef au sein du Panthéon et pour garder une relation forte avec Rick et Betty d'un point de vue plus personnel.

Après ce premier galop d'essai pour planter le décor de cette histoire, Peter David va revenir du côté de l'action pure et dure. Ainsi, on retrouvera Hulk au cœur l'action au beau milieu de la forêt amazonienne afin d'enquêter sur de mystérieuses déforestations. Arrivé sur les lieux, le nouveau leader du Panthéon est attaqué par un ouvrier à la force herculéenne qui lui donne beaucoup de fil à retordre. Au point que le géant vert ploie le genou à terre face à ce combattant hors pair avant de s'écrouler... vaincu. À son réveil, Hulk aura la surprise de se voir retenu prisonnier devant Marko Cain alias Le Fléau (c'était lui le fameux ouvrier) à la solde de Crâne Rouge ! Ce dernier décide alors de laver le cerveau de Banner par l'intermédiaire de Mentallo. Malgré tous ses efforts pour résister, Hulk cède et devient la marionnette de Crâne Rouge avec un seul objectif : éliminer les Avengers qui viennent d'arriver eux aussi dans la forêt amazonienne.
Autant dire qu'on va avoir droit à pas mal de bagarres, plutôt bien agencées par Gary Frank aux dessins mais aussi à quelques moments plutôt introspectifs dans la psyché de Hulk puisque l'esprit de Banner va tout faire pour se libérer du joug de Mentallo.

Encore une fois, l’excellent Peter David va faire montre d’une redoutable maîtrise scénaristique en développant dans son récit axé sur l’action pure et dure des situations d’une dramaturgie qu’on avait rarement l’habitude de voir dans les pages de Hulk. Ainsi, on voit notamment le géant vert faire face tant bien que mal à une crise de folie d’Ajax lorsque ce dernier comprend que sa bien-aimée Atlante le trompe avec Achille ou bien intervenir lorsque son ami Rick séquestre par amour Marlo au grand dam de sa famille qui veut la ramener auprès d’elle…

Sur la forme de cette intégrale Hulk 1993 (I), on remarquera que tout comme pour Wolverine ou Machine Man, Panini Comics a mis les petits plats dans les grands pour redonner vie aux aventures de Hulk en retouchant les couleurs, la luminosité et même les lettrages des dessins d'il y a 25 ans. Du coup, quand on compare les dialogues de cette intégrale avec les dialogues de la version intégrale de 1993, on s'aperçoit que certaines petites choses ont été changées afin de coller à l'esprit d'aujourd'hui. Et bien que les dialogues mouture 2018 restent dans l'absolu relativement fidèles au matériau d'origine, on regrette parfois certaines libertés qui dénaturent un poil les dialogues initiaux...


À gauche l'intégrale Panini - À droite la version intégrale de 1993

Au final, on peut dire que Panini Comics a encore une fois bien oeuvré avec cette intégrale du premier semestre 1993 en proposant des aventures de Hulk reliftées et remises au goût du jour - notamment pour la traduction - et dans un ordre chronologique cohérent… ce qui n’était pas toujours le cas chez Semic dans les années 1990 ! Saluons donc ce valeureux effort et le bel écrin pour cette série qui va nous permettre des heures de douce lecture en compagnie du géant vert. Merci Panini Comics !

En Résumé

LES POINTS FORTS

- Une réimpression classe
- Le crossover des Défenseurs
- Peter David

LES POINTS FAIBLES

- Les nouvelles traductions qui dénaturent la VI de 1992

 

5

(Salut le) Musclé !

Conclusion

1993 est une année riche dans la carrière du Hulk qui, 30 ans après sa création, se payait à cette époque-là une deuxième jeunesse grâce à des scénarii de qualité et des jeunes artistes aux dents longues. Cette intégrale du premier semestre de cette belle année tient toutes ses promesses et nous propose de (re)découvrir un Hulk intelligent, plein d’humour et toujours aussi bagarreur ! Et ça, ça fait du bien aux mirettes…