Bienvenue à Angel Grove, le monde des Power Rangers et des attaques hebdomadaires de monstres géants ! Tommy Oliver était un gamin comme les autres avant que Rita Repulsa ne prenne son contrôle et fasse de lui le Power Ranger vert. À présent affranchi de son emprise, Tommy essaie de retrouver une vie normale, combinant ses activités de lycéen et de héros. Il se rend compte qu’il n’est pas plus facile de se faire de nouveaux amis que de combattre des hordes de monstres...

À l’occasion de la sortie au cinéma le 5 avril 2017 du film événement Power Rangers, découvrez l’adaptation en comics d’une des licences les plus populaires au monde ! Kyle Higgins (C.O.W.L., Hadrian’s Wall) et Hendry Prasetya ont su habilement moderniser l’univers pour livrer une série contemporaine au plus proche des préoccupations adolescentes. Explorez la vie cachée du Ranger vert dans sa lutte pour combattre ses démons et découvrir la vérité...

  • BartAllen
    BartAllen Staff MDCU

    il y a 6 ans

    Les Power Rangers débarquent en comics. Kyle Higgins signe un scénario où l'on met en avant le ranger vert, nouveau venu qui était du mauvais côté précédemment. Ce premier arc est intriguant car on ne sait pas de quel côté va finalement pencher le nouveau venu. On sent aussi que l'auteur place des choses pour le futur sans craindre l'arrêt de la série. La partie graphique n'est pas au top par contre. Profitez du petit prix pour vous faire plaisir avec ce comics plutôt que d'aller au ciné voir le film.

  • jy77
    jy77

    il y a 6 ans

    Avec toute la subjectivité du monde je donne l'avis le plus biaisé du monde mais tant pis. J'ai prit un plaisir fou à retrouver ces personnages de mon enfance que j'ai vu vu et revu des dizaines de fois dans des aventures inédites. J'ai adoré on sent le cadeau fait aux fans par des fans. J'attends le tome 2 avec la plus grande impatience en espérant voir plus de Megazord !

  • Rafataira
    Rafataira

    il y a 5 ans

    Le scénariste que j’ai connu sur les new 52 de nightwing et batman eternal nous plante là dans un univers familier où tout est comme dans nos souvenirs, un peu comme lorsqu’on quitte la maison des parents et que l’on y revient un week-end pour constater que notre chambre est restée telle qu’on la laissé. On entendrait presque la musique de la dague du ranger vert, la voix robotique de zordon ou le fameux générique après une transmutation. Les histoires contées ici s’intercalent même dans la série originelle, juste après la rédemption du ranger vert créé par Rita. Le dessin rond et coloré se prête volontiers à un univers adolescent dans la cafét d’angel grove, tout en prenant au sérieux le sentai évitant un esthétique cartoon grotesque. Bref tout y est, le mégazorde, ces lourdots de bulk et skull, goldar et les autres transposés deux décennies plus tard que le matériel de base, plaçant les rangers dans l’air internet et des smartphones. Du au film de 2017 ? Toujours est- il que les six adolescents retrouvent leurs personnalités propres, Jason est le combattant, Billy le cerveau qui remet en doute sa place dans le groupe. Tout y est vraiment ? Non bien sûr, on nous épargne non sans regret les rires de lycéens face à leur milkshake le tout tiré d’un mauvais épisode de Héléne et les garçons. Et puis le contexte a changé. Il n’y a plus le gouté de 16h préparé par nos mères avant qu'on fasse des bonds sur le canapé pour imiter les combats. On a grandit mais les passions de notre enfance restent. Ca ressemble à power rangers, ca en a le goût, mais est-ce meilleur ? ou seulement la nostalgie qui parle ?

Mighty Morphin Power Ranger...

Mighty Morphin Power Rangers (2016)

Green Ranger: Year One

Mighty Morphin Power Rangers (2016)

Mighty Morphin Power Ranger...

Mighty Morphin Power Rangers (2016)

Mighty Morphin Power Ranger...

Mighty Morphin Power Rangers (2016)

Mighty Morphin Power Ranger...

Mighty Morphin Power Rangers (2016)

Go go Power Rangers ! Retour dans le passé, 20 ans en arrière rien qu'avec cette réplique. Pour autant, deux décennies plus tard, les Power Rangers sont toujours aussi présents et ancrés dans l'esprit des jeunes. C'est grâce à Glénat Comics, qu'aujourd'hui, nous pouvons assister au retour de nos héros préférés en tenue moulante via un comics. Crée par les éditions Boom ! Studios au début de l'année 2016, ce comics n'a pas pour but de promouvoir directement le film sorti sur les écrans de cinéma aux Etats-Unis cette semaine bien que sa sortie ne soit pas faite au hasard.

Ainsi, l'histoire, bien que remise à niveau dans le monde contemporain (smartphones, etc), se base au départ sur l'arrivée de Tommy Oliver dans l'équipe, après que son alias, le Ranger Vert, ait réussi à s'échapper du contrôle mental de Rita Repulsa. C'est d'ailleurs en voyant le physique de celle-ci que l'on peut remarquer qu'il s'agit bien là de l'apparence de notre antagoniste issue de la série des années 90. Bien que transposé dans le monde actuel, l'histoire ne dépaysera pas les fans de la première heure par rapport à ce qu'ils peuvent attendre du comics.

D'ailleurs, à qui doit-on ce comics ? Au scénario, le dénommé Kyle Higgins, que l'on connaît principalement pour ses travaux sur la franchise Batman. Au dessin, il s'agit d'Hendry Prasetya, moins connu mais ayant aussi travaillé pour DC Comics sur le crossover de Green Lantern : The Wrath of the First Lantern qui fait partie de The New 52. Matt Herms, qui s'occupe de la colorisation, a aussi oeuvré sur Sonic Universe et Rockman.

Ce premier volume se focalise principalement sur la présence de Tommy Oliver au sein du groupe. Entre ses troubles mentaux car Rita est toujours en partie dans son esprit (ou est-ce son imagination ?), le fait que toute l'équipe ne lui fait pas forcément confiance, que les citoyens ordinaires se demandent pourquoi le Ranger Vert, ennemi des humains, soit passé du côté des gentils, la liste des problèmes est longue, très longue. Ainsi, bien qu'il y ait quand même quelques scènes d'action, ce premier volume se concentre principalement sur la réhabilitation de Tommy Oliver parmi les humains.

Alors qu'en un sens, ce premier volume ne laisse paraître aucune surprise, ce n'est pourtant pas le cas de sa toute fin, qui nous dévoile un antagoniste inconnu dans la franchise. Sans relation avec le reste de la licence, du moins dans sa version télévisée, cela permet donc aux lecteurs de se montrer plus impatients envers le second tome. Ainsi, ils n'auront pas à craindre que le comics de 2016 ne fasse que transposer la série des années 90 sous un format papier.

En ce qui concerne le style graphique, il faut reconnaître qu'il est assez déstabilisant aux premiers abords, il y a comme un certain manque de détails sur les visages, les rendant assez fades. Outre cela, le design des tenues colle parfaitement à leur représentation de la série télévisée. Dans le cas contraire, cela aurait été un blasphème qui n'aurait pu être ignoré. Différence visible dans le scénario aussi : en se concentrant sur la psychologie des personnages, le ton se veut plus mature et plus adulte, ce qui n'est pas forcément pour déplaire aux lecteurs. Les fans ont grandi et ce comics se veut là aussi comme un hommage à la série. Néanmoins, bien que Bulk et Skull existent aussi dans la série télévisée, c'est à se demander s'il était vraiment nécessaire de faire un chapitre focalisé sur eux car dans le fond, ce premier tome ne fait qu'un peu plus de cent pages « principales »

En conclusion, ce premier tome n'est pas là pour faire la publicité du film sorti au cinéma. Préférant surfer sur la vague de la nostalgie, il se focalisera sur les souvenirs d'antan des fans, le Ranger Vert et ses compagnons ayant bien plus marqué les esprits que les futures générations de Power Rangers. Malgré un style graphique qui ne fera peut-être pas l'unanimité et une taille un peu « réduite » à cause d'un chapitre spécial non-relié à la trame principale, l'expérience vaut le détour et qui sait, peut-être nous refaire plonger dans la licence ?

En Résumé

LES POINTS FORTS

- Les Power Rangers
- Un côté plus sérieux indéniable
- La Rita d'antan, encore plus machiavélique
- La fin du volume qui donne envie

LES POINTS FAIBLES

- Un style graphique pas transcendant
- Un volume assez court dans le fond
- Une impression de "déjà-vu"
3.5

Go Go Power Rangers !

Conclusion

Pour un retour dans le monde des comics chez nous, les Power Rangers frappent fort et bien.
Malgré quelques lacunes graphiques et un scénario pas chamboulant aux premiers abords, le côté plus "adulte" du premier volume remplit son rôle et l'apparition à la fin donne envie de savoir la suite.