Panini Comics

1 / 5 (2020)

  • Dykonn
    Dykonn

    il y a 4 ans

    L'homme sans peur réalise un retour fracassant, sous la plume de Charles Soule, au travers de trois premiers numéros de bonne qualité. Au delà du travail scénaristique, c'est l'association Garney/Milla respectivement aux dessins et aux couleurs qui réalise un excellent travail. La première chose qui nous frappe donc, c'est le côté design de la série. Sombre et violente. Le travail du duo précédemment cité ne s'autorise que quelques couleurs entre le noir, le rouge et le rose pâle. On a devant nos yeux un petit chef d'oeuvre graphique, qui colle tellement bien à la peau des aventures menées par Daredevil. Soule jongle avec dextérité entre le nouveau travail de Murdock et ses multiples apparitions en tant que héros masqué. Le travail est sobre mais très efficace d'autant plus que les acteurs scénaristiques sont nombreux : un criminel Tenfingers, qui règne en maître dans le quartier de Chinatown, une organsation de l'ombre appelée la Main, un apprentissage du combat pour un nouvel acolyte à Daredevil, nommé Blindspot et une défense devant les tribunaux d'un ancien membre du cartel dirigé par Tenfingers souhaitant le dénoncer en tant que criminel, Billy Li. Les pages se suivent et se ressemblent. Du punch, de l'action, du sang, du rebondissement sans oublier la grande qualité de Soule pour mettre en avant les échanges en matière de juridique entre Murdock et ses collaborateurs. Tout ça tient debout et on se surprend même à vouloir connaitre très vite le contenant de la défense de notre nouveau procureur. On ne s'ennui pas tout au long de ces trois numéros que ce soit en terme de lecture que de qualité graphique. Le mélange opère à merveille et on se délecte du renouveau de l'homme sans peur, devant faire face à ses nombreux problèmes. Si il y a bien une chose qui plaira, c'est la maîtrise quasi parfaite des créateurs de la série en cours, donnant un sentiment de réalisme indéniable.