[Review VF] Judge Dredd T1 et T2

[Review VF] Judge Dredd T1 et T2
Dans un monde futuriste post-apocalyptique, la loi est appliquée par des policiers un peu particuliers: Les Juges! Ils sont à la fois juge, jury et bourreaux. Dans l'immense Méga-City one, les criminels craignent un nom en particulier: Judge Dredd le plus implacable des juges.

Dans cette intégrale vous retrouverez les épisodes de 2000 AD progs 2 à 60. Le tout servie par des auteurs et des dessinateurs de renom, parmi eux: John Wagner et Brian Bolland.



Bien le bonjour à tous,



Une fois n’est pas coutume, lorsque j’ai effectué la review d’Alien en comics, je vous ai annoncé d’emblée que je connaissais par cœur cet univers mais également que je l’appréciais beaucoup. Cette fois, c’est totalement l’inverse. La seule chose que je connaisse de l’univers Judge Dredd est le film de 1995, « Judge Dredd », avec Sylvester Stallone dans le rôle-titre. Un film qui ne m’a pas grandement inspiré à l’époque mais qui, en même temps, n’est pas connu pour être une référence en matière d’adaptation cinématographique de comics. Autant dire donc que c’est en tant que nouveau lecteur de l’univers que j’attaque cette review.





Commençons avec tout ce qui touche à la forme. La couverture est très sympathique. Du jaune et du noir très discrets, une demi-page pour ce qui est du dessin de la couverture, les détails concernant l’intégrale (le numéro, l’année,…) et, bien sûr, le tout en format souple. A première vue cela donne quand même pas mal envie. En tout, 330 pages noir et blanc de comics pour 29.95 euros. Un prix assez abordable en France mais qui reste toujours aussi élevé lorsque l’on compare à la VO (à bon entendeur…).





Pour ce qui est des dessins, certains diraient « c’est vieux, c’est moche ». Je les trouve personnellement vraiment très bons. C’est évident qu’ils n’ont pas été produit la semaine dernière mais je les trouve plus que respectables. On peut largement prendre du plaisir à suivre les aventures du Judge Dredd à travers ces dessins. A noter par contre quelques petits problèmes de proportionnalité ou des petites facilités (cela passe par la suppression de détails notamment) de temps à autre mais rien de dramatique.





Avant d’attaquer le scénario en lui-même, on va faire une parenthèse très importante sur les dialogues. Autant, je n’ai pas eu de problème avec les dessins, autant j’ai eu fréquemment du mal avec les dialogues. Je n’ai pas réussi à avoir le recul nécessaire pour ne pas me dire « non mais non quoi ! On ne dit plus ça depuis 50 ans ! ». Parmi les perles on peut noter l’incontournable « Judge Dredd !!! Tu nous as eus !!! »… bah oui, il vous a eus… et d’autres commentaires inutiles du narrateur. Des commentaires du type « O’Neil regardait stupéfait » alors que juste en dessous, le dessin d’O’Neil parlait de lui-même. Un petit côté kitsch bien présent et avec lequel il n’est pas forcément aisé de passer outre. Enfin, il y a aussi de temps à autre (c’est très loin d’être une récurrence, que l’on soit d’accord) une petite phrase glissée à l’encontre du lecteur. Bon, ce procédé n’a pas disparu et continue d’être utilisé très fréquemment notamment dans les mangas. Là, cela dépend uniquement du lecteur, il adhère ou il n’adhère pas à l’idée. Et effectivement, personnellement, je n’accroche pas à ces parenthèses du type « Avertissement : ne laissez pas les robots de votre maison lire l’histoire ».

Par contre, il y a également de jolies perles bien directes comme je les aime par exemple « Qu’est-ce qui est arrivé à son visage ? C’est horrible ! Avec une gueule pareille Dredd ne devrait pas avoir le droit de vivre ! Tuez-le ! ».

Remarque : pour ne pas l’avoir lu en VO, je ne sais pas ce que la traduction vaut mais il y a des avis qui se baladent sur ce point sur le net.





Chose promise chose due, passons au scénario. Pour être tout à fait honnête, j’ai eu un peu de mal à me faire à ce principe de mini-histoire (les numéros ne font qu’une dizaine de pages peut-être un peu moins même) mais une fois que l’on ait habitué, c’est vraiment fun. Bien sûr, il y a également des intrigues qui se suivent sur plusieurs numéros comme le soulèvement des machines par Call me Kenneth dans le tome 1 ou l’apparition récurrente d’ennemis plus bestiaux dans le 2. Et s’il arrive assez souvent que les histoires soient un peu simplettes (en même temps avec si peu de pages…), l’univers, quant à lui, a plutôt été bien travaillé. Il y a la hiérarchie des forces de l’ordre certes, mais pas uniquement. On peut parler par exemple du fait qu’il y ait une statue d’un Judge à côté de celle de la liberté, que la population râle si elle doit travailler plus de dix heures par semaine,… beaucoup de petites anecdotes de ce type qui font sourire. On n’oublie pas non plus les références à notre propre histoire. On a de ce fait droit à un « Cal is watching you », référence à 1984 de George Orwell, classique mais efficace et d’autres faits moins subtils comme ce dialogue :

- Il existait un humain tel que toi au XXe siècle, il s’appelait Adolf Hitler.
- Oui, je suis un grand fan.





On ne peut nier par contre de sacrés raccourcis dans le scénario sûrement dûs à nouveau au nombre de pages. Ainsi, dans le tome 1, les robots ne se rebellent jamais mais il suffit que Call me Kenneth se rebelle et dise « Soulevez-vous » à la télévision pour que tous les robots se sentent pousser des ailes. Pas de questions, pas d’arguments, pas de tiraillements, juste un « ok ». Quelques scènes en sont un peu risibles du coup. Les Judges utilisent des « munitions explosive » qui font beaucoup de dégâts. Mais si un jour ils ont du mal et qu’il y a vraiment un gros méchant, pas de problème, ils utilisent des « munitions TRES explosives » qui sont, bien évidemment, encore meilleures.

Enfin, si l’on réfléchit également, on notera quelques très rares incohérences au niveau du comportement des personnages. Par exemple Judge Dredd confie aux autres Judges qu’il souhaite s’occuper de Call me Kenneth seul mais lorsque finalement certains robots lui offrent leur soutien, il répond « vous n’êtes que trois robots pour m’aider ? »… … Bah en même temps vu que juste avant tu as dit que… bon bref, vous avez compris.

En somme, il serait ridicule de dire que ces deux premiers tomes de Judge Dredd sont exempts de tous défaut néanmoins, je pense que l’on peut tout de même passer un excellent moment devant les différentes histoires. C’est mon cas.


[conclusion=4][/conclusion]
[onaime]- Les dessins
- L'univers Judge Dredd
- Les phrases assassines
- Les références et les clins d'oeil[/onaime][onaimepas]- Les retournements de situation souvent rapides
- Les facilités scénaristiques ci et là[/onaimepas]
Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
[Preview] Chapeau Melon et Bottes de Cuir

[Preview] Chapeau Melon et Bottes de Cuir

18 Juillet 2013

John Steed et Emma Peel de retour !

Les sorties de Soleil en août

Les sorties de Soleil en août

03 Juillet 2013

La série Tortues Ninja n'est pas annulée

[Review VF] Alien

[Review VF] Alien

28 Avril 2013

Le huitième passager

  • francis castiglione
    francis castiglione

    il y a 8 ans

    ça vaut le coup rien que pour les superbes pages de Brian Bolland !