Tokyo Ghost - Tokyo Ghost #1

Tokyo Ghost #1

Tokyo Ghost

Tokyo Ghost - Tokyo Ghost #2

Tokyo Ghost #2

Tokyo Ghost

Tokyo Ghost - Tokyo Ghost #3

Tokyo Ghost #3

Tokyo Ghost

Tokyo Ghost - Tokyo Ghost #4

Tokyo Ghost #4

Tokyo Ghost

Tokyo Ghost - Tokyo Ghost #5

Tokyo Ghost #5

Tokyo Ghost

L'archipel de Los Angeles, 2089. L'Humanité est devenue totalement accro à la technologie. Créer le buzz est désormais l'unique motivation d'une population tenue dans une dépendance virtuelle et asservie par un gouvernement ouvertement criminel. Et vers les criminels se tournent-ils lorsqu'ils doivent faire appliquer leur loi ? Led Dent et Debbie Decay sont le bras armé de ce pouvoir corrompue et leur prochaine mission les emmènera en plein coeur des Jardins Préservés de Tokyo, bien au-delà de l'influence de leurs commanditaires.

Contenu : Tokyo Ghost vol.1 : Atom Garden (#1-5)

  • Hawkguy
    Hawkguy Staff MDCU

    il y a 4 ans

    Urban va finir par créer une collection Remender World à ce rythme, car voici son dernier bébé : Tokyo Ghost. Et c'est de la bombe ! Deux arguments qui devraient déjà vous convaincre : le prix de lancement et Sean Murphy au dessin (et je sais pas vous, mais moi je vais me prendre les versions "noir et blanc" et "couleurs"). Pour le scénario, difficile de vraiment en parler sans spoiler mais Remender nous pond un nouveau un univers complètement fou, hybride de nombreuses cultures et univers de fiction, melant cette fois-ci la technologie à Mad Max et aux samurais d'antan. A tester donc !

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 4 ans

    Rick Remender et Sean Murphy, rien que là, t'achètes ! Mais en plus c'est vraiment très bon, un univers de dingue et d'excellents personnages, qui s'inspirent de beaucoup de choses et réussissent à être très original pour du comics. On ne peut que vous conseiller de tenter l'expérience.

  • Kit_Fisto
    Kit_Fisto

    il y a 3 ans

    #1 2089, Sur "les îles de New Los Angeles", Dans un monde ultra dépendant aux médias et à la technologie dernier cri, on fait la connaissance de Debbie, seule habitante détachée de ce monde. Avec son compagnon, qui a lui cédé, elle déambule dans les rues pour chasser les causes de cette dépendance de l'Humanité à bord d'un monstreux deux roues mix entre la moto dans "Akira" et le pod de Batman dans la trilogie Dark Knight de Nolan. La quête ultime de l'héroïne étant de quitter ce monde pour emmener son "sidekick", mais pas que, de l'autre côté de l'océan dans un pays plus calm, posé et retrouver une certaine sérénité d'esprit loin des méandres de la technologie, de l'absorption de média, de violences, de pornographie à tout va... Remender débute son histoire dans un monde futuriste entre "Blade Runner" et "Mad Max" qui comme dans toute oeuvre de SF reflète notre société actuelle. On se demadne où cela va mener dans les prochains volets mais comme à son habitude, Sean Murphy nous délivre des planches parfaites agréements de pas mal de clin d'oeil à leurs oeuvres respectives passées. Un premier volet bien prenant pour en connaître davantage sur cet univers par un l'excellente collaboration de deux grands du comics : Remender/Murphy. 4/5 #2 2nd volet de la saga indé de Remender et Murphy On suit toujours Deb et Lennie, nos deux héros chasseurs de primes dans une ville de L.A futuriste et crasseuse ultra dépendante aux technologies. Un volet toujours assez introductif où on fait la connaissance par le biais de tergiversations sans fin avec le patron des deux amoureux, un personnage assez libidineux (et à l'organe génital hors norme ! ;) ). La seconde partie est plus intéressante à mon avis car elle nous montre le passé de notre duo, qui se connaît depuis l'enfance, et déjà dans une ville de Los Angeles très particulière, dans un flash-back durant leur voyage aquatique vers le Japon. On en est même soulagé de les voir réussir à quitter la Côte Ouest Américaine pour gagner une Tokyo indépendante des technologies et retournée en arrière dans un temps moyen âgeux et féodal. Le rêve éveillé de Deb et Len ne voudra pas garantir leur sécurité à l'arrivée sur les côtes nippones. Rick Remender livre toujours une mise en place de l'univers de Tokyo Ghost avec un épisode assez bavard et donc toujours introductif. Sean Murphy livre encore une fois une très belle prestation de ses talent d'illustrateurs avec des belles représentations en opposition entre une L.A crasseuse et une Tokyo sauvage qui a laissé place au retour de sa végétation. Une double page finale sensationnelle. On est désormais pressé de voir le volet #3. 4,5/5 #3-5 Deb et Len s'acclimatent à leur nouvelle vie à Tokyo loin de la violence et de la dépendance aux technologies de Los Angeles. Ils décident de ne pas remplir la mission pour laquelle ils ont été envoyés par leur boss, à savoir détruire le champ magnétique empêchant tout technologie moderne de persister dans la ville nippone. Mais là-bas, le passé traumatique de Len resurgit malgré tout à Tokyo, et la paix que le couple désirait coûte que coûte trouver. La dépendance de Len reprendra-t-elle le dessus ou sera-t-il assez fort pour tenir et sauvegarder Tokyo de la convoitise de Los Angeles? Les 3 derniers volets de la première partie de Tokyo Ghost par une histoire prenant de Rick Remender, livrant une nouvelle fois un must have du comics indé servi par un Sean Murphy qui excelle sur ses planches. 4,5/5 En conclusion, une saga indépendante futuriste, mais si contemporaine de part le thème abordé sur la dépendance des technologies. Magnifiquement servi par le prolifique scénariste Rick Remender qui travaille autant pour le main stream comics que l'indé et appuyé par le talentueux Sean Murphy qui nous régale de par le dynamisme et la précision de ces traits. La colorisation parfaite de Matt Hollingworth apporte beaucoup au travail final de Murphy. Un tome 1 violent, virevoltant, sanglant dans sa première partie puis plus posé, calme et serein dans sa seconde avant un cliffhanger prenant et intense nous laissant languir d'impatience jusqu'à l'arrivée du tome 2. Un nouveau travail culte pour ce trio artistique.

  • Zarkoneil
    Zarkoneil

    il y a 1 an

    Blahblahblah.. j'aime pô et c'est môche