Le fléau Jack Napier est de nouveau derrière les barreaux, mais la sérénité est loin d'être de retour à Gotham, et encore moins au Manoir Wayne, où Bruce peine à retrouver équilibre et sérénité.
Son pire ennemi n'a pas seulement ébranlé ses convictions et sa raison d'être, il a également durablement saccagé l'image de Batman et sa légitimité aux yeux des habitants de sa ville. La disparition d'Alfred n'est pas sans séquelle non plus, bien qu'elle laisse derrière lui un héritage inattendu : le journal d'Edmond Wayne daté de 1685, premier de sa lignée à s'être installé à Gotham et adversaire d'un certain Lafayette Arkham, dont les ossements ont été récemment découvert dans la cellule du Joker.
Contenu vo : Curse of the White Knight #1-8 + White Knight : Von Freeze

  • Hawkguy
    Hawkguy Staff MDCU

    il y a 1 mois

    Alors alors... Curse of the White Knight est une déception pour ma part. J'avais beaucoup aimé la proposition du premier volet malgré quelques ficelles scénaristiques grossières, Sean Murphy avait réussi à proposer un univers intéressant reprenant le meilleur de chaque adaptation du personnage; sans parler de son récit politique basé sur l'inversion des roles entre le Batman et le Joker. J'attendais beaucoup cette suite... et donc non, ça ne passe pas pour moi. Azrael ne m'a jamais intéressé et les thématiques religieuses/historiques/mystiques me paraissent trop radicalement différentes du premier volet. Encore ce ne serait que ça, pas de problème, mais Murphy abuse beaucoup des twists bidons et détruit le Bat-Universe sans jamais rien reconstruire. Résultat, le choc n'est plus vraiment là, comme mon intéret pour cet univers...

  • jy77
    jy77

    il y a 4 jours

    Pour ma part, c'est un chef-d'oeuvre. Il surpasse en tous points son prédécesseur (qui n'est pas loin d'avoir le même qualificatif que celui-ci) en donnant corps à son univers, en lui offrant un passé, une mythologie, une histoire qui traverse les ages.Ça n'est plus juste un patchwork crée à partir d'anciennes adaptations là uniquement pour faire plaisir aux fans, maintenant il a de la personnalité propre et de la substance. Le tout, en reprenant ce qui fonctionnait avant, Murphy étoffe encore davantage le développement de ses personnages et des enjeux qui ont boulversé Batman à la fin de White Knight. 

    Un comics à la hauteur de ses ambitions, parfaitement maîtrisé.