Lorsqu’Aaron emmène Mikey jouer dans le parc en rentrant de l’école, il ne se doute pas un seul instant qu’en le perdant de vue quelques secondes, sa vie va être bouleversée. Mikey disparu, Aaron, rongé par le remords, sombre dans l’alcool et la famille entière se désintègre. Mais un an plus tard, une sorte de Conan fait irruption dans leur vie et pourrait bien être leur fils perdu, Mikey…

Contenu US : Birthright vol. 1 (#1 – 5)

  • gwegs
    gwegs

    il y a 5 ans

    Quelqu'un l'a lu ? Pourrait-il me donner un avis ?

  • Alecs
    Alecs Staff MDCU

    il y a 5 ans

    Clairement mon coup de coeur de l'année 2015 ! INDISPENSABLE !

Delcourt nous offre régulièrement des nouveautés comics de qualité. Sa dernière grosse série se nomme Birthright, et l'équipe artistique aux commandes n'est pas inconnue de l'éditeur. En effet, Joshua Williamson est notamment l'auteur de Ghosted. Le style change toutefois, car il s'intéresse ici à la fantasy. Nous allons voir que c'est plutôt réussi, et que l'album peut faire un superbe cadeau de noël.

Le récit commence très simplement : on découvre la famille Rhodes. Le père joue avec son fils Mikey près d'une forêt dans laquelle il va disparaître. L'histoire va alors s'accélérer, et on assiste à une année en mode rapide. On comprend que le père est accusé d'avoir tué son fils, et que la famille est détruite. A ce moment, un homme apparaît. Ce semblerait être Mikey. Il est désormais bien plus âgé que son grand frère, et il raconte qu'il s'est retrouvé dans le monde de Terrenos. Je ne vais pas tout vous raconter, mais l'histoire est rapidement mise en place, et dès le premier chapitre, on est dans l'ambiance.

Le travail sur l'ambiance, et sur les personnages nous fait tout de suite accrocher au récit. Tous les éléments sont expliqués simplement, et les enjeux sont rapidement assimilés. Du coup, lorsqu'on arrive à la fin du premier chapitre, difficile de s'arrêter. Donc on enchaîne sur le deuxième, et ainsi de suite, jusqu'à la fin de l'album. D'ailleurs, heureusement que Delcourt précise que le tome 2 arrive début 2016, parce que l'attente va être longue. L'idée de focaliser l'histoire dans un premier temps sur un enfant rappelle ces films qu'on regardait gamin, comme L'Histoire sans Fin par exemple.

Le récit se construit sur deux lignes temporelles qui se dévoilent en parallèle, c'est-à-dire que l'histoire qui se déroule dans le présent et dans notre monde est régulièrement coupée par des flashbacks ayant lieu dans Terrenos. Même si ce monde n'est pas follement original, il reste suffisamment éloigné des clichés du genre pour que ce soit rafraîchissant. On prend beaucoup de plaisir à suivre la découverte de Terrenos par un Mikey enfant, tout autant que la traque qu'il mène adulte dans notre monde. Bref, on a deux histoire pour le prix d'une, puisque les liens entre elles sont pour le moment quasi-inexistants, et on a hâte de les voir se rapprocher.

Si l'histoire est bonne, encore faut-il que le dessin suive. C'est le cas ici, les dessins d'Andrei Bressan sont magnifiques. Pourtant, c'est un récit ambitieux, où l'on passe d'une scène dans l'intimité d'une famille à un plan épique dans un monde de fantasy. Les dessins restent justes en toutes circonstances, et l'artiste adapte son trait tout en gardant une bonne constante. On peut dire sans hésiter que le défi est relevé haut la main. De plus, les couleurs chatoyantes d'Adriano Lucas font ressortir le trait de Bressan. Les dessins sont à la fois très propres et humains. C'est vraiment une incroyable réussite graphique.

Difficile de trouver des défauts au contenu, intéressons-nous donc maintenant au contenant. Delcourt, pleinement conscience du potentiel de la série, s'est encore une fois surpassé. Le papier est épais et d'excellente qualité. C'est un très bel ouvrage qui rajoute une couche au plaisir de lecture. Les bonus reprennent toutes les couvertures des numéros américains, le tout en grand format pour s'en prendre plein les yeux. Si l'offre de comics en France a explosé dernièrement, Delcourt nous prouve, avec cet album mais aussi des séries comme Outcast, qu'il est loin d'avoir dit son dernier mot !

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

Le chapitre d'ouverture
Le dessin et les couleurs
Deux récits en un

LES POINTS FAIBLES

Heu...

 

5

Sublime !

{C}

Conclusion

Delcourt nous offre avec Birthright un petit bijou : l'album est beau, l'histoire captivante, et les dessins magnifiques. S'il vous reste des cadeaux à faire pour noël, n'hésitez pas !