Scénario: Dini Paul – Dessin: Collectif

Batman n’est pas seulement un super-héros, il est aussi le plus grand détective du monde. Si ses enquêtes l’amène souvent à se confronter à la pègre de Gotham, il devra cette fois-ci s’escrimer devant la haute société. Sur son chemin, il croisera le Sphinx, devenu enquêteur pour les plus fortunés, et développera même une romance contrariée avec la magicienne Zatanna.

(Contient DETECTIVE COMICS #821, 822, 823, 824, 826, 827, 828, 831, 833, 834, 837)

  • AfA
    AfA Staff MDCU

    il y a 7 ans

    Du très bon Batman. Pas des histoires mémorables qui marqueront le personnage mais des épisodes qui capturent l'essence du plus grand des détectives. Un must pour les amateurs de chiroptères.

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 7 ans

    Paul Dini fait partie de ses grands auteurs qui ont fortement influencé l'évolution du personnage de Batman, que ce soit en comics ou sur d'autres supports. Il est presque naturel de lui offrir cette collection, même s'il n'a pas écrit de grands récits majeurs sur le personnage. Ce premier tome se consacre à son travail sur Detective Comics, au moment où Grant Morrison orchestrait son Batman R.I.P. sur l'autre série majeure, Batman. Quasiment que des one-shots, qui s'appuient sur le côté "détective" du personnage et qui sont très agréables à lire, si pas révolutionnaires. Le personnage d'Edward Nigma est très utilisé, lui qui était alors du côté des "gentils".

  • BalthierBlack
    BalthierBlack

    il y a 6 ans

    Un excellent premier numéro. Cette 2ème collection Batman signature commence fort. Alors certes ça n'a rien à voir avec Grant Morisson dans l'envergure, l'impact et la construction scénaristique mais ça n'empêche pas du tout d'apprécier ces aventures. Les amoureux de La série animée s'y retrouveront, particulièrement dans la progression de enquêtes. Le traitements des personnages est géniale, la réutilisation d'éléments tout au long du tome excellente (il y a vraiment un aspect série tv). Bref un tome génial et inratable avec en plus des belles planches. Vivement la suite.

  • Kit_Fisto
    Kit_Fisto

    il y a 5 ans

    1er tome de la Collection par Urban Comics scénarisé par un acteur majeur sur Batman durant les 25 dernières années, M. Paul Dini. Le scénariste émérite à qui ont doit déjà plusieurs travaux sur le Caped Crusader est surtout connu pour sa collaboration avec Bruce Timm sur la série animée Batman du début des années 90 dont j'étais (et je suis encore) énormément friand ! C'est donc avec grand plaisir que je me lance, enfin, dans cette collection. Paul Dini revient aux fondamentaux du "Caped Crusader", l'enquête. N'est-il pas le plus grand détective du monde? Nous suivons donc le Chevalier Noir de Gotham dans plusieurs investigations successives où il côtoie entre autres Zatanna, Le Sphinx/Riddler (repenti?), Poison ivy, le Joker. Diverses histoires bien menées, divertissantes et pleines de rebondissements tel un épisode d'une série tv policière. Il y a plus de réflexion que d'action et c'est cela qui change un peu quand on connait Batman. Ce n'est pas du "Detective Comics" pour rien à vrai dire. Aux dessins, Don Kramer réalise la majorité des planches, son style n'attirera sans doute pas forcément tous les regards mais ddans un comic-book, il n'y pas que les dessins qui comptent ! On aurait sans doute préféré que le tout soit dessiné par JH Williams III et Joe Benitez qui secondent l'artiste dans quelques numéros et réalisent de très beaux travaux. On notera les superbes couvertures de Simone Bianchi qui apportent un supplément de touche polar noir au recueil. En résumé, des histoires qui ne seront pas sans doute ce que l'on trouve de plus mémorable dans les plus de 75 ans d'existence du Chevalier Noir, mais qui a le mérite de revenir aux bases du personnage à savoir, un enquêteur chevronné et assidu. Qui de mieux que Paul Dini pour livrer ce travail!

  • A Peter
    A Peter

    il y a 1 an

    Du bon batman 

The Beautiful People

Detective Comics (1937)

E. Nigma, Consulting Detective

Detective Comics (1937)

Stalked

Detective Comics (1937)

Night of the Penguin

Detective Comics (1937)

Slayride

Detective Comics (1937)

Double Talk

Detective Comics (1937)

Sharkbite

Detective Comics (1937)

Kind of Like Family

Detective Comics (1937)

Trust, Part 1

Detective Comics (1937)

Trust, Part 2

Detective Comics (1937)

Honor Among Thieves

Detective Comics (1937)

En début d’année, Urban Comics publiait un nouvel auteur dans sa collection DC Signatures, qui contenait jusqu’à maintenant du Geoff Johns, du Ed Brubaker, et du Grant Morrison. Le premier a œuvré sur Green Lantern et Superman, le second sur Catwoman, et le dernier sur  Batman.​

On va rester dans l’univers de la chauve-souris, avec le scénariste Paul Dini qui est surtout connu pour avoir travaillé en tant que producteur sur des séries animées comme Batman : The Animated Series, Superman The Animated Series, et Batman Beyond. Par exemple, on lui doit le personnage d’Harley Quinn qui fût introduite dans le DC Universe via la série animée Batman de 1994. Dini s’intéressa également à l’univers des super-héros dans le format comics, puisqu’il a travaillé sur Countdown to Final Crisis, Batman : Streets of Gotham, et Detective Comics. C’est à cette dernière série, que cette nouvelle collection va s’intéresser.​

En 2006, pendant que Grant Morrison s’amuse à écrire le destin de Bruce Wayne et de son alter ego dans la série principale, Dini lui, se concentre sur Detective Comics. Car quand on pense à Batman, on l’imagine le plus souvent au côté de la Justice League combattant Darkseid et d’autres super-vilains. Et on a parfois tendance à oublier qu’il est un détective avant tout. Alors quoi de mieux que de le ramener à ses racines le temps d’un run ? C’est ce que Urban Comics nous propose de découvrir avec ce premier tome – sur trois de prévus –  un Batman se retrouvant dans une ambiance de polar, et de film noir, avec des ennemis traditionnels tel que Edward Nygma, le Joker, The Pinguin, Scareface, et aussi Harley Quinn.​

Les atouts majeurs des histoires de Dini reposent sur le fait qu’il propose de petites enquêtes sur peu de chapitres regroupant le gratin des vilains de la ville de Gotham. On pourrait alors croire qu’il n’existe pas de fil conducteur entre les chapitres, mais c’est faux. C’est via la rédemption de vilains comme le Riddler, maintenant devenu détective privé, et celle d’Harley Quinn, que la liaison est faite. Il est intéressant (et amusant) de voir Batman se sentir obliger de garder un œil sur un « nouveau » Nygma, tout en ayant une légère crainte de le voir empiéter sur ses enquêtes. Un brin méfiant certes, mais également un peu de jalousie, quand même.​

 

Le mode de narration est ce qui apporte un souffle nouveau pour ce Chevalier Noir, qui se faisait tirer dans tous les sens par un Morrison ambitieux et plein d’imagination. Ici, le scénariste met en avant le symbole de ce que peut représenter l’alter ego de Bruce Wayne. On notera également la présence de Zatanna, qui si vous ne le saviez pas a entretenu une liaison avec le justicer, et qui ici revient pour former un duo… et plus si affinités ? Pour ceux qui ne raffolent pas de voir Bruce en mode « amoureux », soyez rassuré Dini n’oublie pas sa trame principale : le polar.

Côté graphique, on retrouve sur le premier numéro J.H.Williams III (Batwoman) qui se distingue toujours autant par son style, que l’on aime ou non. Ensuite, on a Don Kramer (JSA, Wonder Woman) qui tient très bien la route, apportant quelque chose à la structure du scénario une sorte de complément pile poil ce qu’il faut. L’ambiance sombre de Gotham est respectée, et on ne peut qu’approuver la colorisation de John Kalisz (JSA). Mention spéciale également à Simone Bianchi qui signe chacune des couvertures des 11 chapitres de ce tome, et qu’Urban décide de mettre en évidence via la couverture recto ainsi qu’avant chaque début de chapitre. Un très bon travail d’édition de la part de l’éditeur donc, qui inclut également une timeline de DC en lien avec leurs publications, sans oublier une présentation des personnages.

 

MDCU vous donne maintenant rendez-vous un peu plus tard dans le mois, pour la critique du tome 2 qui paraîtra le 21 août. Le Coeur de Silence réunira la "suite" de Hush (disponible en VF chez Urban Comics), et sera aussi la suite de ce premier tome. En attendant, lisez notre critique de Batman: Silence ici.​

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Le Dark Knight en "simple" détective
- L'utilisation différente des vilains qui fait du bien
- Les couvertures de Simone Bianchi
- L'ambiance polar et thriller de Gotham
- Le travail de Urban Comics

LES POINTS FAIBLES

- Si vous n'aimez pas notre héros en simple détective
- Léger si vous préférez le travail de Morrison
- Si vous aimez y trouver des défauts

 

4

Dini excelle

Conclusion

Un run aussi bon que celui de Grant Morrison, mais différent, avec du polar, et une ambiance froide et pesante sur la ville. Dini utilise les vilains du DC Universe avec brio, sans tomber dans le loufoque. Simple mais complexe, son Detective Comics plaît et on attend la suite.