Scénariste : THOMAS Roy
Illustrateur : MIGNOLA Mike
Coloriste : CHIARELLO Mark

Il y 25 ans, Mike Mignola adaptait le classique film de Francis Ford Coppola basé sur le roman Dracula de Bram Stoker. Longtemps resté épuisé, ce trésor caché revient dans une édition couleur remastérisée digne de ce nom.
Transylvanie, 1462. Vlad Drakul laisse la belle Elisabeta pour guerroyer contre l’envahisseur turc. Revenu victorieux du combat, il découvre qu’elle s’est suicidée à la fausse nouvelle de sa mort. Eperdu de douleur, il abjure sa foi en l’église et en appelle aux puissances du sang pour venger et retrouver sa bien-aimée à l’aide de pouvoirs obscurs. Il devient alors un vampire connu sous le nom de Dracula.

  • AfA
    AfA Staff MDCU

    il y a 3 ans

    Après la version noir et blanc, Delcourt nous propose enfin la réédition en couleurs de ce grand classique qui marque l'envolée artistique de Mignola. Sans doute l'une des adaptations de film en comics les plus connues, ce titre était indisponible depuis de nombreuses années. Injustice réparée avec cette belle édition rend hommage au travail des artistes. Indispensable pour les fans de Mignola, conseillé pour les amateurs de beaux comics et du film de Coppola. 

La review du jour est un titre proposé par Delcourt. Il s'agit de Dracula d'après Bram Stoker. Il est sorti le 11 septembre pour 24.90€. Le numéro est écrit par Roy Thomas et est dessiné par Mike Mignola.

Il y 25 ans, Mike Mignola adaptait le classique film de Francis Ford Coppola basé sur le roman Dracula de Bram Stoker. Longtemps resté épuisé, ce trésor caché revient dans une édition couleur remastérisée digne de ce nom.
Transylvanie, 1462. Vlad Drakul laisse la belle Elisabeta pour guerroyer contre l’envahisseur turc. Revenu victorieux du combat, il découvre qu’elle s’est suicidée à la fausse nouvelle de sa mort. Eperdu de douleur, il abjure sa foi en l’église et en appelle aux puissances du sang pour venger et retrouver sa bien-aimée à l’aide de pouvoirs obscurs. Il devient alors un vampire connu sous le nom de Dracula.

On ne va pas passer par quatre chemins. Ici, vous avez de très grands noms qui sont au service du plus connu des vampires. Au scénario, nous retrouvons l'immense Roy Thomas notamment connu pour avoir pris la suite de Stan Lee au sein de Marvel Comics à partir de 72. Le dessin est assuré par Mike Mignola, un artiste dont le style est reconnaissable entre mille et qui est très loin d'être le dernier lorsqu'il s'agit de taper dans du surnaturel. Enfin, il s'agit de l'adaptation du film mythique de Coppola qui, lui-même, était l'adaptation du grand classique de la littérature : Dracula par Bram Stoker. Autant dire qu'avec autant de grands noms sur un même projet, la curiosité du lecteur ne peut qu'être piquée.

Pour ce qui est de l'histoire, elle est, le plus souvent, connue de tous. Nous suivons à travers une succession de lettres (tout du moins dans le roman) une poignée de personnages menée par le docteur Abraham Van Helsing, qui a compris tout le diabolisme et l'inhumanité qui entoure le comte Dracula, un vampire qui désire quitter son château de Transylvanie pour aller rejoindre les rues de Londres. Ces personnes vont alors tout faire pour contrecarrer les plans du monstre et sauver Mina, mordue par ce dernier et dès lors, condamnée.

Je suis là pour exécuter vos volontés, maître ! Je vous vénérais, si loin de vous, depuis si longtemps. Maintenant que vous voilà, je suis votre esclave. J'attends vos ordres.

Ici, vous avez l'adaptation de l'adaptation. En général, cette approche fait peur mais dans le cas présent, l'héritage de Bram Stoker s'en sort plutôt et n'est en aucun cas malmené. Tout cela pour dire qu'il est difficile de ne pas aimer ce comics si vous êtes fan de Dracula. De même, il est tout-à-fait possible de prendre cette lecture comme point d'entrée de l'univers de Stoker. Bien sûr, rien ne vaudra le roman originel (que nous vous conseillons) mais la BD n'en reste pas moins de bonne facture.

Pour ce qui est du dessin, Mike Mignola fait du Mike Mignola et ce, avec tout ce que cela implique : le trait, l'ambiance, le jeu des ombres, le design des créatures, le découpage... Il s'agit d'un excellent travail de la part de l'artiste qui est à la hauteur du récit.

Nous ne voulons pas de preuves. Nous ne demandons à personne de nous croire. Dieu soit loué : tout n'a pas été vain... La malédiction n'est plus.

Vous trouverez, en bonus, des crayonnés inédits.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Le récit
- Le respect de l'oeuvre originelle
- Le dessin de Mignola

LES POINTS FAIBLES

Aucun.

 

4.5

Très bonne adaptation

Conclusion

Très bonne adaptation de Roy Thomas et Mike Mignola.