Part 1: Duty Calls

Hal Jordan and the Green Lantern Corps (2016)

Part 2: Brainiac

Hal Jordan and the Green Lantern Corps (2016)

Part 3: By Lantern's Light

Hal Jordan and the Green Lantern Corps (2016)

Part 4: The Great Escape

Hal Jordan and the Green Lantern Corps (2016)

Conclusion: Orange Crush

Hal Jordan and the Green Lantern Corps (2016)

Heroes

Hal Jordan and the Green Lantern Corps (2016)

Grâce au sacrifice de leur leader Hal Jordan, le Corps des Green Lantern est enfin revenu au coeur de la galaxie !
Désormais, John Stewart et Soranik Natu, les deux leaders des corps stellaires, doivent trouver un terrain d'entente, tandis que dans l'ombre, Larfleeze, champion de l'avarice, fait son grand retour !
Contenu vo : Hal Jordan and The Green Lantern Corps Vol.2: Bottled Light (#8-13)

  • granddetour
    granddetour

    il y a 2 ans

    Excellent arc, c'est même à mon sens un des meilleurs du Rebirth, toutes séries confondues ! Le retour de l'agent orange fait plaisir, de même que le gros clin d'oeil à un des meilleurs ennemis de Superman. Bref, on oscille entre héritage de l'époque Geoff Johns et le meilleur des New 52. Vivement le tome 3 !

La review du jour est un titre proposé par Urban Comics : Green Lantern Rebirth Tome 2. Il est écrit par Robert Venditti et est dessiné par Ethan Van Sciver et Sandoval Rafa. Il est sorti le 4 mai pour 15.50€. Il contient les numéros 8 à 13 de la série Hal Jordan and The Green Lantern Corps (V2).

Grâce au sacrifice de leur leader Hal Jordan, le Corps des Green Lantern est enfin revenu au coeur de la galaxie !
Désormais, John Stewart et Soranik Natu, les deux leaders des corps stellaires, doivent trouver un terrain d'entente, tandis que dans l'ombre, Larfleeze, champion de l'avarice, fait son grand retour !

Ce que l’on retient avant tout de ce tome est la capacité du scénariste Robert Venditti à réinventer le Sinestro Corps. Leur place au sein de l’univers n’est plus aussi claire. Cette position très différente permet des situations inédites ainsi que quelques débats plutôt intéressants. Tout ceci est possible grâce au personnage de Soranik Natu, la fille de Sinestro, qui a le désire de donner un second souffle au corps fondé par son père. Cette nouvelle approche de l’un des corps les plus importants de l’univers permet de donner un sérieux coup de fouet à l’intrigue mais également à l’univers au sens large, ce qui n’est pas négligeable.

Cet opus permet également le retour de nombreux personnages bien connus des lecteurs de DC et ce, qu’ils interviennent dans l’univers des Green Lantern ou non. Sans trop en révéler, on peut penser à Starro dont les interventions font toujours plaisir tant il s’agit d’un personnage symbolique ou enore à Brainiac dont le statut de menace invisible, presque secondaire, est assez particulier mais pas moins intéressant. Le retour de Larfleeze sur le devant de la scène est également à saluer. Le personnage créé par Geoff Johns et Ethan Van Sciver est toujours aussi décalé et permet de donner plus de consistance au récit puisque nous avons un personnage presque enfantin sur certaines de ses répliques, combiné à une menace plus que sérieuse. Cette fois encore, le personnage fait des merveilles.

A côté de cela, les dialogues sont corrects, il y a de bonnes punchlines, le rythme est bon, les enjeux sont à la fois différents et intéressants, il y a une bonne dose d’action, le traitement des personnages est bon et les retournements de situation ci et là ne sont pas mauvais.

Précisons que le dernier chapitre soit Hal Jordan and The Green Lantern Corps #13, se passe sur Xudar du secteur 2813. L’histoire s’écarte un peu du reste du récit mais est loin d’être mauvaise.

Côté dessin, et comme souvent sur l’univers des Green Lantern, Ethan Van Sciver est incroyable. L’univers des Green Lantern est clairement un univers qu’il maîtrise. Les personnages et les scènes de combat sont majestueux. Mention spéciale pour Larfleeze qui est très bien représenté (il faut dire aussi qu’Ethan Van Sciver en est le co-créateur, cela aide). La colorisation est également de qualité notamment concernant les couleurs utilisées en arrière plan. A noter que certaines covers sont peut-être un peu plus décevantes du fait que les poses des personnages soient un peu trop convenues. Ainsi, il n’est pas rare d’avoir la sensation que les personnages sont en train de prendre la pose. Notons que ce n’est pas le cas de toutes les covers. Sur ce point, Hal Jordan and The Green Lantern Corps #10 et Hal Jordan and The Green Lantern Corps #11 envoient du lourd.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Le renouveau du Sinestro Corps
- Le retour de nombreux personnages
- Les dessins
- Larfleeze

LES POINTS FAIBLES

- Quelques covers assez convenues

 

4.5

Du lourd

Conclusion

Un excellent opus qui laisse présager le meilleur pour les Green Lantern