Scénario : Matt Kindt, Peter Milligan (Punk Mambo #0))
Dessins : Doug Braithwaite, Robert Gill (Punk Mambo #0)
Colorisation : Brian Reber
Couverture : Doug Braithwaite

UNE MISSION SUICIDE... EN ENFER !

En décembre 2015, une cellule secrète de renseignement envoie une équipe de vingt agents et un très spécial dans une dimension parallèle. Un seul reviendra vivant.
Le but de la mission est classé top secret. À court d'option, le MI-6 recrute leur agent le plus doué, Ninjak, pour suivre le seul témoin rescapé au cœur d'une dimension appelée le Monde des Morts... et ramener le reste de l'équipe au bercail.

Que vont-ils trouver ? Et qui les attend dans ces profondeurs démoniaques ? Matt Kindt (Divinity, Rai) retrouve l'artiste Doug Braithwaite (Book of Death) et Juan José Ryp (Clone) pour plonger Ninjak dans un plan d'existence terrifiant... et le confronter à Shadowman. En bonus, découvrez les origines de Punk Mambo, par Peter Milligan et Robert Gill.

Contient Ninjak #10-13 et Punk Mambo #0

  • Zarkoneil
    Zarkoneil

    il y a 2 ans

    Pour moi le meiller album de la série, principalement parce qu'il amène le monde des morts et, pour moi en tout cas, Shadowman

Bliss a sorti en juin le troisième tome des aventures de Ninjak. Toujours écrite par le prolifique Matt Kindt, la série récupère cette fois-ci le talentueux Doug Braithwaite pour la partie graphique tandis que les back-ups sont tous dessinés par Juan Jose Ryp.

 

Après avoir affronté les Sept Ombres dans les deux précédents tomes, Ninjak va devoir faire équipe avec Punk Mambo pour faire son entrée dans le monde de la magie. D’ailleurs, Kindt ne traine pas et nous lance directement dans l’aventure en faisant se rencontrer les deux protagonistes de l’arc, en expliquant ce qu’est un loa (ce qui aura une importance) et en les transportant dans le monde des morts où ils auront le temps de vivre quelques péripéties. Le reste de l’arc ralentit quand même la cadence même si des bribes d’informations nous sont données un peu en avance grâce à la narration faite par Neville, celui qui chapeaute Ninjak pour le MI-6.

  

La mission dans le monde des morts se déroule sans trop de mal même si le héros doit faire face à des menaces qui le dépassent vu qu’il n’est pas entraîné pour combattre contre de la magie. C’est d’ailleurs le point négatif de l’arc; Ninjak ne devrait pas avoir à faire à ce genre de chose, il y a des personnages qui sont plus adaptés pour ce type de récit. Et le voir battre des démons avec de la technologie est du coup assez dommage quand à côté Punk Mambo fait face avec des sorts. Il y a même une potentielle résolution qui se profile mais qui est laissée de côté pour le traditionnel combat. Malgré tout, cela n’empêche l’arc d’être sympa à suivre et l’histoire est liée avec les tomes précédents, ne laissant pas le lecteur fidèle sans petits clins d’oeil.

  

La partie graphique est signée Doug Braithwaite qui ne déçoit pas et singe de belle planches, notamment avec l’utilisation de la magie et des loas. Il est bien aidé par le coloriste Brian Reber. On trouve même des différences de teinte en fonction des endroits où se situe l’histoire, ce qui aide à s’immerger dans l’intrigue.

 

Les back up présentés dans ce tome présentent le vilain et comment il en est arrivé là, surtout qu’il s’agit d’un personnage connu de l’univers Valiant mais que l’on a un peu oublié (Bliss, comblez ce manque svp). Les dessins de Ryp sont toujours aussi bons, même s’il y a moins de détails que ce à quoi il nous a habitué.

 

Le tome se termine par un épisode #0 racontant les origines de Punk Mambo. C’est écrit par Peter Milligan et dessiné par Robert Gill. L’histoire est assez décevante vu qu’il s’agit d’une fille de bonne famille qui se rebelle et devient une punk. L’apprentissage de la magie est passé assez rapidement et on se concentre plus sur une vengeance à la place.

 

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Introduction rapide
- Deux bons dessinateurs
- Le retour d'un personnage

LES POINTS FAIBLES

- La magie pas adaptée à Ninjak
- Les origines de Punk Mambo peu convaincante

 

3.5

Un poil décevant


Conclusion

Ce troisième tome permet de faire se arriver la magie dans la série Ninjak, ce qui en lui correspond pas vraiment. Heureusement, l'auteur fournit un allié à Colin King pour l'aider. L'introduction est faite rapidement pour que l'on rentre dans l'action directement et ce n'est pas plus mal vu qu'il s'agit d'une histoire en 4 parties. La partie graphique est vraiment bonne, et surtout le coloriste fait du bon travail pour changer les ambiances en fonction des lieux de l'intrigue.