Delcourt

1 / 1 (2021)

  • FitzBDnetNation
    FitzBDnetNation

    il y a 9 ans

    Allez, je vais être honnête, j'y croyais pas trop à ce titre. Le pitch sur un ancien flic ripoux qui a la mafia a ses trousses, ça m'emballait vraiment pas. Morrison est meilleur dans le fantastique selon moi. Mais finalement, le titre est très bon. Morrison débute bien son polar, avec du sexe, des flingues et une prostitué (c'est même étonnant qu'il n'y en ait qu'une). Puis ça part en vrille. Mais dans le bon sens du terme. Happy débarque. La miniature créature (au design vraiment bien trouvé) amène son innocence et ses couleurs dans cette ville sombre et sale. Là ou les humains jurent et sont misanthropes, Happy est la gentillesse même, son vocabulaire est totalement différent et on a hâte de découvrir comment Sax et lui vont collaborer par la suite. Les dessins sombres de Robertson sont parfait pour l'ambiance crade du titre mais il gère aussi très bien la pincée de cartoon disséminé dans les cases. Le principal problème sera de conclure en seulement 4 numéros. Je suis persuadé que le duo pourrait continuer pour une ongoing alors qu'il ne reste déjà plus que trois numéros….

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 9 ans

    Grant Morrison ne déçoit pas une nouvelle fois avec cette nouvelle série. On a encore un titre de qualité, avec une ambiance à la Morrison, de la violence, du langage coloré, du sexe, et des scènes juste totalement déjantées dont il a le secret. Le seul bémol que j'ai c'est que le titre ne devient vraiment très bon et très fun à partir du moment où Happy débarque, c'est à dire quasiment le dernier tiers du numéro. Le reste est somme toute assez classique. Ca ne serait pas embêtant si la série ne faisait pas que 4 numéros, mais c'est le cas. En tout cas, ce p'tit Happy est bien fun, Morrison l'écrit de manière absolument géniale et il apporte un contraste énorme avec l'ambiance de l'histoire, ce qui est le but voulu et clairement le plus intéressant dans ce concept. La suite risque d'être vraiment énorme. Robertson assure comme un fou au dessin, c'est vraiment bon et ça passe très très bien. Et on sent aussi parfaitement le constraste quand Happy débarque.