The Beginning of the End, P...

The New Mutants (1983)

Sticky Situations

Cable & Deadpool (2004-2008)

Sabertooth Serenade

Cable & Deadpool (2004-2008)

Symbiosis Mitosis

Cable & Deadpool (2004-2008)

Deadpool #1000

Deadpool (2008)

Deadpool: Origins

One-Shots X-Men

A+X #8

A+X (2012)

The Wedding of Deadpool

Deadpool (2012-2015)

Faites la connaissance de Deadpool, le plus déjanté des mercenaires de l’univers Marvel. Les événements marquants de la vie de Wade Wilson vous sont ici dévoilés parmi lesquels son passé en tant que cobaye du projet Arme X et ses combats contre X-Force et Wolverine. Une sélection des plus belles aventures du personnage dans un luxueux album. (Contient les épisodes US The New Mutants (1983) 98, Deadpool (1997) 11 et 54-55, Cable & Deadpool 24 et 49-50, X-Men Origins : Deadpool, Prelude to Deadpool Corps 4, Deadpool 1000 (III), Deadpool (2008) 33.1, A+X 8 (II), Deadpool (2013) 27, publiés précédemment dans TITANS 155, MARVEL SELECT : DEADPOOL 2, MARVEL MONSTER : DEADPOOL 3, MARVEL MONSTER : CABLE & DEADPOOL 2 et 4, MARVEL SELECT : X-MEN – LES ORIGINES, 100% MARVEL : DEADPOOL CORPS 1, DEADPOOL MASSACRE L'UNIVERS MARVEL, DEADPOOL (V3) 1, UNCANNY AVENGERS (V2) 1, DEADPOOL (V4) 10)

  • AfA
    AfA Staff MDCU

    il y a 5 ans

    Cette anthologie a l'avantage de présenter différentes équipes artistiques ayant oeuvré sur Deadpool et pourra vous aider à déterminer celles qui vous plaisent le plus pour approfondir votre lecture. Le revers de la médaille est que ce tome est à l'image du parcours éditorial du personnage, assez cahotique. Wade Wilson manque d'une mythologie solide qui rendrait indispensables certains épisodes. Du coup, il est difficile de faire une sélection idéale et représentative qui satisfera tout le monde. Plus qu'un livre définitif, c'est avant tout une introduction au personnage.

Nous sommes tous Deadpool au fond de nous. Ryan Reynolds a libéré le sien pour le film. Chacun de nous avons une petite partie de ce mercenaire déjanté, bavard et incompris par les autres. Si vous en doutez, jetez un œil à l’anthologie Je suis Deadpool qui représente toutes les facettes du antihéros. Mais attendez ? Faut-il vraiment vous y précipiter ?

L’avantage des anthologies, c’est qu’elles rassemblent le meilleur, il est donc rare d’être déçu. Encore une fois, l'album fonctionne, toute l’histoire de Deadpool, à travers les comics et personnelle, est illustrée. Depuis sa première apparition, jusqu’à son mariage, en passant par ses élucubrations solo et en équipe, la vie du mercenaire provocateur est bien complète. Pour cela, l’anthologie est un bon point de départ pour un amateur du personnage. Vous y découvrirez son évolution dans le style graphique mais aussi dans sa personnalité. Malicieusement, Panini ouvre des arcs que l’on est obligé de découvrir en librairie ensuite, comme le Deadpool Corps. Sur les comics sélectionnés, plusieurs sont extraits de publications en librairie. C'est un passage obligé pour un personnage jeune. Donc si vous avez lu du Deadpool, vous connaîtrez quelques histoires. Ce sont bien sûr de très bonnes séries qui justifient leur place dans cette anthologie car elles représentent les années charnières de l'existence de Wade Wilson. C’est commercial mais logique de la part de l’éditeur. De plus, chaque histoire est séparée d’une double page décrivant un bout de vie du héros, une anecdote, un mot d’auteur… ou de Deadpool, présentant ensuite la prochaine partie.  Ces pages, en plus d'être très informatives, remettent le numéro dans son contexte "historique" et chronologique des événements Marvel. Présentant, à la fois les artistes sur le titre, mais aussi les possibles influences qu'il a eues par la suite sur le mercenaire. J’ai appris des trucs, oui, moi DeaddePool !

L'anthologie débute sur la première apparition du "fatal Deadpool" en ennemi des New Mutants dans New Mutants 98 de Rob Liefeld. Le volume fait très bien son office, explorer l'histoire du héros au travers de ses titres et arcs majeurs. On se retrouve avec du vieux comme la première série indépendante par Joe Kelly et Ed McGuinness, ou du récent avec la série Marvel Now! de Gerry Duggan, Brian Posehn et Tony Moore. On découvre, ou redécouvre le début des séries faites par les grands noms qui ont influencé le personnage, comme Daniel Way qui intègre les bulles de pensées. C’est complet et cela permet dans le même temps de découvrir les apports des différents scénaristes. Les titres choisis sont les meilleurs exemples pour illustrer les différentes subtilités du mercenaire provocateur. Car pour ceux qui en doutent, Deadpool n’a pas que son côté irrévérencieux. Ce volume nous montre les nombreuses facettes de Wade Wilson et le point de vue des différents auteurs. On le découvre vilain, antihéros, en équipe, en héros, etc. De Liefeld qui en fait un arrogant prétentieux, à Christopher Priest qui lui fait faire des idioties, en passant par la série Cable & Deadpool qui le présente comme une plaie enchaînant les bourdes. Comme avec de nombreuses nouvelles publications de Deadpool, cette anthologie possède un récit issu de Deadpool #1000, qui rassemble plusieurs one-shots. Le one-shot en question, Appetite for destruction, n'est pas aussi essentiel et marquant que les autres. Il n'a pas non plus de réel intérêt comparé aux autres numéros de ce "best of Deadpool". Au niveau des illustrations, l’anthologie couvrant 20 ans de Deadpool, on le découvre par Liefeld, l’un de ses papas, mais aussi Paco Medina, un dessinateur au style très marquant qui signe deux titres de l'anthologie: Deadpool #33.1 : the price is right et Prelude to Deadpool Corps 4 : Têtepool. Au final, les nombreuses intrigues mises bout à bout nous font bien revivre la vie assez dure du mercenaire, jusqu’au dernier numéro de l’anthologie qui est assez touchant et majeur dans la vie du mercenaire blagueur.

La couverture est dans le Guiness Book des Record pour le plus grands nombres de personnages sur une couverture, soit 228.

Cet album dédié à Deadpool est une bonne idée pour ceux qui souhaitent débuter les comics du mercenaire. Vous y découvrirez les grands événements de sa vie et les personnages proches du héros de Cable à l’Agent X, en passant par la récente Agent Preston. Si les alliés de Deadpool sont mis en avant, en revanche on ne rencontre aucun des ses ennemis, pas même T-Ray ou le Maître de Corvée. Pour ceux qui connaissent déjà bien Deadpool, vous découvrirez tout de même des récits , sur les dix numéros de l'anthologie, deux sont des one-shots passables inédits en librairie. Il y a cependant plusieurs inédits très bon comme Symbiosis Mitosis de Cable & Deadpool #49-50 de 2008, ou #54-55 de End of the Road Deadpool de 2001. Je Suis Deadpool est donc une excellente introduction à l’univers, aux amis masi pas ennemis de Wade Wilson. Préparez-vous une étagère réservée au « Gars Qui Ressemble A Spider-Man » car ce ne sera pas votre seul achat de Deadpool.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Les doubles pages explicatives
- Découvrir certains one-shots
- Un gros volume complet
- Une bonne amorce pour lire du Deadpool

LES POINTS FAIBLES

- Des one-shots pas super
- Un peu trop commercial
- Ce n'est qu'un premier achat pour les amateurs

 

4.5

Un bon achat

Conclusion

Deadpool ne méritait peut-être pas déjà une anthologie à son nom, mais c'est tout de même un bon début pour de nombreux lecteurs. La variété des histoires reflètent bien l'esprit dérangé du mercenaire au fil des années, des auteurs et des dessinateurs.