Au sommaire :
- Soledad, une histoire de Noëllie Pravia et Le Hégarat.
- To serve and protect, d’ElDiablo et Ludovic Chesnot.
- The City of darkness, de Jonathan Garnier et Mathieu Bablet.

  • ChtiDkois
    ChtiDkois

    il y a 3 ans

    Les trois histoires courtes nous font encore voyager dans le monde, ses légendes et ses faits divers dans ce numéro !
    On commence tout d'abord en Amérique Centrale, au Nicaragua plus précisément, où Noëllie Pravia et Le Hégarat nous emmènent découvrir la légende la Cegua, sorte d'incarnation vengeresse féministe dans un pays encore fort patriarcal. Le récit démarre lentement pour monter crescendo et offrir une sensation de rapidité sur la fin qui donne à la Cegua un côté impitoyable et implacable, ce frisson qu'on attend en lisant Doggybags !
    On remonte ensuite dans l'état du Wisconsin, à Milwaukee, pour le récit d'un fait divers par El Diable et Ludovic Chesnot, ou comment un patrouille de police dans le début des années 90 a préféré s'amuser de ce qui leur a été raconté comme une dispute de couple entre deux hommes plutôt qu'intervenir sérieusement devant un cas de maltraitance à mineur, qui s'avèra plus tard être une énième victime d'un tueur en série cannibale.
    Enfin, direction la Citadelle de Kowloon, enclave chinoise au milieu du Hong Kong anglais, pour une histoire simple de bouchers, dans ce labyrinthe surpeuplé du vingtième siècle. C'est signé Garnier et Bablet.

    Après huit numéros, le format est toujours plaisant, les histoires autant percutantes, bien qu'ici le temps d'hémoglobine n'est pas le plus élevé, et se rarifie même au fil des histoires.
    Mais si la dernière histoire n'est pas la plus saignante, on ressent cependant bien l'oppression des lieux, presque le manque d'air qui l'accompagne. Le trait de bablet, et ses visages notamment, ne sont pas mes préférés, mais sur ce genre de récit court à l'ambiance prenante et trash, ça passe quand même !
    Le second récit m'a de son côté presque hypnotisé avec l'omniprésence des jeux de lumière, et les traits hyper variés en fonction des protagonistes.