Day Men #1

Day Men (2013)

Day Men #1

Day Men (2013)

Day Men #3

Day Men (2013)

Day Men #4

Day Men (2013)

Une lumière dans les ténèbres...

Depuis des milliers d’années, le monde est contrôlé par les « 50 familles » : une assemblée secrète de vampires engagée dans une lutte de pouvoir sans merci. Mais lorsque le soleil se lève, ces familles sont obligées de faire appel à de simples mortels pour leurs missions secrètes. Fruits d’un entraînement de plusieurs siècles pour devenir des armes mortelles, les « Day Men » ne sortent qu’une fois le soleil levé, seuls dans un monde en sommeil, pour accomplir les funestes projets de leurs bienfaiteurs... Parmi eux, David Reid est le bras armé de la famille Virgo.

Coécrite par Matt Gagnon (Freelancers) et Michael Alan Nelson (Supergirl, Hexed), Day Men est une série d’action à la fois fantastique, épique et sexy, formidablement illustrée par le dynamisme du trait de Brian Stelfreeze.
Contient les issues Day Men #1-4.

Pas d'avis pour le moment.

Aujourd'hui, MDCU vous propose la review d'un nouveau comics et c'est encore une fois du côté de l'éditeur Glénat que l'on se penche avec le premier tome de Day Men. Le comics est écrit par Matt Gagnon et Michael Alan Nelson et est dessiné par Brian Stelfreeze. Les 144 pages qui composent ce premier tome seront à vous pour 15,95 euros. La mini-série est éditée chez Boom ! Studios aux USA et devrait être reliée en deux tomes en France.

 

 

Une énième mini-série sur les vampires ? Oui, mais pas que. En fait, bien que l’idée de base soit assez simple, l’approche reste différente de ce que l’on a déjà pu voir jusque-là. Voici le topo : il y a une cinquantaine de familles de vampires qui forment une assemblée (secrète, évidemment) et qui règnent sur le monde. Les familles se font la guerre pour accroitre leur territoire et leur richesse. Seulement, aussi puissantes soient-elles, les membres des différentes familles restent des vampires et ne peuvent donc agir d’eux-mêmes que durant la nuit. C’est là qu’intervient les fameux Day Men, des êtres humains choisis afin de gérer les intérêts  des familles une fois le jour venu. Ces humains n’ont aucun pouvoir particulier mais ont, par contre, un bel entrainement derrière eux. Le jour venu, ils s’occupent donc des besognes (souvent dangereuses) choisies par la famille de vampire la nuit précédente. De notre côté, on se penchera plus particulièrement sur David Reid, Day Man de la famille Virgo dans ce premier volume. Il s’agit d’un personnage aussi fort que froid, dévoué et qui se bat avec une canne. Dis comme cela, il faut bien avouer qu’il ne vend pas du rêve mais ne le jugez pas trop vite. C’est un personnage que l’on prend plaisir à suivre en un clin d’œil.

 

   

Voilà pour l’idée générale. Concernant le scénario, c’est un véritable festival. Il y a de l’action, des retournements de situation, des personnages qui évident de tomber dans la caricature, du sang, un bon petit rythme et quelques éléments de suspense. Par exemple, nous ne savons pas grand-chose du personnage principal à ce jour. Certains pourraient trouver cela agaçant mais, pour les plus patients, ce n’est pas forcément un mal. Enfin, notons également quelques situations assez cocasses dans un univers vampirique avec, entre autre, l’intégration dans le récit d’un trafic de crocs.

De son côté, le dessinateur Brian Stelfreeze (que vous avez peut-être déjà vu dans Birds of Prey, entre autre) fait tout simplement son travail. Il n’y a pas de pages qui relèvent du génie mais il n’y a pas non plus de défaut notable. Par contre, son association avec Matt Gagnon donne quelque chose d’assez fort en ce qui concerne le placement des personnages ainsi que les poses prises par David Reid qui combinent, assez fréquemment, force, agilité et élégance (sans être dans la démesure, cela reste un être humain).

Vu le nombre de pages, le prix fixé est un peu élevé si nous comparons avec ce que nous pouvons trouver ailleurs mais, à côté de cela, la couverture est rigide, le papier de qualité et on peut également y trouver quelques bonus sympathiques. A vous de voir donc.

En somme, Glénat vous propose avec Day Men de dépoussiérer, avec brio, un mythe trop souvent tourné en ridicule. Il y a fort à parier que l’originalité de l’œuvre et les dessins classiques mais efficaces, trouvent son public.

   

 

 

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Le principe de base
- Le scénario
- Le personnage principal
- Les bonus
- Le fait d'éviter les déjà vu et autres stéréotypes

LES POINTS FAIBLES

- Le prix qui mérite débat.

 

4

A découvrir.

Conclusion

Une oeuvre qui pourrait bien plaire à un bon nombre de lecteurs.