Après War of Kings et Realm of Kings, Thanos est de retour dans une grande saga cosmique ! Les Gardiens de la Galaxie et Nova se mesurent à lui et s'efforcent de refermer une déchirure spatio-temporelle nommée la Faille. Mais de l'autre côté, dans la réalité du Cancerverse, la mort elle-même semble avoir disparue...

(Contient les épisodes US The Thanos Imperative 1-6 ; Devastation 1 ; Ignition 1, publiés précédemment dans les revues MARVEL UNIVERSE (V2) 1 & 2)

  • AfA
    AfA Staff MDCU

    il y a 7 ans

    Fin de règne pour Abnett et Lanning. On a bien du cosmique avec une saga très importante mais le duo de scénaristes ne retrouve pas la fraîcheur de leurs débuts. Le ton est plus sombre, les enjeux dramatiques et le sort des héros est plus que jamais incertain. Ca aurait pu être un beau chant du signe si l'intrigue du Cancerverse avait un quelconque intérêt. Dommage.

  • HattoriH
    HattoriH Staff MDCU

    il y a 7 ans

    Effectivement, la galaxie Marvel selon Abnett et Lanning prend fin. Pour ceux qui ont suivi les aventures cosmiques précédentes, le numéro sera agréable. Pour les autres, c'est une saga sans plus. Thanos n''est pas au mieux de sa forme et les autres personnages n'ont plus. Avis mitigé sur ce titre, voir même en-deçà si on prend en compte le traitement fait à Nova...

  • Kit_Fisto
    Kit_Fisto

    il y a 7 ans

    Lors de l'event "War of Kings" la bataille finale entre les Krees dirigé par le roi des Inhumains, Black Bolt/Flèche Noire et les Shi'ars du mutant Vulcan, a laissé des trace. Après leur disparition dans une explosion dantesque, une brèche spatio-temporelle, appelée la Faille ou l'Abîme est apparue. Et ce qui se trouve de l'autre côté de cette "faille" n'est pas franchement de bonne augure pour l'avenir de notre univers. Les différents empires de la galaxie (Kree, Shi'ar, Spartax, Zone Négative, le "nouveau" Nova Corps...) devront s'allier pour contrer la menace du Cancerverse qui a décidé de passer à l'offensive. C'est sans compter sur le retour à la vie inattendue du Titan Fou et avatar de "la Mort", Thanos, qui va peut-être servir à Peter Quill alias Star-Lord et ses Gardiens de la Galaxie pour contrer le Cancerverse où la vie prolifère sans fin... Après un "Realm of Kings" assez décevant, le duo britannique, Dan Abnett et Andy Lanning alias les DnA, revient en 2010/11, pour clôturer son oeuvre commune et cosmique au sein de la Maison des Idées pour terminer leur saga tel un dernier baroude d'honneur à l'instar de Star-Lord et Richard Rider alias Nova. On passe un bon moment de lecture avec le double enjeu représenté par les menaces du Cancerverse et du retour de Thanos, plus puissant et menaçant que jamais. Côté dessins, Brad Walker assure sa tâche sereinement sur le prologue avant que Miguel Sepulveda se charge de l'intégralité de l'event et de l'aftermath qui introduite une relève aux Gardiens de la Galaxie avec la constitution des Annihilators/Annihilateurs. Leurs travaux graphiques est uniforme ce qui permet une bonne cohérence du tout. On notera d'ailleurs en plus, les très belles couvertures de Aleksi Briclot et Alex Garner qui sont vraiment à tomber par terre. En résumé, une conclusion plaisante et divertissante du travail de Abnett et Lanning sur le Cosmique chez Marvel. Clasique mais efficace. A conseilleur surtout pour les amateurs d'univers cosmiques dans les comics.

Ignition #1

The Thanos Imperative (2010)

The Thanos Imperative Part 1

The Thanos Imperative (2010)

The Thanos Imperative Part 2

The Thanos Imperative (2010)

The Thanos Imperative Part 3

The Thanos Imperative (2010)

The Thanos Imperative Part 4

The Thanos Imperative (2010)

The Thanos Imperative Part 5

The Thanos Imperative (2010)

The Thanos Imperative Part 6

The Thanos Imperative (2010)

Devastation #1

The Thanos Imperative (2010)

Aujourd'hui, avec Iron Man qui part dans l'espace et les Gardiens de la Galaxie qui ont la côte, l'univers cosmique Marvel est totalement incorporé au reste de l'univers. Même Thanos a été la vedette d'un évènement lié aux Avengers. Pourtant, avant Marvel NOW, le cosmique était un peu à part, et ses héros vivaient leurs aventures de leur côté. Thanos Imperative se situe à la fin de cette ère, et nous conte une histoire à l'ancienne.

En 2008, Dan Abnett et Andy Lanning scénarisent une mini-série sur Nova liée à l'évènement cosmique Annihilation, ce qui les mènera à tenir les rênes de l'évènement suivant, Annihilation: Conquest. Ces deux noms seront ensuite associé au cosmique chez Marvel. Ce sont eux par exemple qui ont créé la composition de l'équipe des Gardiens de la Galaxie telle qu'on la connaît aujourd'hui (celle du film). Ils sont aussi à l'origine d'évènements comme War of Kings et Realm of Kings. Mais toutes les bonnes choses ayant une fin, Thanos Imperative est la conclusion de leur run cosmique.

Cette dernière saga est encadrée par deux one-shots qui s'intègrent parfaitement à l'album formant un tout. En parlant de l'album, il s'agit d'un Marvel Deluxe à l'ancienne puisqu'il possède une jaquette pour s'accorder avec les tomes précédents. L'histoire qui nous est contée est celle du retour de Thanos. Nous sommes bien sur une fin de cycle, donc pour savoir où était parti le Titan Fou, il faut lire ce qui s'est passé avant. C'est le cas aussi pour quelques autres éléments qui sont considérés comme acquis en début d'histoire. Il ne faut pourtant pas croire que c'est handicapant pour le déroulement du récit. A part certains postulats qu'il faut accepter, c'est bien une histoire complète que l'on a ici.

Revenons à notre cher Thanos. Le grand bonhomme violet est de retour, et captif des Gardiens de la Galaxie qui cherchent à comprendre pourquoi il est vivant. En parallèle, un portail vers le Cancerverse est ouvert. Derrière ce nom un peu kitch et peu ragoûtant se cache en réalité un univers parallèle au Marvel classique où la mort a été éradiquée. Si vous connaissez bien l'univers cosmique, vous commencez probablement à faire le lien, puisque vous savez que la mort est l'amour de Thanos. Le chef du Cancerverse, Mar-vell, veut faire subir le même sort à l'univers classique, et doit donc tuer l'avatar de la mort, soit Thanos. Bref, l'idée a le mérite de remettre sur le devant de la scène la relation entre la vie et la mort, malgré une mise en place peut-être un peu tirée par les cheveux.

La saga est loin d'impliquer uniquement Thanos. En effet, il est aidé par les Gardiens de la Galaxie (tout le groupe, c'est-à-dire les mêmes que dans le film, et beaucoup d'autres). Et en parallèle, il y a une guerre entre les peuples cosmiques (Kree, Shi'ar, Spartoi...) et le Cancerverse qui se propage. On a même le droit aux Avengers version Cancerverse ! Bref, c'est un peu le bouquet final, même si l'on regrette que l'histoire ne soit pas plus audacieuse. Les ennemis auraient mérité d'être plus travaillés, ou du moins, de ne pas sembler si clichés. L'habitué du cosmique Marvel se trouve en terrain connu. Il prendra du plaisir, parce que c'est la conclusion de beaucoup de choses qu'il a lues avant, mais il trouvera tout de même tout ça bien classique.

Ça ne veut pas dire non plus que cet album est idéal pour ceux qui ne connaissent pas bien l'univers cosmique. Car même si l'histoire est complète et accessible, ne pas connaitre ce qui s'est fait avant amenuise l'intérêt du récit qui devient seulement une petite histoire sympathique. Pourtant, ça reste de bonne qualité, mais pour du cosmique, qui contient beaucoup d'excellente sagas, c’est décevant. Niveau dessin, ça tient bien la route. Une mention sépciale pour Brad Walker, mais Miguel Angel Sepulveda, le dessinateur principal, même s'il ne fait pas des étincelles, s'en tire honorablement. Bref, si vous voulez lire du cosmique, mais que vous avez déjà lu les chefs d'œuvre du genre chez Marvel, c'est le bouquin à acheter !

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

La conclusion du run d'Abnett et Lanning
Thanos est de retour
Un comics cosmique plaisant

LES POINTS FAIBLES

Finalement assez classique

 

3.5

Fin d'une ère

Conclusion

Cet album conclut en grande partie le travail d'Abnett et Lanning sur l'univers cosmique de Marvel. C'est très bien, mais ça ne va pas non plus chercher très loin. Pour les amateurs !