Castaway in Dimension Z Part 1

Captain America (2012-2014)

Castaway in Dimension Z Part 2

Captain America (2012-2014)

Castaway in Dimension Z Part 3

Captain America (2012-2014)

Castaway in Dimension Z Part 4

Captain America (2012-2014)

Castaway in Dimension Z Part 5

Captain America (2012-2014)

Auteurs : Rick Remender, John Romita Jr.

Projeté loin de chez lui, Captain America se retrouve dans le monde inhospitalier de la Dimension Z. Pas de pays, pas d'alliés… la Sentinelle de la Liberté n'a plus rien à protéger ! À part, peut-être, le bien le plus précieux de son ennemi Arnim Zola : son fils ! Avec des suppléments inédits !
(Contient les épisodes US Captain America (2013) 1-5)

  • Hawkguy
    Hawkguy Staff MDCU

    il y a 7 ans

    Remender a pris un gros risque en sortant Cap' de son univers d'agents-secrets et du SHIELD pour de la SF. Et le résultat est mitigé, plombé en partie par les dessins de Romita Jr. (en bonne forme pourtant). Et quel dommage que Panini ne publie pas l'arc en entier...

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 7 ans

    Changement de décor total pour Captain America qui part dans un trip science-fiction/survivor sous la plume de Rick Remender. Ça fonctionne plutôt bien et reste très divertissant, il est intéressant de voir Cap évoluer dans un contexte comme celui-ci. Les quelques grosses ellipses temporelles de l'histoire sont tout de même un peu difficiles à avaler. Et bien sûr, on regrettera Romita Jr au dessin qui gâche un peu cette belle épopée avec un dessin toujours aussi grossier.

  • Kit_Fisto
    Kit_Fisto

    il y a 7 ans

    Auteurs : Rick Remender, John Romita Jr. Synopsis Projeté loin de chez lui, Captain America se retrouve dans le monde inhospitalier de la Dimension Z. Pas de pays, pas d'alliés… la Sentinelle de la Liberté n'a plus rien à protéger ! À part, peut-être, le bien le plus précieux de son ennemi Arnim Zola : son fils ! Avec des suppléments inédits ! (Contient les épisodes US Captain America (2013) 1-5) #1 Rick Remender et John Romita Jr aux manettes du super héros porte bannière dans un début d'arc original où Steve Rogers en combattant ses habituels ennemis est transporté dans une autre dimension où il devra survivre !!! Un scénar' original avec la pâte Romita Jr très reconnaissable !!! 4,5/5 #2 Steven Rogers, plus connu comme étant le héros super soldat Captain America, est perdu et survit depuis une année dan la dimension Z depuis qu’il y a été transporté par Arnim Zola. A ses côtés un bambin qu’il a extirpé il y a un an d’un labo du savant fou. Ce dernier prénommé Ian prend le Cap pour son père. Les deux survivent comme il peut jusqu’à leur capture par un peuple violent. Une histoire toujours originale pour le héros US avec la pâte reconnaissable de Romita Jr. qui a fait des efforts par rapport à d’autres de ses dernières œuvres. 4,5/5 #3 Steven Rogers (en look grunge) et son fils adoptif Ian se trouvent des alliés opposants à Zola dans la dimension Z après une année d’errance. C’est toujours aussi original surtout pour une histoire concernant Cap’ et la fin en cliffhanger est surprenante. 4/5 #4 1 ans ont passé, et Steve Rogers, le Captain America, survit tant bien que mal avec le jeune Ian dans la Dimension Z d’Arnim Zola. Poursuite de l'arc par Remender et Romita Jr. 3,5/5 #5 Poursuite des aventures de Cap toujours piégé dans la dimension Z de Arnim Zola et survivant comme il peut avec son "fils" Ian. Toujours original de voir Steve Rogers en solo dans une aventure SF de cette ampleur. Bientôt le retour sur Terre ? Remender fait toujour le boulot. Romita Jr toujours fidèle à lui même avec des planches toujours aussi irrégulières. En résumé: L’originalité de retrouver Steven Rogers/Cap dans une histoire SF, piégé par l'un de ses pires ennemis dans une dimension inconnue. Une belle idée de Rick Remender. Le personnage du Cap, toujours aussi héroïque et déterminé malgré les conditions. On est me déçu d'attendre la suite ! Seul hic, l'irrégularité des dessins de Romita Jr. Il peut nous offrir de belles planches et d'autres de piètres qualité artistiques. en bonus les croquis, les couvertures US et les variant covers.

  • gwegs
    gwegs

    il y a 7 ans

    Une bonne suprise, Captain america en solo dans une aventure SF.. Le tout dessiné par Romita Jr. ne me séduisait pas forcément. ET au final ce premier tome est vraiment plaisant à lire, et j'ai hâte de découvrir la suite !

  • Loufou
    Loufou

    il y a 7 ans

    Avis au fans de cette serie il y a la fin dans Avengers Univers n°12

  • The Nightwing
    The Nightwing

    il y a 5 ans

    Sur le papier une série Captain America purement SF avec John Romita Jr aux dessins ça ne me séduisait pas, mais alors pas de du tout. Et pourtant je me suis laisser happer par cette histoire vraiment géniale et bluffante ! Je dois dire que j'ai hâte de lire la suite !

Panini Comics profite de la vague Marvel Now ! pour publier certaines de ses séries en kiosque ET en librairie. L'un des heureux gagnants est Captain America, la Sentinelle de la Liberté. Après un run de huit ans, le scénariste Ed Brubaker laisse donc la plume à Rick Remender (Fear Agent, Uncanny Avengers), accompagné de John Romita Jr. au dessin. Finis les conspirations politiques et le patriotisme, Remender marque son arrivée en ramenant Captain America dans un monde plus fantastique, plus Kirby-iesque. Un choix étonnant et frais, mais qui ne va pas plaire aux spectateurs qui souhaiteraient retrouver l'ambiance du dernier film.
 
[galerie2]http://www.mdcu-comics.fr/upload/news/news_illustre_1394821182_463.jpg[/galerie2]

Steve Rogers fête ses 90 ans et baigne dans le bohneur (pour un super-héros tout du moins). Une fiancée incroyable, plusieurs équipes à ses ordres, les plus puissants héros de la Terre pour amis, il est loin le Captain America perdu dans une époque qui n'est pas la sienne... Du moins, c'est ce qu'il/nous croyons. Malheureusement pour lui, un vieil ennemi l'arrache de son quotidien et le voici une nouvelle fois piégé dans un monde inconnu, la Dimension Z. Comme Brubaker, Remender revient aux sources du personnage mais s'intéresse d'avantage à sa seconde naissance. Mais le scénariste dramatise la situation en le privant de tout allié et en le piégeant dans un univers complètement différent de la Terre. Adieu New-York et le SHIELD, bonjour Zola et ses créatures tout droit sorties des oeuvres de fantasy/SF.
 
[galerie2]http://www.mdcu-comics.fr/upload/news/news_illustre_1395442970_479.jpg[/galerie2]
 
La première chose que l'on peut conclure en refermant ce premier tome, c'est que Remender ne perd pas de temps ! Les évènements s'enchainent rapidement, les ellipses se succèdent tout en apportant à chaque fois un petit élément nouveau dans l'univers du Captain. On apprécie par exemple l'évolution en quelques cases de la relation Sharon/Steve alors que l'auteur aurait pu s'en passer et envoyer plus tôt Captain America dans la Dimension Z. Malheureusement, cette hâte ne permet pas à Remender d'approfondir assez son nouvel univers et ses personnages inédits. Et les flash-backs de Steve qui ponctuent le récit n'aident pas: si l'époque d'avant-guerre et la crise de 29 sont bien retranscrites, la plupart de ces épisodes s'avèrent sans importance et coupent l'action si elles ne mangent pas des pages inutilement. Remender tente de noyer le poisson en provoquant des ellipses de plusieurs années, mais celles-ci sont si importantes qu'elles en deviennent presque ridicules et on ignore encore si Steve Rogers en gardera des séquelles une fois de retour à New-York. Ces petites erreurs sont frustrantes, tant on aimerait en savoir plus sur les peuples de la Dimension Zola et son histoire, mais aussi la relation survolée entre Captain America et son protégé Ian. Un bon point du scénario concerne Armin Zola, réduit à assister Crâne Rouge et d'autres super-vilains depuis plusieurs années. Grand vilain de cet arc, Remender fait vite oublier son ancien statut et montre en une scène que si le personnage est plus discret et plus risible qu'un Crâne Rouge ou un Zemo, il n'est pas pour autant plus sympathique, bien au contraire. Là aussi, les lecteurs amenés à ce comics via les films risquent d'être surpris... et la surprise sera bonne !
 
[galerie2]http://www.mdcu-comics.fr/upload/news/news_illustre_1394922764_999.jpg[/galerie2]

Parlons des dessins maintenant, et la mention du nom de John Romita Jr. risque d'en repousser pas mal. Alors oui, le dessinateur est toujours aussi irrégulier, certains visages sont affreux, ses têtes d'enfants sont une horreur... mais son trait fonctionne plutôt bien lorsqu'il faut retranscrire le chaos et la misère, ou illustrer le bestiaire et l'environnement de la Dimension Z. Et on sent dans certaines pages que Romita donne vraiment tout ce qu'il a pour cette série. On en oublie presque que l'on a affaire à du Romita Jr., même si bien sûr, une ou deux cases, notament dans les scènes de flash-backs, viennent nous faire saigner les yeux un bon coup. C'est donc une bonne surprise, surtout si on se remémore ses derniers travaux. Bref, une fois le premier chapitre passé, on s'habitue, voir on apprécie (si si !) le dessin qui correspond parfaitement aux récits de SF et rappelle même Kirby à son âge d'or (et le récit ne peut que renforcer cette vision).

Dur dur pour Remender de succéder à Brubaker et son run déjà culte... Et difficile de juger cet arc en cours sous peine de se tromper sur les intentions de l'auteur pour le futur de la série. L'ambiance S-F de l'arc fonctionne finalement assez bien, que ce soit en isolant Captain de ses alliés ou en testant l'endurance du héros, mais aussi au niveau des dessins avec un J.R.Jr. qui semble très apprécier cette Dimension Z. Via ce changement de ton ou les nouveaux sujets abordés dans la vie de Steve Rogers, ce premier tome offre aux lecteurs, comme promis par l'opération Marvel Now, un renouveau de Captain America. Ce n'est pas parfait et loin d'être la meilleure série de Remender mais ça se lit facilement. À prendre ou à tester.

[conclusion=3][/conclusion]
[onaime]- Changement de décor
- Un Captain nouveau
- Armin Zola 
- John Romita Jr (et oui !)[/onaime][onaimepas]- Une Dimension peu développée
- Trop d'ellipses tuent l'ellipse
- John Romita Jr. (parce que ça reste du JRJ) [/onaimepas]