Scénario: Jason Aaron – Dessin: R.M Guéra

Il y a quinze ans, Dashiell Bad Horse a fui la pauvreté et le désespoir que lui promettait la réserve indienne de Prairie Rose. Il est aujourd’hui de retour et fait le constat amer que rien n’a changé. Engagé dans la police tribale du chef Red Crow, futur propriétaire de casino et parrain de l’ensemble des trafics d’alcool et de drogue de la réserve, Dashiell a pour mission de faire passer aux traditionalistes l’envie de revendiquer leur ethnicité à coups de C4 et de limiter au maximum la prolifération des laboratoires de méthadone. Est-il de retour pour mettre de l’ordre ou tirer sa part du lion ?
(contient Scalped # 1-5)

  • Leto
    Leto

    il y a 9 ans

    Cette série a de très bonnes critiques. Le scénariste, Aaron, est celui de Wolverine, Punisher Max, Incredible Hulk et Schism.

  • NightHaunter
    NightHaunter

    il y a 9 ans

    C'est indéniable, Urban Comics (branche de Dargaud pour ceux qui n'aurait pas suivi) nous gâte. Non content d'éditer le Relaunch de DC avec The New 52, et de rééditer dans de magnifiques éditions des incontournables tels que Watchmen ou The Kingdom Come, la maison d'édition de DC et Vertigo en France nous gratifie d'une ressortie de la série déjà culte Scalped' avec des couvertures exclusives. Regroupant les 5 premiers numéros de la saga vertigo façonnée par l'américain Jason Aaron (qui avait surtout officié chez Marvel sur Wolverine, les X-Men ou The Punisher) et mis en images par le serbe R.M. Guéra (peu connu jusqu'alors), Scalped transporte le lecteur au cœur du territoire indien pour un thriller hard-boiled ultra-efficace et intelligent. Dans la réserve Sioux de Prairie Rose, Lincoln Red Crow est bien décidé à ouvrir coûte que coûte son luxueux casino financé par l'argent de ses divers trafics. Alors que les autochtones croulent sous l'alcoolisme et le chômage, la criminalité gagne du terrain malgré l'entêtement de Gina Bad Horse et de ses sympathisants. C'est seulement lorsqu'un enfant du pays perdu depuis bien longtemps retourne à Prairie Rose que la situation menace vraiment d'exploser. Reste à savoir ce que Dashiell Bad Horse va choisir de faire et le camp qu'il va rejoindre' Le comic book démarre abruptement et nous plonge immédiatement dans l'intrigue qui reste, au début, assez confuse, alternant entre flash-backs divers et imbroglio de retrouvailles entre Dashiell et les habitants de la Réserve. D'emblée, on sent toute la noirceur et l'apprêté du récit encore renforcé par le trait dur et rugueux de Guéra. Si le premier chapitre s'achève sur un cliffhanger délicieux, le reste s'avère à l'avenant et petit à petit, Aaron révèle le passé à la fois des Bad Horse mais aussi de la réserve et de sa place vis-à-vis des fédéraux. Composant un tableau vitriolique de ce qu'il reste de la société indienne aux Etats-Unis, Aaron mène tambour battant le lecteur au plus profond des blessures de Dashiell. Personnage délicieux et torturé, il fait vite montre d'un charisme et d'une profondeur comme seules les œuvres estampillées Vertigo savent en fabriquer. Mais Aaron ne néglige pas ses personnages secondaires, de l'impitoyable et ambiguë Red Crow à son autodestructrice de fille en passant par la relation complexe entretenue entre Gina et Dashiell (relation particulièrement réussie et poignante), tout concorde pour enrichir l'univers et pour ferrer le lecteur. Aaron nous parle d'ailleurs bien plus que d'une intrigue policière. Il en profite pour dresser une image moderne des Sioux, peu reluisante du fait de leur sort dans la nation américaine, mais aussi et surtout pour décortiquer le poids de la culpabilité à l'échelle de l'homme (Gina, Red Crow et Dashiell en sont tous pétris) ainsi qu'à celle d'un peuple. Malin et roublard, Aaron se garde pourtant bien des cartouches en réserve pour fusiller le lecteur dans une éblouissante conclusion qui nous laisse avide de la suite d'ores et déjà disponible chez Urban Comics. Avec Scalped, le thriller noir fait son retour sur le devant de la scène du comics. Affuté et intelligent, sombre et palpitant, ce premier tome permet à Aaron et Guéra de jouer dans la cour des grands.

[b]Scalped[/b] fait partie des valeurs sures du catalogue [b]Vertigo[/b]. Les quatre premiers tome étaient déjà parus chez Panini et [b]Urban Comics[/b] a décidé de republier cette série très rapidement avec de nouveaux tome 1 et 2 sortis simultanément au tome 5 inédit. Les tomes 3, 4 et 6 suivront en octobre pour combler le retard. Pour faire les choses bien, Urban a même commandé de nouvelles couvertures exclusives à [b]R.M Guéra[/b], le dessinateur de la série afin d'habiller au mieux ses volumes librairies. Grand bien leur en a fait car les couvertures de Panini qui reprenaient celles réalisées par Jock (Batman: Sombre Reflet, The Losers) donnaient beaucoup moins envie et surtout ne représentaient pas du tout l'intérieur du titre. Mais passons d'abord aux informations pratiques puis j'enchaînerais sur ma critique. [titre]Présentation[/titre] [b]Scalped Tome 1: Pays Indien[/b] [center][img]http://www.mdcu.fr/upload/news/news_illustre_1341175022.jpg[/img][/center] Scénario: Jason Aaron Dessins: R.M Guéra Coolection: Vertigo Classiques Date de Sortie: 22 juin 2012 pagination:128 pages Prix: 14€ [i]Il y a quinze ans, Dashiell Bad Horse a fui la pauvreté et le désespoir que lui promettait la réserve indienne de Prairie Rose. Il est aujourd'hui de retour et fait le constat amer que rien n'a changé. Engagé dans la police tribale du chef Red Crow, futur propriétaire de casino et parrain de l'ensemble des trafics d'alcool et de drogue de la réserve, Dashiell a pour mission de faire passer aux traditionalistes l'envie de revendiquer leur ethnicité à coups de C4 et de limiter au maximum la prolifération des laboratoires de méthadone. Est-il de retour pour mettre de l'ordre ou tirer sa part du lion ?[/i] [center][img]http://www.mdcu.fr/upload/news/news_illustre_1341175082.jpg[/img] [i]La première page d'une grande saga[/i][/center] La série Scalped a débutée en mars 2007 sur le label Vertigo de DC Comics. [b]Jason Aaron[/b] n'était alors qu'un jeune scénariste inexpérimenté mais qui avait surpris avec [b]The Other Side[/b], un graphic novel sur la guerre du Vietnam vue à travers les yeux de deux adolescents. Il est depuis scénariste régulier pour Marvel et arbore une barbe très impressionnante. RM Guéra est lui un dessinateur serbe réellement baptisé: Rajko Milošević-Gera et on comprend pourquoi il a changé. Ses travaux ont été publiés en France et en Europe avant qu'il soit mis sur le devant de la scène grâce à Scalped. Le duo a décidé de mettre fin à leur bébé au numéro #60 prévu en aout prochain. [titre]La critique de Fitz[/titre] Je suis un grand fan de [b]Vertigo[/b], j'achète pratiquement tout de leur catalogue quand des éditions compilées sont disponibles mais [b]Scalped[/b] est sans doute le seul titre que je n'avais pas envie de découvrir. Peu importe tout le bien qu'on m'en disait, que cela pouvait être politique et violent, je n'avais pas envie d'acheter les TPBs aux couvertures moches (que Panini a repris et forcément qui ne m'ont pas fait changé d'avis) et au pitch assez simpliste: la vie dans une réserve d'amérindiens alcooliques et magouilleurs. Après lecture de ce tome 1, je me rends compte que je suis peut-être passé à côté d'un titre très fort. [center][img]http://www.mdcu.fr/upload/news/news_illustre_1341175135.jpg[/img][/center] Je n'ai pas forcément été très emballé lors de la lecture mais je mets ça en partie sur le fait que je n'aime pas les westerns et les étendues désertiques ou asséchées (je ne l'explique pas mais c'est comme ça). Le scénario tient très bien la route et on ne se perd pas trop malgré les nombreux personnages créés par Aaron. Les dessins de Guéra sont par contre un peu trop condensés et on alterne entre du très bon et du moins bien mais la mise en page et les couleurs donnent une finalité de bonne qualité. Je pense même que comme chaque titre Vertigo, cela va aller en s'améliorant dans les prochains tomes. [center][img]http://www.mdcu.fr/upload/news/news_illustre_1341175165.jpg[/img][/center] L'ambiance du titre est très forte. On a aucun temps mort car la violence, la pauvreté, et le chaos règnent dans la réserve de Prairie Rose. Le personnage principal n'est pas particulièrement attachant et sert uniquement de noeud au récit. C'est toute la communauté et son fonctionnement qui est montrée et Aaron occulte totalement ce qu'il se passe en dehors des frontières. Comme si les magouilles et la pauvreté de ces lieux étaient la seule réalité possible pour les protagonistes. Je ferais par contre un parallèle avec un autre titre Vertigo que je trouve très similaire: 100 Bullets. Que ce soit au niveau des dessins ou du traitement des personnages et des situations. Urban fait un très bon travail sur ce titre. d'abord avec une couverture qui donne envie, et aussi avec une bonne traduction et des petits bonus à la fin pour nous expliquer la vie des indiens d'Amérique actuellement. [b]En résumé, Scalped ne fait que débuter avec ce tome 1 et si la série va prendre fin dans quelques mois avec le numéro #60 aux États-Unis, je parie que le récit va encore prendre de l'ampleur plus les volumes avanceront. En tout cas, je me laisserais bien tenter par la suite de cette histoire de flics et de gangsters menée avec brio.[/b] [conclusion=5][/conclusion] [onaime]-Les dialogues très couillus -Le ton et l'ambiance violente [/onaime][onaimepas]--Les dessins trop brouillons parfois -La ressemblance avec 100 Bullets[/onaimepas]