De temps à autre, Marvel offre à ses auteurs l'occasion de proposer leurs œuvres en "creator-owned", des œuvres plus personnelles. On a ainsi pu découvrir le Powers de Brian Michael Bendis et le Kick-Ass de Mark Millar. C'est le même Bendis qui vous présente aujourd'hui Scarlet, une jeune femme évoluant dans un monde corrompu qui décide de mener une nouvelle révolution américaine.
(Contient les épisodes US Scarlet 1-5)

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 6 ans

    Alors là, un des achats de ce moins de février ! Bendis et Maleev rempilent pour une nouvelle série originale sous le label Icon et c'est du pur plaisir. On suit l'histoire d'une jeune femme qui va vivre un évènement atroce et totalement injuste et décider de monter au créneau et de se battre contre le système, qui est selon elle pourri jusqu'à l'os. La narration est très particulière mais fonctionne à merveille, on a notamment beaucoup de monologue du personnage (bah ouais c'est Bendis en même temps) mais qui s'adresse en fait au lecteur, ce qui est assez original. L'histoire est prenante et va très loin, ne reculant devant rien, ce qui fait toujours plaisir. Et que dire des dessins de Maleev qui sont juste de toute beauté, dans son style, bien particulier, j'adore. 5 numéros pour cette histoire mais ce n'est que le premier volume ! Et oui, il y aura une suite, alléluia.

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 6 ans

    C'est un grand oui pour ma part ! Déjà à première vue le pitch de la série est plutôt intéressant et assez original, c'est en tout cas que j'avais pensé à l'annonce de cette série. Une jeune femme qui va vivre un évènement atroce et totalement injuste et décider de monter au créneau et de se battre contre le système, qui est selon elle pourri jusqu'à l'os. C'est pas mal. Si vous y ajoutez la magnifique cover de Maleev, ces deux éléments devraient déjà vous donner envie, à raison. L'histoire est vraiment intéressante et assez rafraîchissante et c'est en grande partie dû à l'excellente narration de Bendis (oui, oui, je l'ai dis). On peut lui reprocher beaucoup de choses mais même s'il a tendance à exagérer sur la longueur des dialogues, on ne peut pas nier qu'ils sont très bons. Ici ce qui est assez original, c'est non pas qu'on ait à nouveau de longs monologues, mais qu'ils soient adressés à nous, lecteurs ! Et là ça attire tout de suite notre attention. Le personnage s'adresse effectivement à nous pour nous raconter son histoire et nous prend comme témoin de sa transformation et de ses actes. Et ça fonctionne vraiment bien. Autre chose que j'ai aimé dans ce comic book, c'est que Bendis ne recule devant rien et va au fond des choses. Et c'est totalement ce dont l'histoire a besoin pour être prise au sérieux. Mettre le frein par peur d'aller trop loin aurait nuit à l'histoire et aurait été à l'encontre du message qu'elle veut faire passer. Scarlet va au bout de ses principes et idéaux, à tel point qu'elle ne peut plus faire marche arrière et que sa quête deviendra même bien plus grande qu'elle-même. Et c'est ça qui est bon. Autre point fort, et là c'est même plus un point fort c'est carrément un argument de vente à lui tout seul, le dessin d'Alex Maleev. Ceux qui l'ont déjà lu connaissent son style assez particulier et il a rarement été aussi bien utilisé et aussi beau qu'ici. Entre les dessins, le découpage et les couleurs, chaque page est une petite pépite de beauté. Franchement, vous allez vous faire du bien aux yeux en lisant Scarlet.